Codigel
Equipement, Techno & Service 19

Codigel, 60 ans au service de la RHF, mise sur les services à valeur ajoutée

1 Décembre 2020 - 2538 vue(s)
Tout était prévu pour célébrer comme il se doit, et avec tous ses partenaires, les 60 ans de Codigel créée en 1960 par Roselyne Sibille avec une poignée d’amis. Mais si la pandémie a contrarié tous les projets festifs du spécialiste du froid, elle n’en a pas moins renforcé certaines des certitudes de ses dirigeants bien décidés, à la lueur des événements, à diversifier encore davantage les activités et capitaliser sur le service, le conseil, et la formation pour se démarquer.

Rejoint par ses deux fils, Matthieu et Thibaut en 2008 et 2016, Laurent Sibille qui a repris le flambeau familial en 1986, a hissé Codigel parmi les acteurs incontournables du marché de la fourniture d’équipements pour les installateurs de la RHF. Qui aurait dit à l’époque, lorsque Roselyne Sibille profite de ses vacances à Chicago en 1960 pour visiter le NRA Show, qu’elle rapporterait dans ses bagages deux exclusivités d’importation, celle des fabricants de machines à glaçons et de broyeurs à déchets, Kold-Draft  et Waste King. Et qu’elle créerait, du même coup, avec des amis, la société d’import Codigel. 26 ans plus tard, lorsque son fils Laurent la rejoint, l’entreprise réalise déjà 17 millions de francs de CA. Elle en pèse 20 M€ à fin 2019. Malgré la baisse des commandes en cette fin d’année, l’entreprise reste placée en mode projet. Privé de bougies pour célébrer ses 60 ans, Covid oblige, le spécialiste du froid a pour le coup réalisé une vidéo anniversaire qui rend hommage notamment aux fondateurs. Pour l’heure, il capitalise plus que jamais sur son positionnement fabricant-distributeur et multi restauration pour préparer l’après-crise en misant sur le multicanal et le service.

6 décennies à l’écoute du marché

L’entreprise familiale, qui projette de réaliser les 17 M€ de CA en 2020, en retrait de 15 % par rapport à 2019 résiste bien à une tempête qui n’a pas fini de bousculer et fragiliser les métiers de la restauration et tout leur écosystème. Dans ce contexte, certaines familles de produits réalisent des performances honorables à l’image des lignes de matériels liées à la vente à emporter et au domaine de l’alimentation comme les vitrines (service comme murales), les saladettes,  les meubles de préparation, notamment en gamme "premium". A contrario, si les machines à glaçons ou à granité ont dégringolé, pénalisées par la fermeture des cafés, restaurants, et autres parcs d’attractions, la compensation vient partiellement des machines à paillettes distribuées aussi bien en poissonnerie que dans le domaine médical ainsi que des chambres froides, nouveauté de l’année, notamment sur le segment des stations-service.

Présente sur tous les segments du food service, via ses partenaires revendeurs et grossistes avec une vingtaine de marques en catalogue (dont plus de 80 % en froid), l’entreprise en a traversé des mutations de marché, explique Laurent Sibille, à commencer par mai 1968. Elle s'est relevée toujours un peu plus forte. En six décennies, elle a su faire preuve d’agilité et d’écoute pour s’adapter aux mutations successives, ajoute le dirigeant. Ce fut le cas dans les années 80 avec l’arrivée des groupements chez qui l’entreprise s’est fait une place. Ensuite, l’émergence forte, dans les années 90, de certains grossistes comme METRO a changé la donne. Codigel y réalise une activité grandissante notamment sur la plateforme metro.fr où ses ventes progressent à deux chiffres ces dernières années en extensions de gamme. Enfin la prise de position des soldeurs dans les années 2000 n'a pas été anodine tout comme la montée en puissance du e-commerce qui est en train de transformer les comportements et les habitudes d’achats. « La nouvelle version de notre site Internet qui sera disponible en mars prochain tiendra compte de ces changements », explique Thibaut en charge du sujet. Un espace clients permettra notamment, l'accès à une base de données commerciales et techniques. Des exemples d’implantations des matériels avec des photos en situation viendront enrichir le site. 

"Deux grandes étapes ont marqué l’histoire de l’entreprise, les mariages avec ITV et Coreco, et l’arrivée de mes deux fils aux commandes de Codigel", Laurent Sibille.

Ces évolutions de marché ont poussé sans cesse l’entreprise à se remettre en question, à se renouveler et à enrichir son portefeuille de marques sans déroger à une philosophie maison : la fidélité à ses partenaires fournisseurs, revendeurs et bureaux d’études. Une proximité qui l’a conduite, en 1992, puis en 1996 à célébrer deux unions avec ses partenaires fabricants espagnols ITV d’abord puis Coreco, le premier spécialisé dans les machines à glaçons, le 2e, expert des meubles froids, armoires, saladettes et chambres froides. Ces deux entrées au capital, à hauteur de 30 %, ont permis du même coup à la famille Sibille de s’émanciper des actionnaires historiques et de faire de Codigel, entre autres, la filiale française des deux fabricants ibériques. L’autre grande étape importante aux yeux du président de l’entreprise a été l’arrivée de ses deux fils Matthieu dans l’entreprise, le premier à la direction générale et opérationnelle, l’autre à la direction administrative et aux outils digitaux.  Le déménagement, en 2017 à Ecquevilly (78) a été aussi une avancée majeure. Codigel y installe son siège mais surtout son propre entrepôt de 5 000 m² de stockage.

Diversifier ses activités et miser sur les services à valeur ajoutée dont la formation

La fermeture de nombreux de ses clients lors des deux confinements et le ralentissement de l’activité, a poussé l’entreprise à réfléchir à son modèle et ses priorités face à une nouvelle normalité, même si l’équipe dirigeante reste plutôt optimiste et s’attend, sitôt le déconfinement, à un redémarrage rapide en RHF (qui constitue 90 % de son activité). Si elle a eu recours au chômage partiel pour une partie de ses collaborateurs au plus creux du confinement, la plupart de ses équipes est aujourd’hui sur le pont pour préparer l’après. Parmi les nouvelles pistes qui se dessinent, la société compte bien mettre sa spécialité, le froid, au service d’autres secteurs d’activité en élargissant son spectre de clientèle à l’agroalimentaire, à d'autres métiers de l’artisanat comme les pêcheurs ou encore à la GMS/proxi où l’entreprise est encore peu présente aujourd’hui. Dans un paysage où l’e-commerce s’impose comme un canal dynamique de vente, Codigel veut aussi recentrer sa valeur ajoutée sur ce qui fait sa force et sa différence, le conseil et l’accompagnement à travers le renforcement de son service technique et la mise en place, pour les revendeurs, outre la formation classique de base, de cessions de formations payantes. « Parce que le SAV est au cœur de la stratégie de service ».  Le nouveau site internet prévu pour mars 2021, sera un support précieux pour toute la filière, à cet égard.

Autre piste étudiée, la location qui trouve un certain écho sur le marché à l’heure où les trésoreries sont tendues « Si le sujet a aujourd’hui toute notre attention, il n’est pas sans travers avec de vraies questions qui se posent sur l’accompagnement réel des organismes financiers à l’égard des restaurateurs mis à mal par la crise », indique Matthieu qui compte bien proposer une solution maison à échéance du prochain Sirha, en mai prochain qui pourrait aussi s’accompagner de formules « pay per use », payer à l’utilisation. Une solution qui conviendrait parfaitement à certains types d’équipements.

D’ici l’arrivée du nouveau site Internet en mars, et du prochain catalogue en mai, rendez-vous fin mai, au Sirha pour découvrir les nouveautés en préparation.

 

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique