traiteurs de france covid
Tendances 45

Covid-19, 165 millions d'euros de pertes pour les Traiteurs de France

5 Mars 2021 - 3746 vue(s)
Le réseau Les Traiteurs de France enregistre, au 31 janvier 2021, une perte de CA de plus de 165 millions d’euros depuis la mi-Février 2020. L’activité B to B, qui représente habituellement 87 % de l’activité au travers des salons et autres événements d’entreprises, est à l’arrêt ou presque tandis que moins de 3 000 réceptions privées ont pu être organisées contre 32 500 par an en temps normal.

Voilà au moins un an que la filière française de la profession des Traiteurs Organisateurs de réception subit un cataclysme sans précédent. Depuis mars dernier, c’est tout un pan de l’activité économique qui a été mis à l’arrêt brutalement avec des conséquences dramatiques pour l’ensemble de la filière événementielle. Sans surprise, Les Traiteurs de France, réseau national qui regroupe 37 PME du secteur Traiteurs Organisateurs de Réceptions haut de gamme, sont lourdement impactés par les multiples restrictions entravant lourdement la conduite de leurs activités. Avec des situations économiques forcément très préoccupantes. En effet, au 31 janvier dernier, le réseau, qui pèse habituellement autour de 204 millions de chiffres d’affaires, enregistrait une perte de plus de 165 millions d’euros depuis la mi-février 2020 - date des premières mesures interdisant les rassemblements. Il faut dire que plus de 87 % du CA est normalement apporté par la cible B to B au travers des salons, congrès, événements d’entreprises et séminaires qui ont été annulés massivement depuis un an. D’autre part, le chiffre d’affaires réalisé par l’organisation de réceptions privées (13 % de l’activité habituellement) est largement pénalisé par les nombreux reports enregistrés sur 2021, et sur 2022… En un an, ce sont ainsi moins de 3 000 réceptions qui ont pu être organisées par les adhérents du réseau dans le respect des normes sanitaires contre près de… 32 500 par an en temps normal.

Combien de temps pourront-ils tenir ?

Si les aides allouées et les différentes mesures prises par l’Etat, associées à la combativité et à la créativité de chacune, leur permettent de tenir « Pour combien de temps encore ? », indiquent les représentants du réseau dans un communiqué d’alerte qui accompagne la sortie d’une vidéo de 2 minutes intitulée sobrement : « Il y a un an… ». Une mise en lumière qui interpelle et permet de mettre en images les conséquences économiques, sociales et humaines qui touchent toute la filière. L’une des conséquences est la mise au chômage partiel massive des salariés du secteur, à hauteur de 80 % en moyenne, et la suspension nette des contrats temporaires liés aux « extras », traditionnellement très nombreux dans cette activité dynamique. Le réseau des Traiteurs de France insiste sur la résilience et la créativité dont ont su faire preuve les opérateurs pour tenter de maintenir un tant soit peu d’activités, ainsi que les emplois. La plupart des adhérents du réseau se sont fortement mobilisés en proposant diverses solutions de diversification allant des prestations livrées au e-commerce en passant par la création de restaurants éphémères.

« En ordre de marche, dès le mois de mars dernier, nous n’avons eu de cesse de nous adapter, nous réinventer pour nous plier aux nouvelles exigences, à cette nouvelle donne pour préserver notre profession et anticiper le jour d’après », souligne Alain Marcotullio, le président de l’association. 

 


Résilience et créativité pour sauvegarder employés et clients

Mise en place d’un protocole strict avec la création d’un « Mode d’emploi des réceptions de demain », diffusion de nouvelles méthodes de servies pour limiter les contact, adaptation au phénomène du télétravail avec l’instauration d’un service de conciergerie pour apporter des réponses personnalisées, les initiatives sont nombreuses. « Nous avons fait le tour des entreprises de la région et de nos partenaires afin d’identifier leurs besoins en main d’œuvre. Nous leur avons proposé de remplacer ces emplois par nos propres salariés, aujourd’hui souvent inoccupés. Un prêt de personnel qui s’avère une solution « gagnant/gagnant » pour les 3 parties prenantes : le salarié touche 100 % de sa rémunération, le partenaire paye le salaire de la personne ce qui nous permet ainsi d’éviter d’avoir recours aux licenciements » déclare Evelyne Chapuis, Directrice Générale de l’entreprise Festins originaire de Bourgogne. Du côté d’Helen Traiteur, la formation a été mise en avant. « Nous avons souhaité mettre à profit cette période « exceptionnelle » pour former encore plus notre personnel, nous réorganiser et optimiser nos process afin d’être encore plus performants pour la reprise », explique le président Eric-Helen Louis. Mais le président Alain Marcotullio, qui est combattif, reste toutefois lucide. « Il faudra du temps pour se remettre des conséquences lourdes, tant au niveau économique que moral et humain. Jamais la filière n’aura été aussi sévèrement impactée, mais nous sommes engagés depuis le début dans ce combat, face à une guerre violente que nous n’avions pas vu venir, pour anticiper et préparer l’avenir ».

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique