Un Resto en Plus
FoodTech

Livraison. Un Resto en Plus part à la conquête des indépendants en région avec ses 9 marques digitales

25 Septembre 2023 - 3084 vue(s)
Après avoir calé leur modèle et enrichi leur portefeuille de 3 marques digitales supplémentaires cet été, Fromenton, Burger on the Town et Bigger is Better, Romaric Blaie, Jean-Michel Vidal et Hervé Lescure sont armés pour un déploiement plus musclé en région. Avec déjà 23 restaurants digitaux à leur actif chez une dizaine de partenaires, ils visent une accélération dès l’an prochain.

« Un restaurateur qui crée des marques pour les restaurateurs », tel est le crédo des 3 associés qui ont lancé Un Resto en Plus début 2023 avec, comme cible de clientèle, les restaurateurs indépendants. A la manière d’acteurs comme Clone, Taster ou Dévor, l’idée est de proposer aux professionnels en activité, de créer un business additionnel à leur affaire, via des marques identitaires opérées depuis leur propre cuisine et livrées via les principales plateformes de livraison. Le trio qui opérait encore l’an dernier 2 dark kitchens à Paris, a mesuré les limites du modèle et préféré changer de direction en mettant son expérience et son expertise, au service des indépendants.

9 marques dont 5 autour du burger

Leur projet était de leur mettre à disposition des marques clé en main et complémentaires, parfaitement adaptées à la livraison, dans le produit, les process, la mise en œuvre de manière à se « pluguer » facilement à une cuisine existante et s’opérer sans investissement supplémentaire. Dans leur besace, 10 marques dont 5 de Burger comme Starck (smash Burger), Burger On The Town (burger américain), Fromenton (burger aux saveurs françaises et aux fromages généreux), Biger is Better (Gourmet Burger), le Gros Georges (Gourmet Burger aux sauces franchouillardes et produits de terroirs français). Mais aussi Frit (poulet croustillant), Grazie Mamma (pasta), Merci Mamie (cuisine bistrot) et enfin Aligot Dream (aligot saucisse ou poulet). Fort de cette plateforme, d’un partenaire logistique capable de livrer partout en France (Sysco), de fiches recettes précises, et d’outils de pilotage et de suivi pointus capables de mesurer les performances à la semaine, Romaric, Jean et Michel ont d’abord éprouvé leur modèle à Paris 17e et Saint Ouen avant de le tester à distance, à Limoge, auprès d’un premier partenaire brasserie. Avec plus de 15 K€ de CA incrémental réalisé le premier mois sur cette affaire, la mayonnaise a vite pris et la stratégie s’est affinée en direction des territoires où Un Resto en Plus a multiplié les implantations à Dijon, Aix-en-Provence, Caen, Rennes, Clermont Ferrand, Saint-Etienne et Orléans.

Avec un CA qui oscille aujourd’hui, selon les partenaires, entre 8 et 15 K€ par mois, avec une moyenne de plus de 2 marques par site et un niveau de rentabilité qui oscille entre 20 et 25 % pour les thématiques burgers et de 40 à 45 % pour les pastas et la restauration traditionnelle, Un Resto en Plus compte bien essaimer de l'ordre de 5 à 6 implantions par mois d’ici la fin de l’année et d’une dizaine mensuelle l’an prochain.

Paul Fedèle Rédacteur en chef France Snacking Retrouvez Paul Fedèle sur Linkedin
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique