Avocateria
Communauté 34

Le PGE m’a tuER, la lettre ouverte des fondateurs d’Avocateria, à Bruno Le Maire

25 Février 2021 - 11966 vue(s)
Tandis que le ministre de l’Economie annonçait hier un coup de pouce aux CHR, et que la restauration rapide sera soumise à examen, les fondateurs de l’enseigne parisienne de restauration Avocateria, Linda Trin et Alexandre Hattab ont écrit une lettre à Bruno Le Maire, résumant leur détresse. Snacking a choisi de la relayer.

Le Maire pourquoi nous punissez-vous ? Qu’avons-nous fait de si terrible pour subir autant depuis 1 an ? Créer des emplois ? Payer (tous) nos impôts ? Augmenter le PIB de notre pays ?

Aujourd’hui, nous devons rembourser un prêt (garanti par l’Etat) qu’on nous a presque obligé à prendre de par la situation sanitaire et l’obligation de fermeture administrative qui s’en sont suivies. Non content de devoir rembourser ce capital (de la trésorerie pure), nous devons également payer des intérêts sur ce prêt d’Etat. A côté de ça, malgré toutes vos annonces, nous n’avons perçu quasiment aucune aide avant la fin d’année dernière ? Pire encore, on nous bloque aujourd’hui les 10 K€ tant promis par votre gouvernement.

Ok, oui on a bien touché le fameux chômage partiel. C’est super mais ce n’est absolument pas une aide pour les entreprises, mais bien une aide dédiée aux salariés. Ce que vous ne dites pas M. Le Maire, c’est que la gestion administrative, la production de fiches de paie et même les Congés Payés accumulés durant cette période, restent à la charge de l’entreprise. Cela nous coûte donc tous les mois, des milliers d’euros pour conserver nos salariés, contrairement à la croyance populaire.

Vous considérez, enfin, le Click & Collect et la livraison comme la solution miracle à tous nos problèmes, mais vous M. Le Maire, commandez-vous tous les jours ? Vous passez-vous des liens sociaux et conviviaux associés à ces « petits » moments qui nous manquent tant ? Non, soyons honnêtes. Comme tout le monde, vous consommez moins, voire plus du tout de restauration « traditionnelle ». Le CA réalisé pendant cette période de fermeture ne nous permet même pas de payer nos charges fixes.

Grâce à votre « PrêtGE », notre dette a ainsi augmenté de 220 %, et nos charges bancaires explosent (assurances décès obligatoire, taux d’intérêt entre autres…).

De plus, nous apprenons maintenant que nous sommes dans l’obligation de rembourser votre « PrêtGE » en 4 ans au lieu de 5 grâce au fameux différé que vous avez brandi pour 2021.
Une excellente idée sur le papier qui nous aurait permis de reprendre un peu notre souffle. Oui mais non, car nous apprenons que ce différé de remboursement d’un an, n’est qu’une réduction du temps initialement imparti au remboursement de cette dette. Désormais nous aurons donc 4 ans et non 5. L’impact direct pour notre entreprise : une augmentation des mensualités associées à ce prêt de 20 % dès 2022.

Concrètement, l’année prochaine nous allons donc devoir débourser le double en K€ juste en remboursement d’emprunt. Cela signifie que nous devons vendre 20 % de plus en 2022, dans un contexte déjà très difficile, pour pouvoir compenser le poids de cette nouvelle dette.

Pourquoi ? A cause d’une mauvaise gestion ? Par mauvais choix d’investissements ? Nos produits ne conviennent pas au marché ? Non, rien de tout cela. Nous avons dû nous endetter pour survivre à votre « quoiqu’il en coûte » et ce, sans aucune perspective de retour à la normale.


Nous demandons donc l’annulation pure et simple de ces prêts obligatoires qui entravent notre liberté entrepreneuriale. Nous n’avons pas décidé de fermer, vous l’avez fait pour nous. Ce n’est pas à nous de subir les conséquences, c’est à vous d’en amortir le choc.
M. Le Maire, nous vous savons bien intentionné, mais il y a une telle dichotomie entre les annonces gouvernementales, le brouhaha médiatique et la réalité de ce que nous vivons au quotidien, qu’il nous apparaissait primordial de vous interpeler.

M. Le Maire, nous vous invitons dans nos restaurants. Venez goûter nos créations 100 % françaises, rencontrer notre super staff, découvrez notre beau concept #GreenPorn. Venez voir, de vos propres yeux, la créativité dont nous faisons preuve. Et le repas, c’est pour nous !

Linda Trin & Alexandre Hattab, Fondateur Avocateria.

Pour ne rien manquer de l'actualité du snacking, Suivez-nous sur Twitter @francesnacking
Et n’oubliez pas de partager cet article, s’il vous a apporté quelque chose, avec votre communauté !

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique