CDSnacking-quand-manger-devient-un-acte-citoyen-granola-dessert
Management & Franchise 4

#CDSnacking : et si bien manger devenait un acte citoyen ?

17 Mai 2019 - 1763 vue(s)
Ces concepts food dont tout le monde parle s’appellent Picky Spring, Pokeria, Burger Theory, Fédération Française de l’Apéritif, Mame Kitchen, Magnà… et bien sûr C’est Qui Le Patron… Leur dénominateur commun est de faire bouger les lignes et de redonner du sens à notre alimentation, chacun avec sa singularité. Ils viendront présenter leur concept de restauration et leur manifeste lors du Congrès du Snacking le 4 juin à Paris, placé sous « le sens de l’engagement ». Une bonne idée, non ?

Le sens de l’engagement ? Et si le consommac’teur, aujourd’hui, pouvait pleinement s’exprimer et se faire entendre sur les réseaux sociaux après plus d’une décennie d’existence ? S’il avait le choix de choisir une enseigne plutôt qu’une autre parce qu’elle correspond à ses valeurs et à sa philosophie quand il s’agit de manger ? Ces concepts ont pris le parti de véhiculer leurs valeurs et leurs convictions et sont parvenus à convaincre des consommateurs en quête d’une écoute collaborative et participative. Plus qu’une menace, le digital est devenu leur allié… Voici leurs histoires.

Magnà, Napolitan Street Food

Lors de notre premier article concernant Magnà paru début janvier, nous vous avions relaté l’ouverture de ce concept street food à l’inspiration napolitaine. Quelques mois plus tard, le restaurant ne désemplit pas… au point qu’un deuxième projet devrait naître pour la rentrée. Son attrait réside dans l’authenticité des recettes, la pizza pliée street-food, la Portafoglio ou roulée, la Rotolò, servies dans un écrin de poche de 35 m² dans le 9e arrondissement. Le secret de la réussite ? Un approvisionnement ultra sourcé en Italie mais aussi localement à Paris et savamment mis en valeur par le Chef Pizzaïolo. A cela vous ajoutez une version lèche doigt de la pizza que l’on peut manger dans la rue et emporter où bien consommer sur place quand il en reste une et quand on parvient à supporter le son Hip-Hop dans le restaurant…

Mon engagement ? C’est de refuser, gentiment mais sûrement, de mettre de l’emmental dans la Portafoglio et la Rotolò quand on me le demande ! » Julien Serri, fondateur de Magnà Paris.

 

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

????????Chicken & Chickpeas pour un plat protéiné bien flexitarien ! ???????? Le soleil a du mal à pointer le bout de son nez mais l’été arrive à grands pas. Alors comment se faire plaisir en s’assurant un body au top ? En privilégiant les bonnes asso ! ——————————————— ????????‍?? Le pois chiche est un aliment naturellement riche en prot. Il contient aussi de nombreuses vitamines, minéraux et fibres. Avec une faible teneur en matières grasses, il est au top pour accompagner une remise en forme ! Associé à quelques morceaux de poulet bien grillé, l’asso protéinée est parfaite ! ——————————————— ???? Ici, on combine sur un lit de salade nos pois chiches & agrumes avec une belle salade concombres fêta & grenade. Le tout accompagné d’un poulet rôti Label Rouge bien grillé. Et un brownie pour le kiff ! ????? ——————————————— Flexitariens, Flexitariennes, RÉGALEZ-VOUS !????

Une publication partagée par FLEXITARIEN PARIS RESTAURANT (@mame_kitchen_paris) le

 

Picky Spring, Créateur de salades nomades

Le principe de Picky Spring ? Retrouver le kiff du sandwich en version asiatique, le spring roll, dans une version diététique et sans le gluten, car enroulé dans une feuille de riz, le tout concocté avec des produits de saison et issus de circuits courts. Mais ce n’est pas tout : Ilona, la fondatrice du projet, s’est entourée des services de la naturopathe Catherine Malpas qui a mis son grain de sel dans les recettes. Le principe ? Salé ou sucré, aucun ne doit dépasser un indice glycémique de 12 tout en garantissant un sentiment de satiété suffisant afin de ne pas grossir tout en laissant une large place aux végétaux, riches en fibres…

Une formule pour vous faire saliver : la Picky Box avec 2 rouleaux salés + 1 sucré qui correspond à un repas parfaitement équilibré selon la naturopathe, à 13,90 €.

"Bien manger, aujourd’hui, c’est avant tout se faire du bien, prendre du plaisir, sans conséquence sur la balance et en plus respecter la planète !" Ilonas Minas, fondatrice de Picky Spring.

 

Fédération Française de l’Apéritif : bien manger, bien boire et bien se marrer

A la fois supérette, site e-commerce et lieu de vie, la Fédération Française voit le jour en mai 2016 au 2 rue de Paradis, et ensuite dans le 17e arrondissement, au 50 rue des Dames. Le principe ? Défendre cette énième exception qu’est l’apéro à la française : ce moment de partage où chacun flâne, mange avec les doigts, qui parvient à réunir à la fois les amis et les collègues de travail en toute simplicité. L’offre existante est complexe à mettre en place et il faut aller de commerces en commerces pour s’approvisionner sans trouver forcément tous les produits dont vous avez besoin pour l’apéro… D’où cette idée de bâtir une offre réunissant tous les produits en un unique lieu. Les produits, sévèrement sélectionnés où se mêlent allègrement charcuteries, fromages fruits et légumes et planches à partager mais aussi tenues, boules de pétanques, bières locales, boissons anisées, vins biologiques et en biodynamie, mais aussi box à partager pour l’apéritif, sur abonnement et pour les occasions particulières : fête des pères, des mères, Noël… et même en entreprises :  il y a tellement d’occasions de prendre l’apéritif, non ?

"Nous créons un écosystème local autour de l’apéritif et des moments accessibles pour les utilisateurs de la FFA. Dans le cadre de notre développement en régions, cela n’aurait pas de sens de boire des bières parisiennes à Marseille ou à Toulouse !"  Quentin Chapuis, cofondateur de la FFA.

Pokeria – Be Gourmet : c’est bon, sain et gourmand !

Pokéria vient tout juste d’ouvrir ses portes à Vélizy 2 en avril et revisite le poké traditionnel à l’inspiration hawaïenne pour proposer des recettes à la française établies à partir de produits français et locaux. Au menu, nous retrouvons, par exemple, le « Poké Caesar » ou encore le « Poké méditerranéen ». Les clients peuvent s’inspirer des recettes existantes ou bien composer leur bowl et le personnaliser selon leur faim et l’envie du moment dans un esprit saladbar. A partir d’une base de féculent, ils choisissent la protéine de leur choix, 3 garnitures un topping et un condiment. Il complètent alors leur menu d’un smoothie ou d’un cocktail maison réalisé à partir de rhum français, Une addition qui s’inscrit dans l’offre fast casual pour un menu Poké à 12.50 € (poké + boisson) ou 15.50 € (poké + boisson + dessert).

"Nous recherchons idéalement l’équilibre parfait : le poke bowl est un repas complet à lui seul qui contient la base de 5 fruits et légumes par jour. En plus, chez Pokeria, l’approvisionnement est local et franco-français. " Adeline Roldao Martins.

Burger Theory : mission 100 % végétal, 100 % plaisir !

En devenant végétaliens, à la suite de nombreuses déceptions gustatives et une prise de conscience environnementaile, Julia et Tom, les deux fondateurs, se sont vus confrontés à une future insatisfaction : celle de ne plus trouver de plaisir à consommer des burgers sans viande et sans fromage. Pourtant, beaucoup de plats qu’ils adoraient étaient vegans : le houmous, le guacamole et les frites ! Bref, lorsqu’on parle d’alimentation végétale, les a priori et préjugés sont légion et c’est ainsi que la « Burger Theory » est née… Installés depuis la rentrée en face du Cirque d’Hiver, ils ont ainsi façonné une adresse gourmande où le burger règne en maître, afin de séduire les vegans convaincus, mais aussi les flexitariens et les viandards addicts qui pourraient être séduits par l’expérience tout en restant dans le confort et l’usage du burger installé depuis des décennies désormais : reconnaissable et rassurant, pour une transition alimentaire acceptable et gourmande. (Photos (c)Romain Buisson)

"Burger Theory, c’est un projet de restauration qui a pour ambition de casser tous les préjugés à propos du régime végétal ! Nous souhaitons montrer qu’une nourriture plus saine et responsable peut aussi être sexy, gourmande, et apporter tout ce qu’il faut en valeurs nutritionnelles… et sans carences ! "  Julia Couture, cofondatrice de Burger Theory.

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

???? BURGER SPÉCIAL VEGGIEWORLD À GAGNER ???? ? On vous présente notre MUSTANG JEANNE, un burger à découvrir exclusivement (et en quantité limitée) au @veggieworldfrance le 18 et 19 mai prochain. ? Fondez pour son Jeanne, un faux-mage bleu délicieux de chez @jayandjoymarket . ? ---------? ????ET TENTEZ D'EN GAGNER 2 À DÉGUSTER SUR PLACE????? Pour ça, ? + likez ce post ? + suivez les comptes @burgertheoryparis ?et @jayandjoymarket + tagguez-le ou la pote avec qui vous aimeriez les dévorer. ? ? Jouez avant le 13 mai 2019 à 15h.? ------------? La recette ? ????? + Pavé de Seitan? + Sauce mayo sucrée au sirop d'érable ? + Faux-mage bleu by Jay & Joy + Oignons confits + Estragon ? + Tomates séchées #burgertheoryparis #burger #burgervegan #vegancheese #special #vegan #veganlife #veganfood #fastfood #paris #event #veggieworldparis

Une publication partagée par Burger Theory Vegan Fast-Food (@burgertheoryparis) le

Également, il ne faudra pas manquer l’intervention de Nicolas Chabanne.

le fondateur de C’est Qui Le Patron, la marque du consommateur conçue par nous et pour nous viendra nous expliquer l'engouement des consommateurs pour des produits co-conçus avec eux. « La Marque du Consommateur » permet de réaliser collectivement le cahier des charges d’un produit, de le faire fabriquer et de le faire commercialiser au juste prix. Début mai 2019, Cest Qui Le Patron commercialise le vin des consommateurs… après le lait, la compote, la pizza et la viande… C’est grâce à une présence sociale très forte et s’affranchissant des campagnes publicitaires très coûteuses que l’association peut ainsi pénétrer la grande distribution et affirmer le plus grand succès commercial depuis 30 ans.

Si ces projets sont particulièrement précurseurs dans notre univers et qu’ils portent l’innovation… Les pouvoirs du digital leur sont bien utiles afin de séduire et convaincre les fameux early adopters, ceux qui vont porter l’innovation à la portée de tous dans cette phase de conquête du marché. Outre les preuves apportées aux consommateurs autour de leurs choix environnementaux. Il est donc obligatoire de créer un brand content (un contenu de marque) où le plaisir est au centre du sujet, bien au-delà du discours santé et environnemental, en apportant une touche fun et décalée qui porte l’innovation avant de fédérer un public plus large. La communication et le webmarketing sont des enjeux stratégiques à anticiper si vous souhaitez vous lancer dans cette voie du « manger mieux » et engager vos consommateurs autour de vos valeurs !

Et si vous rencontriez les fondateurs passionnants de ces concepts les plus engagés du moment au prochain Congrès du Snacking le 4 juin à Paris lors de leur présentation et durant les temps de networking qui vous sont réservés ? Tentant non ? Inscrivez-vous !

N’oubliez pas de partager cet article s’il vous a été utile et de le commenter, voire de nous poser des questions si vous souhaitez approfondir certains points.

A très bientôt !

#InSnackingWeTrust ! #CDSnacking

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique