France Snacking n°75
Communauté

Edito France Snacking n°75. Appelez le 18, il y a le “ fait ” à la maison !

5 Mars 2024 - 1589 vue(s)
Retrouvez l'édito de notre tout dernier magazine France Snacking FS75 qui vient de paraître en format digital, feuilletable gratuitement dès aujourd'hui et dans vos boîtes aux lettres dans quelques jours. A découvrir, notre enquête sur la franchise, aux côtés d'experts, notre dossier sur les salons Sandwich & Snack Show/Parizza, notre article sur les substituts végétaux et toutes nos rubriques habituelles.

Allo, c’est une urgence ! L’actualité autour du « fait maison » ne semble affoler pas grand monde ! Et pourtant, si le projet aboutit, une partie des métiers de bouche pourrait se retrouver plus vite qu’elle ne le pense dans l’ambulance. Oui, oui, croyez-moi, il n’y a pas de fumée sans feu et ça commence à chauffer ! En effet, pour ceux qui pensaient ce sujet exhumé par Olivia Grégoire en octobre dernier, clos à la suite du remaniement ministériel, il n’en est rien bien au contraire. Un communiqué du 20 février informe qu’un rapporteur a été nommé, pour porter la proposition de loi déposée par Guillaume Kasbarian, Ministre déléguée chargée du Commerce, de l’Artisanat et du Tourisme, visant à rendre obligatoire cette mention de manière à mieux valoriser le travail des restaurateurs et mettre en avant ceux qui transforment des produits bruts. Et devinez ? Un calendrier a même été dévoilé avec un dossier qui sera présenté par Christopher Weissberg (1), en commission des affaires économiques, la semaine du 18 mars, pour un débat en séance, la semaine du 25 mars. Il est urgent de faire retentir les sirènes avant que ce texte fossoyeur ne soit voté. Car, en ouvrant ainsi la boîte de Pandore, ce sont bien nos métiers qui vont subir les foudres de Zeus ! Et les boulangers, nous dit-on, comme tous les métiers de bouche, seraient aussi du voyage. Bref si, jusqu’alors, la loi laissait à chaque professionnel la liberté d’estampiller ou pas ses préparations du picto fait maison, demain il en sera contraint. Pire encore, apprend-on, tous les produits qui ne sont pas fabriqués dans le restaurant devraient porter la mention « non fait maison ». On marche sur la tête alors que nos métiers reposent, pour beaucoup, sur un modèle d’assemblage partiel ou total ! Qu’en sera-t-il pour ceux qui ont centralisé la fabrication d’une partie de leurs gammes dans un atelier de fabrication, de ceux qui cuisinent mais qui s’appuient, même modérément, sur certains produits industriels, parce qu’ils ne peuvent pas faire autrement ? Ou encore, comment expliquer au client qu’un éclair chocolat est signé « non fait maison », alors que la pâte à choux est faite maison, tout comme la crème pâtissière mais pas le glaçage qui vient d’ailleurs, tout simplement parce qu’il est impossible à fabriquer soi-même. Messieurs les politiques, ne nous montez pas une usine à gaz et ne vous trompez pas de combat sous prétexte d’une plus grande transparence en embarquant sur le même bateau toutes les restaurations. Attachez-vous plutôt, avec les cuisiniers traditionnels concernés et engagés, à trouver la meilleure manière qui soit de mieux valoriser ceux d’entre eux qui fabriquent tout de A à Z ! Donc si vous n’avez pas de tracteurs pour bloquer les routes, de trains à annuler pour vous faire entendre, il y a urgence à enfiler les tenues de combat et d’investir très vite, le terrain de la communication.

  1. .député Renaissance des Français à l'étranger et membre de la commission des affaires culturelles et éducation.

France Snacking n°75

 

Retrouvez l'édito dans notre tout dernier magazine FS 75 qui vient de sortir, consultable en ligne dès aujourd'hui, et dans votre boîte aux lettres, pour les abonnés print, dans quelques jours.

 

 

Tags : édito
Paul Fedèle Rédacteur en chef France Snacking Retrouvez Paul Fedèle sur Linkedin
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique