anticafé levée de fonds nexity café coworking activité B2B
Management & Franchise 1

Les cafés coworking AntiCafé lèvent 1,7 million d'€ pour accélérer leur développement

9 Octobre 2019 - 1251 vue(s)
Le réseau de café coworking AntiCafé (14 points de vente) franchit une nouvelle étape en bouclant une 2e levée de fonds auprès de Nexity à hauteur d’1,7 M€. De quoi accélérer le développement avec une dizaine d’ouvertures au programme, et la priorité donnée à l'activité entreprises.

A sa création en 2013, le bien-nommé Anticafé créé par Léonid Goncharov et inauguré rue Quincampoix à Paris avait beaucoup fait parler de lui avec son modèle de café co-working où l’on vient travailler, organiser une réunion… et payer son café en fonction du temps passé. Depuis, cet ukrainien formé à l’ESCP Europe et aux Etats-Unis a fait du chemin avec son concept qui compte déjà 13 adresses en France et une à Rome. Après s’être installé dans le centre de Paris, Anticafé s’est aussi positionné dans des lieux stratégiques comme la Station F ou La Défense, et s’est également lancé en franchise à Aix-en-Provence, Lyon, Bordeaux ou encore Strasbourg. Au final, ce sont ainsi plus de 1 000 clients accueillis chaque jour au sein du réseau ainsi qu’une vingtaine d’événements professionnels accueillis chaque semaine, un axe sur lequel l’enseigne entend bien mettre l’accent encore davantage. Pour y parvenir, le réseaux de cafés co-working vient d’annoncer une deuxième levée de fonds de l’ordre de 1,7 M€. Originalité, c’est auprès d’une grande entreprise, en l’occurrence du groupe Nexity, plateforme de services immobiliers et de Raise Sherpas, via sa filiale RAISE Expansion, que la somme a été levée dans le cadre de l’octroi d’un prêt participatif. Cette opération fait suite à une première levée (1,1 M€) opérée par Leonid Goncharov en 2016 auprès de business angels et du fonds Extendam. La start-up annonce également son rapprochement avec Nexity, sous forme de prise de participation à son capital (Leonid Goncharov restant le principal actionnaire), qui lui permettra de booster sa croissance et de déployer donc ses offres aux entreprises.

Un test prévu au sein d'immeubles de bureaux début 2020

Avec cette levée de fonds, Anticafé ambitionne de doubler la taille de son réseau à Paris et dans les autres grandes villes françaises. L’enseigne, qui revisite les cafés traditionnels en y intégrant une expérience collaborative et un système innovant de paiement au temps (5 € de l’heure ou 24 € la journée) avec des services, boissons et encas proposés à volonté, a ainsi identifié deux grands projets à l’étude. Tout d’abord, la commercialisation d’une offre dédiée aux salariés nomades pour qu’ils puissent travailler depuis tous les Anticafés en complément de leurs bureaux, favorisant ainsi le télétravail, le flex office et les réunions « hors-les-murs ». Ensuite, l’installation même d’Anticafés au sein d’immeubles de bureaux, ouverts au public pour favoriser les synergies entre indépendants et salariés grâce au mix de clientèle ou dédié aux collaborateurs. Un premier test est d’ailleurs prévu pour début 2020 dans le XVIIe arrondissement parisien. « Les modes de travail sont en pleine mutation et les entreprises sont à la recherche d’offres flexibles et adaptées. Anticafé se positionne comme une offre complémentaire au bureau : aussi confortable qu’un salon, aussi fonctionnel qu’un espace de coworking et avec les mêmes services et la convivialité d’un café », explique d’ailleurs Leonid Goncharov. De quoi espérer gonfler la part du CA d’Anticafés provenant du B to B qui pèse déjà la moitié du chiffre d’affaire du réseau.

Pour ne rien manquer de l'actualité du snacking, Suivez-nous sur Twitter @francesnacking
Et n’oubliez pas de partager cet article, s’il vous a apporté quelque chose, avec votre communauté !

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique