Raynier Marchetti reprend Honoré James et Elior entre à son capital
0

Raynier Marchetti reprend Honoré James et Elior entre à son capital

26 Juin 2013 - 3638 vue(s)

La célèbre griffe parisienne vient de reprendre l’activité traiteur du groupe Elior, Honoré James, qui en contrepartie est entré à hauteur de 12% au capital l’entreprise qui a réalisé en 2012 un CA de 18,5 M€. Une acquisition qui permet à Raynier Marchetti avec un volume d’affaires de l’ordre de 30 M€ en pro forma de monter sur la 3è marche du podium des traiteurs français mais aussi à l’entreprise jusque là plutôt positionnée premium d'ouvrir son champ d'intervention. François Raynier, son PDG confie à France Snacking sa stratégie.

Comment s’est comportée l’activité en 2012 et pourquoi cette reprise ?

Comme l’ensemble du secteur touché par la crise, Raynier Marchetti a enregistré une activité en retrait avec un volume d’affaires qui s’est établi à 18,5 M€ contre 20 M€ l’année précédente. Nous avons amorti ce ralentissement grâce à notre activité plateaux repas qui a très bien résisté tandis que notre antenne TOR, Traiteur Organisateur de Réceptions a souffert avec de grands événements qui se sont faits plus rares. Le rapprochement avec Elior s’est opéré naturellement. Je réfléchissais depuis plusieurs mois à la création d’une autre marque pour répondre à un autre positionnement et couvrir un spectre plus large de marché. Le rapprochement avec Honoré James s’est imposé de lui-même et nous permettait d’emblée de créer de réelles synergies.

Quelles complémentarité entre les deux marques ?

En accueillant Elior dans notre capital à hauteur de 12% aux côtés de nos actionnaires actuels FSI Régions, BNP Paribas et Unigrains (1/3 de l’actionnariat de Raynier Marchetti NDLR) et en achetant de ce fait Honoré James nous avons d’emblée élargi notre offre et nos marchés avec deux marques qui étaient finalement peu concurrentielles. Raynier Marchetti était plutôt positionnée outdoor tandis qu’Honoré James était indoor. De quoi nous permettre d’entrer directement dans des musées comme Orsay ou Rodin et des sites comme la Maison des Centraliens, la Compagnie des Bateaux à Roue, la Grande Halle de la Villette… En mutualisant nos moyens de production et notre logistique, nous conserverons les deux marques à travers lesquelles nous sommes devenus le plus gros indépendant de l’univers des traiteur et le 3e faiseur français. En cette période plutôt chahutée, il était aussi important pour nous d’être également proche du cœur du marché avec des propositions et une marque adaptées. Le levier a tout de suite fonctionné en boostant l’activité puisque nous réalisons en juin le meilleurs mois de l’histoire de Raynier Marchetti.  

Quels projets à venir  en ces temps de crises ?

Le mot de crise est banni de notre vocabulaire mais il est indéniable que les dernières années ont profondément et durablement changé les contours du marché. Les grandes années du traiteur que nous avons connues sont révolues. Il nous faut nous adapter à la nouvelle donne et être souples tout en peaufinant nos modèles et nos offres. Pour l’heure, nous allons terminer de consolider cette reprise et permettre à chacune des entités de profiter des forces de l’autre. Les 31 personnes d'Honoré James ont été intégrées à l’équipe passée au 1er juin de 121 personnes à 152 dorénavant toutes centralisées au laboratoire Raynier Marchetti de Saint Ouen en région parisienne qui s’étend sur près de 3700 m². 

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique