Uber Eats
Communauté

Uber Eats vers une plateforme zéro émission d’ici 2040 et zéro plastique d’ici 2030

8 Juin 2023 - 2093 vue(s)
La plateforme vient d’annoncer une succession d’initiatives en faveur d’une livraison plus verte, avec la volonté de réduire à néant, à la fois, ses émissions à horizon 2040 et les déchets plastiques à usage unique à 2030, ainsi que la mise en place d’un panier anti-gaspi en partenariat avec Franprix.

Belle série d’annonces pour le numéro 1 de la livraison en France. Dans la foulée d’engagements mondiaux d’Uber à devenir une plateforme zéro émission avec des voitures zéro émission, l’agrégateur a précisé qu’il les étendait aussi à Uber Eats et ses activités de livraison. Ce qui concerne à termes, près de 45 000 restaurants et commerçants en France sur les 890 000 au compteur de la plateforme. Avec cette prise de position, Uber insuffle un mouvement de consommation plus durable. Déjà, en 2019, la plateforme introduisait la fonctionnalité « sans couverts par défaut », une option qui concerne aujourd’hui 90 % des livraisons en France. Des projets d’emballages réutilisables ont aussi été lancés en France, Suisse, Allemagne et dans certaines régions du Royaume-Uni et des Etats-Unis.

Le développement durable, une priorité pour les restaurateurs

Il faut dire que les restaurants sont conscients et demandeurs de solutions. Selon un sondage mené auprès de restaurants, par Quadrant Stratégie en fin d’année dernière, 71 % d’entre eux déclarent que le développement durable est une priorité pour l’avenir de leur entreprise et sont intéressés à l’idée d’acheter des emballages durables via des partenariats, qu’ils sont d’accord, pour 62 % d’entre-eux qu’ils n’ont pas les moyens de mettre en place des initiatives en matière de développement durable. Enfin, les principaux freins face à l’adoption d’emballages éco-responsables sont le coût pour 48 % d’entre eux, la disponibilité (33 %) et la mise en place de cette transition durable pour 17 %.

Des partenariats avec Bibak, Franprix, Visa et Dinovia

Parmi les démarches enclenchées par Uber Eats, à noter la signature d’un accord exclusif avec Franprix pour la mise en place d’un panier de fruits et légumes de 2 kg pour 3 € à la place de 6 €. Une initiative qui débutera la semaine prochaine dans 6 villes franciliennes dont Paris avec l’idée de l’étendre à plus de 100 villes en France. La plateforme a également signé un partenariat avec Bibak, une solution tech clé en main pour faciliter le retour des contenants et maximiser leur réemploi. Le partenariat consiste à la mise à disposition de contenants consignés dans près de 20 restaurants dont Bioburger, Poké Bar et les boutiques traiteur Mavrommatis, par exemple. Le client qui opte pour un contenant consigné à 3 €, une fois le contenant rapporté, reçoit un bon d'achat de 5 € à valoir sur toute la plateforme Uber Eats. Autre démarche, dans la continuité de l’association entre Uber Eats et VISA en début 2023 : la mise en place d’un programme visant à soutenir les restaurants de toute taille dans leur transition vers des emballages écologiques et durables. À Londres, Los Angeles, Madrid, New-York et Paris, la plateforme va consacrer plus d’un million de dollars aux restaurants éligibles pour financer des emballages durables. Ce sont ainsi 100 restaurants indépendants dans chaque ville dont 20 à Paris qui auront l’opportunité de recevoir 10 000 dollars (soit 9 300 €) à utiliser chez Dinovia, le partenaire de la plateforme et expert des emballages éco-responsables. Il y aura aussi des réductions plus importantes sur la vaisselle renouvelable (pendant une durée limitée).

Ces nouvelles propositions, s’ajoutent à l’option - mise en place en novembre 2021 - qui permet déjà aux clients d’Uber Eats de pouvoir choisir entre utiliser l’emballage du restaurant ou apporter leur propre contenant lorsqu’ils vont chercher leur commande au restaurant. Pour les livreurs indépendants, Eats signale avoir fait évoluer son partenariat avec l’ADIE - mis en place depuis novembre 2021 - qui facilite la transition vers l’électrique des livreurs indépendants utilisant l’application Uber Eats grâce à une subvention de 700 € pour l’acquisition d’un vélo électrique, soit 200 € de plus qu’aujourd’hui. Les livreurs peuvent ainsi cumuler cette aide financière à celles proposées par l’Etat.

Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique