Planet Sushi, le grand virage vers le libre-service
Communauté 8

Planet Sushi, le grand virage vers le libre-service

10 Janvier 2019 - 2967 vue(s)
20 ans après sa création, le précurseur de la Japan Fusion Food et acteur majeur de la restauration livrée, a entamé un véritable plan de transformation tout en restant fidèle à son histoire. Le nouveau concept de l’enseigne qui devrait être dévoilé en mars à Paris, sera l’expression d’une nouvelle dynamique de déploiement engagée par un comité de direction renouvelé. La chaîne veut doubler la taille à 3 ans.

Planet Sushi est dans une nouvelle ère depuis l’arrivée du nouveau CEO Alexandre Maizoué nommé en septembre dernier par Siben’n Ser, fondateur et propriétaire de la chaîne et dorénavant Président non exécutif.

  • Prochain concept store parisien

    Prochain concept store parisien

  • Prochain concept store parisien

    Prochain concept store parisien

  • Prochain concept store parisien

    Prochain concept store parisien

Avec un réseau qui compte, selon les tous derniers chiffres réactualisés, 50 restaurants dont 19 succursales (pour un volume d’affaires sous enseigne de 57,5 M€ HT), l’enseigne est passée en mode disruptif sur tous les fronts. Nouveau management, nouveau concept, nouveaux process en cuisine, nouveaux tarifs,  Planet Sushi passe à l’offensive et compte bien revenir sur le devant d’une scène que l’enseigne n’a eu de cesse d’animer depuis vingt ans. Si elle a connu une période de flottement après l’entrée de fonds d’investissement puis la reprise en mains par le fondateur, l’enseigne peut compter sur des fondamentaux solides, son pouvoir d’innovation et la résilience d’une marque forte. L'heure est aujourd'hui au redémarrage sur l'ensemble de ses piliers de business : que ce soit au niveau livraison (60 % de l’activité) à travers sa propre flotte de livreurs mais aussi en collaborant avec les 3 agrégateurs majeurs (dont récemment Deliveroo), mais aussi de la vente à emporter (25 %) et la restauration sur place (15 %) qui devraient trouver de nouveaux relais de croissance via le libre-service. L’idée est de redonner de l’attractivité par le prix et de s’adresser au plus grand nombre par une nouvelle politique d’offre plus resserrée, un mode de servuction revisité et un pricing ajusté.

Nouveau concept store et nouvelles ambitions

Dans le cadre du projet porté par Alexandre Maizoué et le comité de direction, s’il est clair que la franchise a été replacée au cœur d’un programme de développement qui prévoit une dizaine d’ouvertures/remodeling en 2019 (puis une vingtaine par an), la mutation de la chaîne passera entre autres par un projet de cession d’actifs. Il faut dire que le réseau est appelé à connaître de profonds changements à la faveur du lancement du nouveau concept de restaurant imaginé avec l’agence W. Un point de vente nouvelle génération qui reprendra les codes de la marque dont la couleur rose mais plus inspirée : végétal, minéral, bois et béton. Une transformation qui ne sera pas seulement esthétique puisque la chaîne a décidé, sauf exception, non seulement de pousser son modèle en libre-service à l’image de la chaîne anglaise Itsu avec l’implantation d’un linéaire de plus de 5 mètres mais aussi de revoir complètement l’organisation et la fabrication des produits en liaison avec ses deux laboratoires de production : celui de Rungis hébergé par son partenaire J’Océane pour la découpe du poisson comme celui d’Aubervilliers où sont fabriqués notamment les produits carnés et les ramens.

Sur l’établissement pilote qui sera celui de l’avenue Paul Doumer à Paris ou de la rue Saulnier à Puteaux, lequel devrait ouvrir avant la fin mars, l’enseigne compte bien optimiser ses coûts et maîtriser sa chaîne de valeur par une automatisation relative des cuisines et l’implantation de machines de type mélangeuses de riz, machines à former et découper les sushis. « Nous avons choisi de déporter les savoir-faire et les gestes métiers dans nos laboratoires pour laisser aux points de vente, la finalisation des produits », explique Alexandre Maizoué. Une organisation qui permet aussi d’adopter plus de souplesse en cuisine avec des collaborateurs moins spécialisés et de rendre la marque plus facile à déployer, notamment sur de nouveaux canaux de distribution et lieux de vie comme le travel retail, l’hôtellerie ou encore la GMS.

Une offre plus resserrée et encore plus accessible

Pour mener à bien ses nouveaux projets, la chaîne n’a pas manqué non plus de revisiter une offre qu’elle souhaite toujours aussi vivante et créative (avec des éditions limitées, des bons plans), mais plus resserrée autour des valeurs sûres et signatures de la marque. Si la qualité reste un objectif majeur (sourcing français pour le poulet et le riz de Camargue), l’accessibilité prix est aussi l’un des piliers de la nouvelle stratégie. Ce qui passe par des offres déjeuner compétitives parmi lesquelles des solutions repas inférieures à 10 € la barquette de 10 à 12 pièces, accompagnement et boisson inclus. Histoire de séduire le plus grand nombre et d’optimiser les emplacements numéro 1 qui resteront ceux prilvilégiés par Planet Sushi.

La transformation passe aussi et surtout par le digital.

 

PlanetSushiAlexandreMaizoué

La chaîne qui compte bien améliorer sa notoriété mais aussi l’expérience utilisateur, a également noué un partenariat avec TOP CHEF dans le cadre d’une nouvelle politique digitale qui se veut offensive. Elle pourra s'appuyer sur un site internet renouvelé et devenu marchand, une nouvelle application pour smartphone qui arrive prochainement mais aussi par la mise en place d’outils de pilotage de la DATA performants et modernes. La fidélisation est aussi une priorité avec une nouvelle politique plus engagée d’activation clients.

Ambitieux, le nouveau CEO de Planet Sushi n’a pas caché sa volonté de reprendre un développement vigoureux, multicanal et vertueux bâti sur son nouveau modèle pour atteindre à l’horizon 2022, les 100 restaurants et les 120 M€ de volume d’affaires sous enseigne. Ceci en s’appuyant principalement sur la franchise mais aussi en favorisant une politique RSE engagée notamment via un ensemble de projets « Planet pour la Planète » qui visent les emballages, la flotte de scooters qui va passer électrique avec géolocalisation GPS, dans un premier temps dans les filiales, d'un sourcing produit plus durable… Tout un programme !

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique