Nourritures Célestes Alain Cojean
Tendances 12

Dans #NourrituresCélestes, Alain Cojean se livre en toute intimité, au-delà de son parcours professionnel

26 Avril 2022 - 2156 vue(s)
Quand l’un des pionniers de la restauration rapide décide de prendre la plume pour se raconter sans tabou, on obtient une autobiographie passionnante qui retrace un parcours haut en couleurs, à l’image de l’homme. Si ce boulimique du travail a, depuis la vente de son groupe en 2017, tourné avec difficulté la page « Cojean », il nous explique avec sincérité d’où il vient, son cheminement, et chaque séquence de sa vie, la naissance de sa griffe en 2001, ses engagements humanitaires jusqu’à la fracture terrible suite au décès brutal de sa mère bien-aimée. Mais aussi, et surtout, son ouverture à la spiritualité et la communication avec l’au-delà.

Pour ceux qui le connaissent mal, Alain Cojean est un véritable pionnier qui a pour ainsi dire révolutionné le paysage de la restauration rapide. Ces restaurants ont été, pendant bien longtemps, ces endroits conviviaux où naissaient les tendances de la street food urbaine et, pour certains produits, là il fallait être à qui opérait un lancement. A l’époque d’une poussée galopante du fast-food, on y servait du bon, du beau, et de l’inédit dans une ambiance conviviale, accueilli par des employés « heureux ». Un modèle du genre porté par un entrepreneur et ses associés pour qui la qualité, le sourcing, l’art de recevoir et le partage restaient la force motrice de la marque ! L’ouverture du premier Cojean en 2001, à la Madeleine constitue, à mon sens, le véritable point de départ du fast casual en France. Dans cet ouvrage qui paraît chez Mama Editions, le 27 avril, on découvre au fil des 372 pages l’histoire de ce breton pure souche monté « à la Capitale » pour s’écrire un destin qui basculera du monde du notariat à celui de la restauration… pour le meilleur.  

D’une scolarité turbulente à l’entrée chez McDo

Face à un père aussi taiseux et strict qu’une mère attentionnée et aimante qui restera durant toute sa vie son socle, Alain Cojean détaille son enfance émaillée de défis aussi improbables que parfois rocambolesques. Un passé qu’il déroule sous forme de séquences et de chapitres : sa maison en Bretagne, la nature, son chat, sa mob, le judo, ses copains (et ses bêtises), ses profs, ses voyages « immobiles », la découverte du LSD, la montée à Paris jusqu’à l’arrivée chez McDo d’abord pour un simple job puis comme directeur de site avant d’être responsable de la R&D.

Puis il y aura, comme il l’écrit, un alignement des planètes pour que s’ouvrent, non sans obstacles, les années « Cojean ». Le chef d’entreprise en herbe raconte ensuite tous ces mois à construire son projet, ses difficultés à trouver les financements avant de s’associer à un partenaire qui l’accompagnera tout au long de la croissance de son réseau qui comptera 34 adresses en 2017, au moment de la cession, un peu malgré lui. Une vie professionnelle à 100 à l’heure qui ne sacrifiera en rien la volonté d’Alain Cojean de se tourner vers les autres, d’aider, de partager et, comme il dit, d’apporter ce supplément d’âme à autrui. « Je n’aurais pas créé l’entreprise si elle n’avait pas servi aussi à autre chose’’. Outre de redistribuer une partie des bénéfices aux collaborateurs, son groupe a toujours réservé une partie de l’argent gagné pour accueillir ou financer des projets. Pour les 10 ans de l’entreprise, et à sa plus grande satisfaction, la fondation « Nourrir, aimer donner » a été créée. Elle a versé sur 5 ans, près de 250 000 euros en soutenant de nombreuses initiatives dont la création à Calcuta, ex nihilo, de l’entreprise de fabrication de madeleines Shuktara Cakes aux côtés d’une équipe formidable, insiste Alain Cojean. Une vraie fierté pour lui !

Si, cet ouvrage témoigne du parcours personnel de cette figure de la restauration altruiste et engagée, de sa vie professionnelle, de la création de son entreprise jusqu’aux affres de la session, il est aussi un partage très personnel de la perte d’un être cher, pilier d’une vie et de la reconstruction. Une renaissance qui, pour Alain Cojean, passera par la spiritualité et la découverte, via des médiums réputés, de la communication avec l’au-delà. Il nous raconte, ses retrouvailles avec celle qui l’a toujours soutenu et sur sa certitude qu’il y a bien une vie, après la mort.

Aujourd’hui si la page Cojean est bel et bien tournée, notamment avec cet ouvrage, Alain n’en a pas fini avec les projets. Au programme de ces prochains mois, la création comme il dit, d’une « maison de retraite pour animaux » en Bretagne, ou encore, le lancement d’un restaurant végétarien solidaire qu’il devrait enclencher plus tard.

Alain Cojean Nourritures Célestes

Nourritures Célestes. Mama Edition 25 €. La totalité des droits d’auteur de cet ouvrage sera reversée à des associations caritatives.

 

Paul Fedèle Rédacteur en chef France Snacking Suivez Paul Fedèle sur Twitter @francesnacking
Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique