Des prévisions optimistes pour le commerce sur zones de transit
0

Des prévisions optimistes pour le commerce sur zones de transit

15 Juillet 2014 - 1748 vue(s)

Si l’activité commerciale sur zones de transits n’est pas totalement étanche aux tensions conjoncturelles, les perspectives de croissance demeurent solides à l’horizon 2016 selon l’étude menée par Précepta, division du groupe Xerfi. Le commerce sur ces sites aurait ainsi déjà généré 5 milliards d’euros de chiffre d’affaires l’an dernier : 2,7 Mds d’€ en aéroports dont 800M€ sur les bars et restaurants, 1,2Md€ en gares SNCF, 750 M€ de CA sur stations-services hors-carburant et lubrifiant, et enfin 200M€ en stations Métro et RER selon les estimations du cabinet. Pourtant, la consommation des ménages en service de restauration a tout de même  fléchi d’environ 1,4% par an en moyenne et en volume en 2012 et 2013. « Et le rythme de croissance des ventes du « travel retail » devrait également être affecté par le ralentissement des programme de rénovation-extension des sites de transit et la concurrence accrue entre les enseignes », souligne Précepta. Mais « ils sont idéalement placés pour tirer parti des nouvelles habitudes de consommation telles que les achats en ligne et les pratiques de consommation collaborative », pour réponde aux attentes de clients de plus en plus mobiles et connectés. Pour les donneurs d’ordre, il s’agira de définir de nouveaux concepts de retrait (box de retrait pour les e-commerçants ou conciergerie par exemple) et pour les enseignes et marques d’activer des stratégies cross-canal afin de multiplier les contacts avec les clients.

Le rail et l'aérien favorisés

Marché par marché les prévisions sont donc plutôt optimistes. Portés par la hausse de fréquentation et l’extension de l’offre, les aéroports devraient continuer de progresser. Côté ferroviaire, les aménagements des gares françaises pour améliorer la qualité des services et l’intermodalité seront des moteurs de croissance malgré une hausse de fréquentation moins soutenue. Côté stations de métro et RER, la dynamise devrait se poursuivre jusqu’en 2017 selon Précepta avec une offre élargie, du fait notamment de la mise à disposition d’espaces laissés vides par l’automatisation des guichets. Le cabinet est en revanche moins optimiste concernant les stations-services du fait de la baisse du nombre de points de vente même si d’autres sites bénéficieront de la modernisation des stations avec le développement de nouvelles marques et enseignes.

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique