Extime Food & Beverage
Communauté

SSP devient co-actionnaire d’Extime Food & Beverage Paris aux côtés d’ADP et se renforce à Marseille

29 Août 2023 - 3948 vue(s)
L’Autorité de la concurrence, saisie en octobre 2022, avait émis des réserves quant au projet de création d’une entreprise commune par le groupe Aéroports de Paris et Select Service Partner . Après une longue instruction, celle-ci a finalement donné début août son accord au rachat par SSP, de 50 % de la société Extime Food & Beverage Paris détenue par ADP. Cette co-entreprise accueillera, sur 11 ans, tous les contrats de restauration arrivant à échéance sur la totalité des points de vente de restauration situés dans les aéroports de Roissy Charles de Gaulle et Orly, soit près de 109 points de restauration. Le spécialiste de la restauration sous concession, qui prévoit un CA d’environ 320 M€ pour 2023 et vise les 400 M€ l’année prochaine, va lancer des appels d’offres conjointement avec ADP pour composer le portefeuille de marques d’Extime dans les prochaines semaines, comme l’explique son DG France, Bénélux et Italie à Snacking.fr, Gérard d’Onofrio. Il revient aussi sur ses dernières victoires à Marseille, Aix-en-Provence, mais aussi la création de la filiale italienne.

Snacking.fr : En octobre 2021, vous remportiez l’appel d’offres pour racheter 50 % d’Extime F&B Paris sous forme de co-entreprise. Un succès historique comme vous l’annonciez mais qui avait été gelé en octobre dernier, suite à l’intervention de l’Autorité de la Concurrence. Où en est-on ?

Gérard d’Onofrio : Lorsque nous avions gagné en 2021, l’appel d’offres lancé par Aéroports de Paris pour racheter 50 %  d’Extime Food & Beverage Paris, j’avais en effet qualifié cette opération de contrat du siècle. Il faut dire que les perspectives offertes par cette opération sont à la mesure de nos ambitions de croissance. Cette filiale du groupe ADP, créée en 2021 pour gérer une trentaine de points de vente de restauration sur l’aéroport d’Orly, est appelée à absorber, dans les 11 prochaines années, toutes les activités de restauration des deux premiers aéroports de France, Roissy CDG et Orly. Ce défi stratégique est à la fois une reconnaissance de SSP comme le meilleur opérateur du marché, mais aussi une sécurisation de nos activités dans l’Hexagone avec à terme, 109 points de restauration en gestion pour un CA estimé de 1,8 md€ sur la période. Pourtant, en octobre dernier, lors de la saisine de l’Autorité de la Concurrence (ADLC), celle-ci avait émis des réserves en matière de concentration capitalistique, pour finalement autoriser, le 4 août dernier, sans conditions, la création de cette co-entreprise. Elle a écarté tout risque d’atteinte à la concurrence sur le marché amont et aval de la restauration commerciale sur les 2 aéroports. Nous allons donc maintenant nous mettre au travail pour organiser les prochaines échéances.

Comment va concrètement se dérouler la montée en puissance d’Extime F&B Paris et quelle est votre feuille de route ?

Pour l’heure, cette société gère une dizaine de points de vente et va progressivement monter en puissance au fur et à mesure qu’elle absorbera toutes les activités de restauration des contrats arrivés à terme. Ceux de nos confrères Areas et Lagardère Travel Retail mais également les 45 points de vente d’Epigo, co-entreprise que nous avons montée avec ADP en 2016 pour se terminer d’ici 2030. A fin 2023, ce seront 39 unités qui figureront dans le giron d’Extime F&B Paris. En 2024, nous monterons à 50, puis 83 en 2025, pour terminer à 109 en 2032. Soit en moyenne 180 M€ de CA annuel. La priorité des prochaines semaines sera la mise en place d’une supply chain et de l’IT, mais aussi le lancement des consultations et appels d’offres pour construire notre portefeuille de marques conjointement avec ADP. Les grandes lignes figuraient dans notre projet initial pour répondre aux 9 segments de restauration identifiés en différents lots. Il s’agit de 33 points de vente de boulangerie à la française, 15 coffee shops, 26 unités sur le segment fast casual, 4 en restauration méditerranéenne, 5 pour la restauration asiatique, 5 en burger, 9 Service à table, 6 bars, 3 Premium bar. Notre ambition pour Extime sera d’obtenir les meilleures conditions de partenariat pour chacune des marques qui sera retenue.

L’année 2023 a été un bon cru pour SSP sur votre périmètre ?

En effet, nous avons cumulé plusieurs victoires cette année. Outre l’unité supplémentaire gagnée à la gare de Lille-Flandres avec Starbucks, nous attendons Côté Sushi qui élira domicile à la Gare du Nord ; de plus, nous avons gagné l’intégralité de la restauration du musée du Grand Palais, soit 5 points de vente au total. Même chose pour le domaine de Chantilly, sur la partie musée avec 2 unités ou encore le restaurant de la Cité de la musique – La Philharmonie à Paris.  

L’autre grand succès est le renouvellement du contrat du Terminal T1 de l’aéroport de Marseille où nous opérions déjà. Sur les 3 lots possibles, nous en avons gagné 2 dans le cadre d’une réhabilitation totale du terminal 1.

Pokawa

De beaux projets verront le jour avec 10 nouveaux points de vente dont un bar avec Pernod Ricard, de nouveaux concepts locaux avec un restaurant équitable Les Jardins Sainte Victoire aux côtés du chef Michel Portos, un concept de pizza II Gusto di Napoli avec Ludovic Bicchierai le champion du monde de pizza, mais aussi 1 Blend, 1 Exki, 2 Starbucks, 2 Pret A Manger ou encore le concept Foud de restauration engagée (ex Popote). Sur le T2 du même aéroport où nous opérons déjà un grab & go et un Starbucks, nous avons ajouté cette année un Pokawa, le premier en aéroport. Enfin, nous avons également gagné la gare d’Aix-en-Provence où nous installerons un double concept Bo & Mie et Pret A Manger.

De nombreux défis sont au programme de cette rentrée dont l’ouverture d’une nouvelle filiale en Italie ?

Face aux différentes missions qui nous attendent et au nouveau périmètre qui se dessine, la priorité va aller au renforcement de notre structure de management avec de nombreuses embauches. Autre sujet, et non des moindres, l’inflation a été un véritable défi à gérer en 2023. Le sujet reste tendu et méritera toute notre attention dans les mois qui viennent.  2024 sera aussi placée sous le signe du déploiement en Italie, une nouvelle filiale qui entre dans mon périmètre et où nous avons répondu à une dizaine d’appels d’offres et gagné des lots dans 3 gares TGV comme Rome, Turin et Milan. Vous y verrez s’implanter, entre la fin 2023 et le 2e trimestre 2024, des enseignes comme Yo ! Sushi, Exki, Léon (la marque britannique), ainsi que des marques italiennes de sandwicherie-focacceria comme Tosca ou de restauration italienne comme Il Granaio. Nous avons de grandes ambitions en Italie où tout reste à faire pour conforter notre présence, et construire une équipe locale dédiée sera notre prochaine étape.  Quant aux appels d’offres en cours, la totalité de l’aéroport de Bâle-Mulhouse a été remise en jeu avec 3 lots auxquels nous sommes en train de répondre.

Paul Fedèle Rédacteur en chef France Snacking Retrouvez Paul Fedèle sur Linkedin
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique