étude consommateur restauration revenue management solutions
Communauté

Les Français réduisent leurs dépenses aux restaurants

11 Janvier 2024 - 2916 vue(s)
Moins de sorties en restaurant, des dépenses réduites, des choix de menus plus économiques, les consommateurs français sont forcés de faire des sacrifices dans un contexte de forte tension sur leur pouvoir d’achat selon une étude publiée par Revenue Management Solutions.

La montée des prix pèse sur les portes-monnaies des Français et la restauration hors-domicile en fait actuellement les frais. C’est en tout cas ce qui ressort de l’étude publiée par le cabinet Revenue Management Solutions (RMS), spécialiste de l’analyse de la clientèle des opérateurs de restaurants, qui est allé sonder en octobre des consommateurs occasionnels ou assidus en restauration*. En effet, un nombre croissant de clients déclaraient déjà avoir réduit leur nombre de sorties en restaurants, et près de la moitié d’entre eux (42 %) y dépensent une moindre proportion de leur revenu disponible par rapport à l’année dernière. On remarque également une tendance, contrainte ou volontaire, à réduire le coût de l’addition en commandant des plats plus économiques (42 %), en choisissant des restaurants moins chers (31 %) ou encore en faisant l’impasse sur certains produits « périphériques », comme les desserts (17 %) ou les boissons (14 %).

La prime aux clients fidèles...

Conséquence directe de ces nouveaux comportements d’achat, 37 % des sondés indiquent cuisiner davantage de repas à la maison pour faire des économies. Il faut dire que les Français ont bel et bien constaté une hausse des prix pratiqués par les restaurateurs. Ainsi, 2 Français sur 3 estiment aujourd’hui payer plus cher leur repas hors-domicile contre seulement 1 sur 2 il y a encore un an. Pour RMS, « cette perception est d’ailleurs une réalité : l’écart entre les prix des produits alimentaires et les prix de restaurants se réduit ». On parle de + 7,8 % pour les premiers en octobre 2023 contre « seulement » + 5,3 % pour les seconds… Tous les canaux seraient d’ailleurs concernés par la baisse de fréquence des visites, même si la restauration à table résiste mieux que la vente à emporter, la livraison ou le drive-in. « Pour autant, même si la fréquentation baisse, c’est une opportunité stratégique pour les restaurants que de se concentrer sur le lien avec leur clientèle régulière, grâce à des programmes de fidélisation, à l'élaboration de menus dédiés et à l'optimisation de l'expérience de leur application mobile », estime Nicolas BORDEAUX, Vice-président international finance et administration de RMS. En effet, il apparaît que les comportements des consommateurs ne sont pas homogènes. Lorsque l’on compare deux groupes, les clients occasionnels (1 à 4 fois par semaine au restaurant) et les clients réguliers (au moins 5 fois par semaine au restaurant), on constate que seuls 8 % des « occasionnels » prévoient d’augmenter leur fréquentation des restaurants, alors que 17 % des « réguliers » affichent cette même intention… Des raisons, peut-être, pour nos restaurateurs d’espérer quelques lendemains meilleurs…

 

* Cette étude RMS s’appuie sur un sondage effectué en octobre 2023 auprès de 424 personnes en France, dont 13 % de consommateurs occasionnels (au moins une fois par semaine au restaurant), 48 % de consommateurs « modérés » (2 à 4 fois par semaine au restaurant) et 38 % de consommateurs fréquents (au moins 5 fois par semaine au restaurant).

 

Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique