Umih
Equipement, Techno & Service 0

L’Umih demande au Gouvernement de lâcher du lest sur le protocole sanitaire dans les CHR

8 Juin 2020 - 649 vue(s)
Le déconfinement des cafés et restaurants en France, laisse toute l’île-de-France à l’index pour le moment, car en zone orange. Seules les terrasses sont autorisées à ouvrir. Ce qui ne suffit pas aux professionnels pour rentabiliser leurs affaires s’alarme l’Umih qui demande un assouplissement des règles sanitaires et notamment de distanciation.

C’était dans une certaine euphorie que toute la restauration reprenait du service le 2 juin dernier sous un ciel dégagé et encadré par un protocole sanitaire strict négocié par les principales organisations professionnelles. Excepté bien sûr pour Paris et sa région, mais aussi pour la Guyane et Mayotte réduits aux seules terrasses. Après une semaine d’activité, les nuages s’accumulent à la fois dans le ciel et dans la tête des professionnels. Le compte n’y est pas ! Si le Premier ministre a bien indiqué une clause de revoyure pour les CHR le 22 juin prochain, l’Umih réclame au Gouvernement une évaluation de la propagation de l’épidémie avant cette date là, alors que différentes déclarations du conseil scientifique préconisent un retour à l’équilibre entre les précautions sanitaires et la reprise de la vie économique. Il s’agit pour le syndicat de programmer une réouverture plus rapide que prévue des établissements situés en zone orange. De nombreux chefs d’entreprise indiquant ne pouvoir rouvrir faute de rentabilité possible de leur activité limitée aux seules terrasses. De quoi ne créer « que des frustrations au sein des professionnels ».

Une distanciation moins sévère

Dans le cadre de cette assouplissement demandé par l’Umih, le syndicat évoque la règle de distanciation des tables qui ne permet pas aux établissements d’utiliser toute leur capacité à recevoir du public entrainant une perte pouvant aller jusqu’à 60 % de leur capacité d’accueil. A cela il faut rajouter, le poids économique de la fourniture de masques aux clients, beaucoup d’entre eux n’étant pas informés de l’obligation du port d’un masque lors des déplacements au sein du restaurant. Autre contrainte de poids, la restriction sur les règles de service des prestations et notamment les buffets-brunchs-cocktails très contraignantes. Enfin l’Umih tire la sonnette d’alarme pour les établissements de nuit qui n’ont pour l’heure encore aucune perspective de reprise alors que les soirées privées se multiplient.

Consultez votre CookBook 50 signatures Snacking Gratuitement
Tags : Umih
Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique