Non Fait Maison
Communauté

Fait-maison et non fait-maison, le projet de loi retiré

19 Mars 2024 - 1044 vue(s)
Après moult discussions, quelques sueurs froides et la montée au front, en sous-marin, d’un certain nombre de restaurateurs et représentants syndicaux, le feu est enfin éteint... pour l'instant. La proposition de loi a été retirée et elle n'est plus à l'ordre du jour de la commission qui se tient demain 20 mars.

Rien n’était encore gagné la semaine dernière. Et pourtant, les efforts concertés ont payé. On apprend, en effet, cette après-midi que la proposition de loi sur le fait-maison obligatoire et le non fait-maison, est tout bonnement retirée. Elle ne figure d’ailleurs plus à l’ordre du jour de la commission économique des affaires économiques de l'Assemblée qui se réunit demain. Ce que confirme, à France Snacking, Christopher Weissberg, député Renaissance des Français à l’étranger, rapporteur de cette PPL et qui avait déposé, par ailleurs, un amendement samedi 16 mars dernier avec un texte beaucoup plus ouvert excluant notamment la mention "Non fait-maison". Amendement qui avait d’ailleurs été accepté par les organisations syndicales Umih, GHR et CGAD, précise ce soir, à snacking.fr, Catherine Quérard, présidente du GHR. « Nos trois organisations syndicales étaient alignées sur certaines dispositions du texte initial dont la valorisation du travail des professionnels, des savoir-faire et de l’attractivité de nos métiers. Cependant, il y avait non seulement une incompréhension politique et médiatique mais nous ne pouvions accepter la mention non fait-maison qui y figurait dans ce projet et qui était très stigmatisante et négative pour nos branches. Il était indispensable de tout remettre à plat et de se donner le temps de travailler ». La proposition de loi initiale a donc été retirée au profit de l'engagement d'un dialogue constructif entre les parlementaires, le gouvernement et les professionnels, précisent ce soir, dans un communiqué, les 3 organisations. Elles proposent une approche positive et transparente avec un système d'affichage spécifique, obligatoire et harmonisé, permettant aux consommateurs d'identifier clairement les plats "fait-maison" de ceux non "fait-maison", à partir de produits industriels. 

Reçue aujourd’hui, avec les représentants des deux autres syndicats, par le cabinet du premier ministre, Catherine Quérard a défendu la position de réouverture de discussion à l’automne pour se laisser le temps de passer sereinement les Jeux Olympiques et Paralympiques lors desquels les professionnels vont être très investis. « Ce qui nous donnera du temps pour faire de la pédagogie, construire et expliquer tout l’intérêt de valoriser ceux qui optent pour du fait-maison. Et, dans le cas d’une nouvelle proposition de loi, de l’appliquer à tous les métiers qui acceptent les titres restaurants », précise-t-elle.

Paul Fedèle Rédacteur en chef France Snacking Retrouvez Paul Fedèle sur Linkedin
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique