#MoiJeune en 2023 : les générations XZ s’adaptent et font preuve de résilience
FoodTech

#MoiJeune en 2023 : les générations XZ s’adaptent et font preuve de résilience

24 Février 2023 - 2705 vue(s)
Ils ont 18/30 ans et sont à la fois le cœur de cible de la restauration rapide et les meilleurs représentants de notre brigade : une bonne raison de s’intéresser à eux ! Comment s’adaptent-ils (également) aux crises simultanées et quels sont leurs nouveaux drivers de consommation ? Quel est leur mood actuel par rapport au travail ? L’analyse de leurs comportements fait l’objet d’une étude biannuelle portée conjointement par le magazine 20 minutes et l’Institut OpinionWay. Lancée voilà 7 ans, cette 12e édition révèle le profond malaise ressenti chez les jeunes et, en même temps, une grande capacité de résilience face aux incertitudes actuelles. Découvrons !

La Jeune génération se décrit comme ouverte au monde, engagée et connectée, mais aussi inquiète et désabusée. Ils sont, aujourd’hui, 78 % à évaluer l’état de leur santé mentale comme mauvais et 31 % d’entre eux considèrent qu’ils auront une vie moins facile que celle de leur parents…

Les générations XY durement impactées par la crise du COVID

Les étages de vie traditionnelles de ces générations ont été retardées par la crise du COVID : un grand voyage pour 27 % des I8-30 ans, le premier emploi pour 2I % d’entre eux, le premier achat de logement pour 20 %, l’installation en couple pour I5 %, un premier enfant pour I0 %. A l’inverse, la crise COVID a pu accélérer des réorientations :  qu’elles aient été choisies ou forcées : un  changement  d’emploi pour 27 %, une reconversion pour 23 %...

La tendance « slow life » s’installe auprès des 18/30 ans

Prendre du temps, rester au calme, rien que pour soi, sans rien faire de particulier ” : 42 % des I8-30 ans déclarent le faire plus qu’avant la crise COVID. Ils sont 38 % à moins sortir en soirée, 33 % à moins voir des spectacles, à aller au cinéma et au restaurant. Mais si cette tendance pourrait sembler négative, l’étude montre que ces générations ont un grand besoin de créer des liens positifs. L’envie d’être entouré de son cercle de proches, de créer une bulle positive, face à un monde qui semble de plus en plus menaçant l’emporte, et c’est une bonne nouvelle. Une priorisation importante alors qu’ils sont 71 % à considérer que la vie en couple reste un idéal, et 41 % des I8-30 ans avouent se sentir parfois très seuls si bien que 31 % éprouvent des difficultés à développer de nouveaux liens amoureux et amicaux alors qu’ils disposent de tout un panel de moyens de communication …

Des générations XY à reconquérir pour les restaurateurs ?

Si la tendance homing s’est durablement installée depuis la crise sanitaire, il serait peut-être bon de leur redonner le goût de la fête, non ? Si l’économie de la paresse s’est considérablement développée à cause des confinements successifs auprès des jeunes, la livraison en moins de 15 minutes ne semble plus satisfaire leurs besoins prioritaires, alors qu’ils souhaitent recréer du lien avec leurs cercles familiaux et amicaux. La recherche d’expériences nouvelles et qui en vaillent vraiment la peine doit les aider à sortir de leur lit et de leur canapé ! Plus que jamais, l’entertainment doit être le fer de lance de votre concept pour cette année afin de rebooster votre activité et convaincre ces clients essentiels à votre stratégie marketing. Dégainez à nouveau vos soirées thématiques, misez sur la mixologie, donnez aux clients l’envie de venir et revenir dans votre concept et misez sur l’expérience au-delà de la fonctionnalité du midi tout en gardant des prix attractifs pour combler tous les plaisirs…

 

La « décarbonisation », un sujet majeur pour les générations YZ

Si ces générations se construisent aussi dans un monde en plein bouleversement, leur inquiétude face aux enjeux du climat, du réchauffement climatique et du respect de la biodiversité leur fait prendre des décisions drastiques pour 76 % d’entre eux, et est un sujet d’angoisse pour un jeune sur 5… Conséquences directes, ils réduisent drastiquement leurs déplacements en avion et en voiture (75 et 64 %), réduisent leur consommation de viande rouge (58 %) et privilégient les fruits et les légumes de saison (79 %)…

#moneyfreak : les jeunes générations réalisent des arbitrages budgétaires pour faire face à l’inflation et se recentrent sur l’essentiel

L’inflation galopante (les augmentations de mars vont être une énorme surprise pour certains après les négociations avec la grande distribution… !) conduit cette génération à nourrir de nouveaux comportements d’achats et dicte de nouveaux drivers de consommation. Pour la première fois, faire des économies sur les loisirs et les sorties afin de préparer l’avenir ressortent de l’étude, bien que les postes alimentaires (aliments + boissons) soient les derniers sur lesquels ils souhaitent rogner (16 %) loin derrière les sorties, les voyages et la mode. D’ailleurs, ils sont 64 % à privilégier le bargain hunting (privilégier les promotions), le recycling, l’upcycling et le trifting (friperies) à hauteur de 71 % !

Vers des achats de plus en plus utiles pour la jeune génération : même en restauration ?

Il est toujours difficile de corréler la consommation domicile de celle de la consommation en RHD. Cette dernière, basée sur le plaisir et sur le « lâcher prise », lorsque l’on sort de sa bulle. Pourtant, la commensalité qui résume tout notre art de vivre à la française laisse place désormais à davantage d’individualisation dans notre prise alimentaire. Si les jeunes générations ont à l’esprit que notre écosystème est arrivé à sa limite, il n’en demeure pas moins que la réalité économique risque de l’emporter dans le choix final. En conséquence, les restaurateurs vont devoir à nouveau investir les plateformes sociales afin de démontrer que des choix plus vertueux existent, en se basant sur une influence plus authentique et responsable. Ils sont désormais 56 % à estimer que les influenceurs sont des charlatans qui trompent leurs followers pour gagner de l’argent, souligne l’étude !

Un rapport distant, désengagé, voire méfiant face à la valeur travail pour ces générations

Seulement 11 % des 18/30 ans pensent trouver le sens de leur vie avant tout dans le travail et l’envisagent avant tout comme un moyen de gagner de l’argent. Si 45 % comprennent et revendiquent « la valeur travail », ils sont malgré tout 21 % à ne pas se sentir vraiment concernés par cette notion… Dans leurs critères de choix pour un poste, la flexibilité (horaires, congés, télétravail, repos le week-end…) ressort en 3e critère le plus important… après la rémunération et les missions d’un poste…

Cultiver sa marque employeur et son purpose : une priorité en restauration pour attirer les talents ?

Votre marque employeur joue un rôle fondamental dans votre recrutement de talents, mais aussi dans l’engagement de vos collaborateurs, si bien que le bien-être au travail de vos forces vives est devenu une priorité pour assurer le présent et l’avenir de nos business ! Si les deux années de crise sanitaire ont forcément laissé des traces, il en ressort que notre pouvoir d’attractivité est aussi lié à la mission de notre métier. Au-delà de restaurer des consommateurs, nous sommes également garants d’un écosystème qui était en place bien avant nous. Si la flexibilité est devenue une condition sine qua none pour attirer les talents, elle correspond bien aux attentes de la restauration rapide. Dans le contexte actuel, travailler davantage sa raison d’être et devenir une « love brand » se renforcent. 57 % des 18/30 ans pratiquent ou pourraient pratiquer le « quiet quitting » (faire le minimum au travail et se réfugier uniquement derrière les missions de la fiche de poste sans aller plus loin) ! 34 % pourraient même devenir bifurqueurs : c’est-à-dire refuser de travailler pour des entreprises qui n’en font pas assez en matière d’écologie. L’engagement RSE des entreprises joue un rôle dans leur recherche d’emploi : c’est un point vérifié en priorité avant de postuler rappelle l’étude. Et d’après-vous, comment se renseignent-ils ? En se rendant sur les plateformes sociales, votre site internet, les avis laissés par les consommateurs, pardi !

 

Pour aller plus loin, parcourez le support de présentation de cette étude et l'infographie avec les chiffres clefs y afférant.

L’étude #MoiJeunelancée en mars 2016 par 20 Minutes, en partenariat avec l’institut OpinionWay, est menée exclusivement en ligne auprès de la population des 18-30 ans. Interrogés sur des sujets très variés (actualité, politique, consommation, food, sexe, vie en ligne, etc.), les 5 300 membres actifs de la communauté s’expriment et co-construisent le portrait de leur génération et sont interrogés par les journalistes sur un groupe Facebook privé comptant plus de 2 500 membres. Les réponses présentées ici ont été récoltées en ligne de la mi-mars à début juin, sur 6 300 répondants, au total, représentatifs des 18-30 ans en France selon la méthode des quotas.

Pascal Perriot Web Manager Suivez Pascal Perriot sur @perriot_pascal
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique