Communauté

Parc de loisirs, la restauration fait l'attraction. L'enquête France Snacking

10 Juin 2015 - 6884 vue(s)
Dans son numéro 34, France Snacking a mené l'enquête auprès de plusieurs parcs de loisirs français majeurs pour mieux appréhender l'évolution de leur offre alimentaire. Un pilier essentiel dans le triptyque économique Billetterie-Produits Dérivés-Restauration.

Avec plus de 30 millions de visiteurs annuels pour un chiffre d’affaires dépassant les 2 milliards d’euros, les parcs de loisirs français tirent toujours leur épingle du jeu malgré un contexte économique global compliqué. La mutation du tourisme vers des séjours de plus courte durée, davantage tournés vers la proximité, semblent encore favoriser ces destinations : parcs d’attraction bien sûr, mais aussi parcs à thèmes, parcs animaliers ou encore les aquariums. En quête de spectaculaire et d’expérience, les propriétaires de sites se penchent de plus en plus sur leurs prestations de restauration, qui pèse aujourd’hui de plus en plus lourd dans les comptes de résultats à 26% des recettes en moyenne. Davantage thématisée voire conceptualisée, l’offre produits-services, gérée en propre ou concédée à des spécialistes, se diversifie en s’inspirant largement des codes de la restauration urbaine, rapide ou nomade. C’est pourquoi France Snacking a consacré l’enquête de son numéro 34 à ces sites un peu particuliers, en s’intéressant notamment à plusieurs parcs emblématiques français parmi lesquels Disneyland Paris, Le Futuroscope, le ZooParc de Beauval ou encore Le Puy du Fou, géré par Sodexo Sports et Loisirs. De la diversification de l’offre jusqu’au fait sur place, de la théâtralisation des points de vente jusqu’à la restauration mobile, en passant par l’apparition de restauration locavore voire bio, les chantiers sont nombreux pour créeer l’attraction...

Lire l'enquête complète dans le numéro France Snacking n°34

Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique