Ekiben
Communauté 18

Le groupe japonais Hanazen inaugure son kiosque Ekiben-ToriMéshi Bento à Paris-Gare de Lyon

5 Novembre 2021 - 2909 vue(s)
Après un premier test conduit en 2018 au même emplacement au sein d’un collectif japonais, le groupe japonais revient en solo avec un kiosque à ses couleurs. Son PDG Shùichi Yagahashi, a inauguré ce 5 novembre Ekiben-ToriMéshi Bento dans la gare de Lyon à Paris.

C’est une première mondiale hors de ses frontières pour le groupe japonais Hanazen, qui a servi ce matin, 5 novembre, ses premiers Ekiben en France. Une inauguration célébrée par l’état-major de la firme d’Akita et notamment son PDG, Shùichi Yagahashi. Spécialisée dans l’Ekiben, (ces bentos si typiques au Japon, contraction d’Eki « gare » et « Bento », boîte repas traditionnelle) depuis… 1899, la société qui a vu le jour en même temps que la mise en service de la gare d’Odate, dans la région d’Akita, fabrique aujourd’hui plus de 600 000 Ekiben par an. Des recettes qui sont distribuées principalement dans les gares et dans les lieux de proximité au pays du soleil levant.

Ekiben

La France, 1re sortie de territoire

En arrivant à la gare de Lyon, dans un kiosque de 25 m² à ses couleurs, c’est toute la tradition et l’art de vivre japonais, que le groupe Hanazen, propose aux voyageurs, au sein de ces petites boîtes aux compositions variées dont Akita Bento à 17 €, servie dans une barquette en bois. La recette toute droit venue de la province d’Akita propose des produits du terroir dont le Tonburi (caviar des champs), l’Iburigakko (Daïkon mariné) ou encore les nouilles Inaniwa (Udon). Le riz utilisé est issu de la variété « Akita komachi » préparé de manière à exprimer pleinement l’umami qu’il contient naturellement. Seul le poulet est d’origine France, mijoté dans un bouillon sucré-salé qui émane d’une recette transmise de génération en génération depuis 70 ans, au sein de l’entreprise. Pour les 5 autres recettes, elles sont proposées à partir de 5 € pour les Onigiris, 14,50 € pour le Bento ToriMéshi (en version mini à 7 €), à 16 € pour le Bento niku (bœuf), en passant par le Bento Végé-sushi (12,50 €) « Des produits à manger tels que ou à réchauffer au micro-ondes, mis à disposition », explique Valentin David, le manager français de la marque qui pilote cette aventure depuis deux ans. C’est lui qui a monté le laboratoire de 80 m² à Ivry où sont fabriqués tous les jours, les Ekiben.Valentin David

"Un marque-page avec un dessin d'un enfant d'une école de la province d'Akita est distribué avec tous les Ekiben Akita Bento", Valentin David, manager France de Paris Hanazen

Un test de 6 mois

Si le PDG du groupe, Shùichi Yagahashi se montre confiant en visant 300 à 350 ventes par jour, la stratégie de Paris Hanazen (filiale montée tout spécialement pour l’occasion), se donne les 6 mois de concession dans la gare, pour voir si le marché français adhère à ce format et ces recettes. Mais le manager français, Valentin David, y croit fortement avec un rapport qualité-prix très bien positionné et un produit idéal pour les lieux de transport, notamment les gares. De là, dépendra la stratégie en France, premier pays étranger, où s’implante le groupe Hanazen avec ses Ekiben (en dehors du restaurant ToriMéshi ouvert à Paris en 2019 qui a été mis en sommeil).

Ekiben

 

Pour ne rien manquer de l'actualité du snacking, Suivez-nous sur Twitter @francesnacking
Et n’oubliez pas de partager cet article, s’il vous a apporté quelque chose, avec votre communauté !

Paul Fedèle Rédacteur en chef France Snacking Suivez Paul Fedèle sur Twitter @francesnacking
Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique