Uber Eats et Bioburger testent un système de consigne en livraison
Communauté 2

Uber Eats et Bioburger testent un système de consigne en livraison

31 Mai 2021 - 1019 vue(s)
L’agrégateur de livraison de repas Uber Eats et l’enseigne de restauration rapide 100 % bio, Bioburger, s’associent pour expérimenter un système de consigne des emballages sur deux restaurants parisiens.

Le 15 février dernier, la plateforme spécialiste de livraison de repas Uber Eats signait, aux côtés de 18 autres acteurs du secteur et du ministère de la Transition Ecologique, une charte d’engagement visant à réduire les contenants et les emballages en plastique à usage unique. Mais aussi à développer leur réemploi et mieux les recycler. Déjà impliqué dans la transition vers l’utilisation de contenants écoresponsables grâce à un partenariat avec Dinavia, Uber Eats a souhaité aller plus loin dans cette démarche en se rapprochant du pionnier du burger gourmet bio en France, Bioburger. Il s’agira de conduire, à compter du 3 juin, un pilote dédié à la consigne lors des livraisons de commandes de l’enseigne.

La consigne est ce vers quoi nous aimerions nous diriger, cependant cela implique la transformation complète de toute la filière et pose des questions comme la standardisation des emballages et cela doit être décidé en concertation avec l'ensemble des acteurs notamment les restaurants qui sont les principaux concernés” a ainsi déclaré Bastien Pahus, General Manager Uber Eats France.

Le choix entre emballage unique biodégradable ou emballage consigné

Ainsi, deux restaurants Bioburger à Paris, Victoire et Batignolles, proposeront pendant un mois un système de consigne sur un emballage de burgers et frites, ainsi que sur un emballage de boisson. Il faudra compter 4 euros cumulés pour les deux emballages consignés. Le client aura alors le choix à la commande entre l’option emballage biodégradable (déjà proposé) ou l’emballage consigné, et pourra se faire rembourser les 4 euros en ramenant l’emballage au restaurant. Cela permettra à Uber Eats et Bioburger d’analyser l’intérêt du consommateur pour des contenus réutilisables. Et ainsi d’identifier les freins économiques, réglementaires et opérationnels pour accompagner cette transition. L’objectif, à terme, sera de trouver les solutions pour mettre en place une consigne à plus grande échelle.

Pour ne rien manquer de l'actualité du snacking, Suivez-nous sur Twitter @francesnacking
Et n’oubliez pas de partager cet article, s’il vous a apporté quelque chose, avec votre communauté !

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique