Bagel corner Michael Cohen à propos de coronavirus covid-19 en restauration pour snacking.fr
Communauté 16

#snackingunited, Michael Cohen, Bagel Corner 'Une reprise progressive en livraison et click & collect'

14 Avril 2020 - 1791 vue(s)
Pour la chaîne spécialisée dans le bagel fermée depuis le début du confinement, les annonces du chef de l'Etat sur le début du déconfinement n'ont pas apporté d'éclairage sur le redémarrage de l'activité pour la restauration. Michael Cohen, cofondateur de l'enseigne qui est l'invité de notre quotidienne "La Parole à...", il est grand temps de considérer les restaurants comme des laboratoires de production et d'utiliser le digital et les plateformes de livraison pour réaliser du chiffre d'affaires. D'ailleurs, une grande partie du réseau devrait rouvrir pour ces activités-là, entre aujourd'hui et le 11 mai.

Qui est Bagel Corner et quels étaient vos projets avant crise ?

Bagel Corner est une enseigne de restauration rapide que j'ai fondée avec Grégory Clément et Rachid Ez-Zaïdi, il y a 10 ans et qui se développe en licence de marque depuis 2014. Nous totalisons à date 50 restaurants (France + Belgique) avec une croissance de CA de 32% en 2019 versus 2018. 100 restaurants sont visés à horizon 2024 et 250 à terme en Europe pour devenir le leader européen de la vente de bagels en petite surface. Historiquement mono-produit bagel, nous avons, depuis le lancement en franchise, fait évoluer la carte progressivement pour élargir les moments de consommation et ainsi améliorer aussi leur rentabilité. L'offre à la fois gourmande et healthy surfe sur les dernières tendances du marché : montée en puissance du végétal, 1e offre de bagel sans gluten en France disponible dans tous les restaurants et sans supplément, du café bio et équitable. Nous avions prévu pour ces prochains mois comme une grande partie des acteurs chaînés en restauration, de nombreuses activations marketing, des nouvelles recettes, des campagnes avec des influenceurs, des jeux concours...mais tout s'est stoppé brutalement. Un gros lancement produit est prévu le 17 septembre 2020 prochain pour fêter nos 10 ans !

Comment avez-vous réagi aux premières annonces de nos gouvernants et à celle du 13 avril ?

Nous avions réagi tout de suite via la réalisation avec mes associés d'une grosse analyse de tous les éléments le week-end du 14/15 mars. Dès le lundi, tous les éléments étaient envoyés à notre réseau et afin qu'il soit le plus réactif possible sur les bonnes mesures à mettre en place en restaurant !  Concernant l'activité en restauration, nous étions de ceux qui, dès le début, prônaient un arrêt net de toute activité (y compris la livraison) afin de préserver la santé des français. La quasi-totalité des Bagel Corner a suivi nos intentions même si la loi leur permettait de garder une activité en click and collect et en livraison. Une cagnotte ulule a été mise en place et nous permet aussi d’aider les hôpitaux de Paris. Nous sommes à 35 % de notre objectif après seulement 12 jours de lancement. On espère dépasser très rapidement l'objectif ! 

Depuis début avril nous préparons activement notre reprise, l'allocution du 13 avril ne change pas nos plans : tout miser sur le renforcement et la communication de l'hygiène irréprochable des restaurants et s'affirmer en tant que leader de la vente de bagels en livraison. La date du 11 mai ne concerne pas la restauration qui pourra rouvrir au public probablement qu'à l'été. Il semble qu'il soit trop tôt pour avancer une date précise. Il est donc grand temps de considérer nos restaurants comme des laboratoires de production et d'utiliser le digital et les plateformes de livraison pour réaliser du chiffre d'affaires. 

Pourquoi fermer l’ensemble de vos enseignes alors que la restauration livrée et à emporter restaient de celles qui pouvaient fonctionner. Envisagez-vous d’en rouvrir certaines ? L’avez-vous déjà fait ou est-ce programmé ?

Nous avons toujours priorisé l'expérience client en restaurant par rapport à la livraison. Avant la crise du COVID-19, notre volume de CA en livraison avoisinait les 10 %. Même si nous aurions pu doubler ou tripler ce chiffre, cela n'est pas suffisant pour justifier l'ouverture d'un restaurant. Aujourd'hui, l'ampleur et la tournure que prend cette crise nous remet forcément en question sur "comment organiser au mieux la reprise" et nous pousse à nous réinventer, à aller sur des canaux de vente où nous étions moins présents, sur des nouveaux produits plus adaptés à la livraison, des nouveaux modes de paiement, un nouveau programme de fidélité... Il est certain que pour perdurer il va falloir évoluer, innover et surtout s'adapter rapidement ! Avec un confinement jusqu'au 11 mai au minimum, seule la livraison peut nous permettre d'exister financièrement pendant la crise. Nous imaginons en ce moment des scénarios pour faire entre 5 et 10 fois plus de livraison qu'en temps normal. S'il y a bien un moment où il faut être créatif, c'est maintenant ! 

Avez-vous placé vos collaborateurs en chômage partiel dans tous vos commerces ? Et sur les volets trésorerie et baux commerciaux, des actions engagées ?

La quasi-totalité des collaborateurs de la tête de réseau et des franchisés ont été placés en chômage partiel très rapidement - demandes acceptées par les Direccte. Nous avons rapidement modélisé les impacts de la crise sur notre prévisionnel et ainsi fait des demandes de PGE à nos banques historiques. Demandes acceptées très rapidement. Nous travaillons actuellement sur l'obtention d'autres dispositifs comme le prêt atout BPI France et le prêt renforcement de trésorerie contre-garantie. La trésorerie est le nerf de la guerre, c'est l'énergie du surfeur qui doit passer la vague. En parallèle, nous avons fait le choix de maintenir à 100 % les salaires de nos équipes en restaurants et au siège afin de les remercier de leur implication depuis le départ à nos côtés ! Côté bailleurs, c'est encore flou. Certaines foncières jouent le jeu, d'autres non. Des actions sont en cours mais c'est du cas par cas. Il est bien évidemment clair pour nous que ces loyers doivent être annulés et dans la mesure où la plupart des restaurants sont fermés. 

Quels vont être, selon vous, les effets de la crise sur le secteur ?

De nombreuses sociétés ne tiendront pas. Parfois, il suffit d'un mauvais calendrier pour faire vriller une entreprise. Je pense à tous les indépendants, tous les nouveaux restaurateurs qui n'ont pas forcément la trésorerie et les bilans pour aller lever de la dette. Je pense aussi plus largement à toutes les professions fortement touchées comme les transports, le tourisme et l'événementiel. Les traces du COVID-19 seront visibles sur plusieurs années.  Mais dans ce trou noir, notre rôle est aussi d'y voir du positif : davantage d'entraide, de respect, d'éco-responsabilité sont à prévoir et ça c'est plutôt bon signe ! A nous tous de prendre les devants et de réinventer le modèle pour que l'avenir soit plus radieux que le passé !  

Si vous aviez des conseils à transmettre ?

Mon premier conseil est de se concentrer sur la trésorerie de l'entreprise afin de lui apporter une bouffée d'oxygène et ainsi pouvoir imaginer le futur. Les banques sont forcément très sollicitées mais répondent vite si le dossier est complet. C'est vraiment une chance pour nos commerces qu'il faut saisir le plus rapidement possible tout en se souciant bien évidemment du remboursement de la dette à venir (taux non connu à date). Dès lors que la trésorerie est sécurisée, tous les détails de la reprise doivent être anticipés au mieux. Il faut établir un plan de reprise complet qui prévoit toutes les actions à mener à court et moyen terme. Actions sanitaires/hygiéniques, actions de communication..., tout doit être anticipé au maximum. Nous avons enfin le temps pour imaginer, prévoir, redessiner le futur, profitons-en !   

Comment envisagez-vous cette sortie de crise ? 

Nous imaginons un fort ralentissement d'activité jusqu'en septembre puis une reprise progressive jusqu'en Décembre. La livraison va indéniablement prendre de grosses parts de marché et nous pensons déjà aujourd'hui à réinventer notre offre en livraison. Scoop : Nous lancerons très bientôt des kits Bagels Do It Yourself en livraison. Ludiques et accessibles, ils permettront de retrouver les bons produits Bagel Corner à domicile

Sur la partie développement, nous avons 9 restaurants qui doivent ouvrir d'ici fin d'année (4 finalisés prêts à ouvrir et 5 en travaux). On s'attend naturellement à un décalage pour ces 9 nouvelles unités. L'important est de continuer de garder le lien avec son réseau, d'avoir un plan d'actions bien ficelé et une trésorerie qui permettra de passer la vague. Il ne faut rien lâcher et continuer à rechercher l'excellence sur l'ensemble des sujets !

#snackingunited

#SnackingUnited : retrouvez toutes les actualités et interviews solidaires durant le coronavirus covid 19, les points de vue des experts de la restauration rapide et boulangère. #InSnackingWeTrust !

Pour ne rien manquer de l'actualité du snacking, Suivez-nous sur Twitter @francesnacking
Et n’oubliez pas de partager cet article, s’il vous a apporté quelque chose, avec votre communauté !

Consultez votre CookBook 50 signatures Snacking Gratuitement
Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique