Thierry Bégué
Communauté 6

Adieu Thierry Bégué

5 Septembre 2022 - 3253 vue(s)
Figure emblématique d’une profession dont il a contribué à modifier les contours, Thierry Bégué s’en est allé à l’âge de 64 ans. On lui doit, notamment aux côtés de Raymond Visan avec lequel il cofonda George V Restauration, le fine casual dining à la française avec les célèbres Barfly, Buddha Bar, Barrio Latino, Bound ou encore Chai 33. Sans lui non plus, le Leaders Club France n’existerait pas ! Toute l’équipe de France Snacking et snacking.fr présente à ses amis, ses proches, sa famille et notamment sa fille Aurore et son fils Matthieu, toutes nos condoléances.

La galaxie restauration vient de perdre l’un de ses astres les plus brillants de sa génération qui s’est éteint à l’âge de 64 ans. C’est, entre autres, à lui que l'on doit les prémices de ce que l'on appelait à l’époque le casual fine dining à la française, plus communément baptisé aujourd’hui l’Eatertainment. Cet art de créer des lieux d’expériences où la restauration de qualité et le divertissement sont intimement liés. Si aujourd’hui sa société TB Associés, qu’il présidait jusqu'alors aux côtés notamment de sa famille, rayonne en expert dans les métiers de la restauration avec, en particulier, comme figures de proue le Chai 33 et le Lombem à Paris ou encore O Deck à Nantes, c’est que l’homme s’est toujours placé au service de l’innovation et de la modernité dans la profession. Diplômé de l’Ecole Hôtelière de Bordeaux et de l’Institut Français de gestion, Thierry Bégué a tout d’abord fait ses armes dans la restauration classique, comme l'explique sa fille Aurore Bégué à snacking.fr. « Il a gravi tous les échelons d’abord à la Maison du Danemark où il a fini maître d’hôtel, avant d’exprimer tous ses talents aux côtés de Raymond Visan auprès duquel il a écrit un chapitre de la restauration moderne ».  Comme elle le précise, c’était un passionné du produit qui a su réinventer une restauration alors coincée dans des codes d’un autre âge. « Grâce à son approche moderne et décomplexée, il a insufflé une nouvelle dynamique jusqu’à son apogée en 2002 avec le restaurant-bar Chai 33. Un homme tourné vers l’avenir, avec toujours un coup d’avance ».

"C’était un homme toujours très vivant, dans le boulot comme dans la sphère privée", Aurore Bégué.

Sans Thierry, le Leaders Club n’existerait pas !

Pour l’un de ses amis de route, Daniel Majonchi avec lequel il a, aux côtés de quelques-uns, créé l’Association du Leaders Club France en 1993, dont il a été le trésorier avant de le présider de 2001 à 2003 : "Sans lui le Leaders Club n’existerait pas ! Sa disparition me touche particulièrement car outre l’immense professionnel que je connaissais depuis plus de 30 ans, il était un véritable ami et une très belle personne".  Robert Petit, consultant et DG de Menilcook, un de ses amis lui rend aussi hommage : "Thierry Bégué était l’illustration d’une forme de méritocratie dans la restauration. Il s’était construit tout seul. Ce qui a toujours suscité mon estime, mon admiration et mon amitié ». Et Daniel Majonchi de rappeler que cet homme de passion, très investi, a été aussi l’artisan du Leaders Club International comme il le fut, aux côtés de son ami Raymond Visan, à l’origine de nouvelles tendances dans la profession. « A la fin des années 1980, du gourmet burger et de l’American Diner avec Hollywood Canteen, de l’Eatertainment pendant les années 90 avec le Barfly ». Un concept qui a d’ailleurs reçu la première Palme d’Or du Leaders Club en 1995, se souvient Daniel «  avec pour la première fois, un DJ résident, un bar sans fin et des sushis à la carte ». Et de poursuivre : « Ensuite s’en est suivi, le Buddha Bar dont le succès international ne se dément pas, puis le Bario Latino et enfin le Chai 33 ».

"Son grand œuvre, à laquelle il a associé ses enfants Aurore et Matthieu, c’est sans conteste Chai 33 qui repensa l’approche du vin en restauration", Daniel Majonchi.

Un homme de peu de mots mais de gestes forts

Autre ami à témoigner Michel Porcel, président de Restoleil qui a connu Thierry Bégué au moment où il créait le Leaders Club Rhône-Alpes. « C’était à la grande époque du Barfly alors que le chantier du Buddha bar était lancé. J’ai été impressionné par l’homme, son dynamisme, son parcours ». Est née de cette rencontre, une belle amitié même si, comme le raconte Michel Porcel, le personnage était impressionnant au premier abord. "Il y avait 2 Thierry. L’un sérieux, rationnel presque froid qui intellectualisait beaucoup presque dithyrambique et avec la gagne au corps, l’autre, quand il retirait l’armure, plein de générosité. C’était un homme de peu de mots mais de gestes forts".

"C’était un vrai leader d’opinion, un agitateur d’idées", Michel Porcel, président de Restoleil.

Au Leaders Club, on se souvient de cette figure emblématique de la restauration et de l’association qui a toujours œuvré pour la profession avec force et détermination. " Il avait lancé la médiatisation du Leaders Club et l’international en commençant par l’Allemagne en 2001. Ensuite sont arrivés la Suisse et la Belgique et plus tard l’Ukraine et la Russie. C’était un visionnaire."

 

 

Paul Fedèle Rédacteur en chef France Snacking Suivez Paul Fedèle sur Twitter @francesnacking
Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique