Los Pueblos
Communauté

Los Pueblos, un démarrage stupéfiant pour ce Mexican Food Cartel

4 Juin 2024 - 1483 vue(s)
Tous les 4, ils ont décidé de casser les codes, brouiller les repères et proposer un nouveau story telling autour d’un tex-mex décomplexé et branché. Pour les serials entrepreneurs Jonathan Jablonski et Michael Azevedo, associés à Emeric et Mélanie Gohory, ce premier spot piquousé Narcos et GTA 6, fait déjà un carton dans le centre commercial grenoblois Grand Place avec ses tacos smash burgers, burritos et autres churros fourrés. Le n° 2 est déjà attendu pour octobre.

Los Pueblos, Mexican Food Cartel, 5 mots qui résument à eux seuls l’esprit de ce nouveau concept qui a pris position en janvier dernier dans le centre commercial Grand Place, à Grenoble. Une enseigne qui devrait se développer comme une traînée de poudre, si l’on en croit les cofondateurs et les premiers résultats après 4 mois d’exploitation avec un CA projeté sur l’année de 1,2 M€. Il faut dire que l’endroit ne passe pas inaperçu parmi la dizaine de restaurants situés dans ce nouveau food hall. Ne serait-ce déjà, que par sa programmation musicale percutante, très R&B,  imaginée par l’agence MyMusic Home qui renseigne très vite sur l’ambiance de ce lieu qui se veut cool et branché. De quoi découvrir un décor qui a prêté allégeance aux gangs latinos, sous le pinceau de Laury Audoux et Delphine Jablonski de  l’agence Création Peach qui a mêlé matériaux bruts, codes urbains et clichés de Narcos et autres GTA 6. « Une mise en scène décalée très clairement instagrammable pour des produits inspirés d’une street food mexicaine revisitée », explique Emeric qui, aux côtés de sa femme Mélanie, ajoutent là, un 11e commerce à leur écrin régional.    

Los Pueblos

Le Tacos Smash Burger comme fer de lance

Si le territoire de marque a pris ses distances avec les caricatures du tex mex, pour autant les accrocs de la mexican food n’en perdront pas leur latin en parcourant la carte. Des recettes qui cochent bien les classiques du genre même si le quatuor s’est permis quelques libertés pour faire la différence. En déroulant le menu, sur les bornes de prise de commande, on retrouve bien sûr, les incontournables burritos (entre 9,90 et 14,90 €), les bowls (à partir de 8,90 €), les quésadillas, le chili con carne, le tout fabriqué en grande partie maison au même titre que le guacamole réalisé d’ailleurs tous les matins dans la petite cuisine située en arrière-comptoir. A cela s’ajoutent toute une panoplie de petites faims dont les chips de tortillas de maïs maison, les frites classiques ou frites de patates douces, nuggets mais surtout les fameux tacos smash burgers, un des produits étendards de Los Pueblos. Une signature qui caracole en tête des ventes avec, dans une tortilla, un steak smashé de viande de race, halal (comme toute la carte d’ailleurs), un mix cheddar mozza, de la salade ciselée et une sauce burger maison, à 4,90 €. Autre marqueur de l’enseigne : les churros proposés soit par 6, 9, 12 ou 15 (avec leur sauce à dipper) ou, plus surprenant,  fourrés au Nutella, caramel au beurre salé,  pistache... Au total 8 fourrages au choix et une vingtaine de toppings et sauces artisanales. Un plaisir sucré ultra gourmand (pas forcément mexicain) qui va permettre à Los Pueblos de renforcer d’autres instants de consommation. « Pour dompter les churros et acquérir le savoir-faire, je suis allé me former pendant deux mois auprès d’un ami forain. Car si le produit est plutôt simple dans sa recette, il l’est moins dans sa mise en œuvre. Qui plus est pour des produits cuits minute. Et nous souhaitions proposer le meilleur à nos clients », précise Emeric qui a gardé de sa formation école hôtelière (de Grenoble) et de ses expériences en restauration gastronomique, le goût de l’excellence et des bons produits. 

Des process réglés au cordeau

« Le parcours client 100 % digitalisé, associé à un process rodé et une mise en place pointue, nous permet de délivrer une commande en moins de 3 minutes », précise Emeric qui a gardé un équipier côté salle pour accompagner les clients aux bornes si nécessaire, apporter les plats et assurer la propreté. Il faut dire que dans la cellule de 88 m², prévue à l’origine pour accueillir une autre enseigne, il a fallu caler toute la mécanique de ce premier pilote. A la fois pour réaliser toutes les préparations dans la légumerie, mais aussi la confection des plats le matin, des chips de tortillas, du guacamole toute comme la cuisson du poulet ou de bœuf barbacao à basse température jusqu’aux ingrédients de mise en place. Ceci, pour optimiser l’efficacité au moment du coup de feu. «  Toute l’organisation est si bien calée, simplifiée et cadencée qu’un nouveau collaborateur peut être intégré très rapidement dans l’équipe qui s’active en show cooking devant les clients », ajoute Emeric qui compte bien calquer ce modèle sur le deuxième restaurant de 120 m² et 60 places avec terrasse, déjà programmé début octobre dans le nouveau retail park Neyrpic de Saint Martin d’Hères. Pour Jonathan Jablonski, Los Pueblos a très vite trouvé ses marques et son public. « Et ses bons ratios, combinés à un coût d’investissement limité de l’ordre de 300 K€,-- nous laissent optimistes sur les opportunités de développement », ajoute-le fondateur de Factory & Co qui a déjà reçu plusieurs demandes, validé une 3e adresse, avec un partenaire à Dijon et dit être en bonne voie à Strasbourg.

Los Pueblos

Los Pueblos

 

 

 

Paul Fedèle Rédacteur en chef France Snacking Retrouvez Paul Fedèle sur Linkedin
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique