Malou
FoodTech

Sur sa lancée, la pépite foodtech Malou lève 10 M€ et part aussi à la conquête de New-York

20 Novembre 2023 - 3930 vue(s)
Devenue, en moins de 5 ans, véritable éditeur de solution technologique innovante en mode SaaS, la startup Malou vient de finaliser un tour de table de 10 M€. Autour de l’actionnaire principal le fonds de capital-risque henQ, elle a réuni 3 familly office : Bleu Capital, la financière Sextant et Antoine d’Ydewalle mais aussi des investisseurs privés tels Bertrand Jelensperger et Jim Texier. A leurs côtés, elle compte accélérer en France, s’imposer à l’étranger et notamment aux Etats-Unis où elle nourrit aussi de grandes ambitions.

Que de chemin parcouru par Louiza Hacene depuis sa sortie d’HEC Grande Ecole, puis de son master HEC entrepreneur en 2017 au cours duquel elle créait d’abord un simple blog, devenu en 2018 agence de marketing digital, spécialisée en restauration. Un tremplin pour l’entrepreneuse en herbe qui multipliera les collaborations et imposera sa singularité dans le référencement local, la gestion de l’e-réputation et des réseaux sociaux. Très vite, et face au boom de la digitalisation, de ses propres besoins d’automatisation interne et de son ambition de monter un modèle à plus grande échelle appelé à évoluer en mode Saas, elle muscle son équipe en débauchant deux ingénieurs, ceux qui deviendront ses associés, d’abord Waad Toumi puis Victor Sage, aujourd’hui respectivement CPO et CTO. De quoi lui permettre, dès 2019, de doubler sa productivité et de tripler le CA.

Lancement de la MalouApp

L’accélération de l’entreprise va coïncider avec la commercialisation de la  MalouApp, en janvier 2021, la nouvelle solution dans laquelle toute l’expertise accumulée par l’agence a été transférée dans une solution hyper-verticalisée qui permet à un restaurant d’optimiser automatiquement tous les aspects de la présence en ligne. Depuis cette application, véritable hub technologique exclusivement dédié à nos métiers, un restaurateur ou une tête de réseau, peut centraliser toutes les plateformes liées à son établissement : Google, les réseaux sociaux, TripAdvisor, les plateformes de réservation, les agrégateurs. Tout est géré depuis MalouApp, jusqu’aux informations qui peuvent être administrées, simultanément partout en un clic : identifier les mots clés qui sont pertinents, centraliser les avis clients y répondre par la génération automatique de texte grâce à l’IA, gérer les réseaux sociaux...

"On est passé d'une agence en marketing digital, dédiée à la restauration, à une entreprise à haute technologie toujours 100 % tournée vers la restauration", Louiza Hacene.

« La pertinence de notre solution repose sur 3 mots clés : la centralisation, l’automatisation grâce à l’IA et l’expertise », explique Louiza qui souligne la facilité, depuis l’application, à générer des posts Google, Instagram ou Facebook adaptés à son référencement par rapport à des mots clés, mais aussi des réponses automatiques aux avis clients grâce à l’IA. L’expertise sectorielle proposée par la solution va très loin, poursuit la CEO de Malou, puisqu’elle permet aussi de monitorer la satisfaction client avec une précision chirurgicale, grâce à la centralisation des avis formulés concernant la cuisine, le service, l’attente, la perception du rapport qualité-prix, l’ambiance et l’hygiène depuis Google, Facebook, TripAdvisor, The Fork, ZenChef, Mapstr, Yelp, ForceWare, Instagram, les Pages Jaunes Deliveroo ou encore Uber Eats.

Des ressources pour viser plus loin et plus vite

Avec + 300 % de croissance l’an dernier et près de 250 % cette année, et près de 2 000 restaurants en portefeuille dans 12 pays dont Cojean, Côté Sushi, Maison Landemaine, French Bastard, Ernest et Valentin, Poulet Braisé, Krispy Kreme pour la rapide et la boulangerie, ou encore Groupe Bertrand, La Criée, Le Perchoir, les restaurants de Stéphane Manigold, le Prince de Galles, Bagatelle Group, Jean-Georges Group à New-York..., Malou avance vite. Une hypercroissance associée à une très bonne efficacité capitalistique, qui vont lui permettre d’attirer les prétendants et de lever, dans de très bonnes conditions, près de 10 M€ autour du fonds de capital-risque henQ, de 3 familly Office Bleu Capital, la financière Sextant et Antoine d’Ydewalle et d’investisseurs privés tels Bertrand Jelensperger et Jim Texier qui ont misé sur ce projet d'ambition. Il faut dire que l’objectif est aujourd’hui de prendre le leadership en France, d’accélérer aux Etats-Unis et à New-York, en particulier, où déjà Malou sévit, comme dans 11 autres pays dans le monde mais aussi de recruter des talents pour accompagner cette croissance et l’évolution tech. D’autant que l’App Malou qui compte bien s’imposer comme le cœur du réacteur digital, devrait bientôt intégrer d’autres briques tech, comme le CRM et la fidélisation pour compléter son approche globale à destination de ses clients.

 

 

Paul Fedèle Rédacteur en chef France Snacking Retrouvez Paul Fedèle sur Linkedin
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique