boulangerie : coronavirus téléchargez vos croissants, le boulanger est en télétravail !
Management & Franchise 5

#Coronavirus : quand la food et la tech médiatisent leurs choix sur les réseaux sociaux

20 Mars 2020 - 2825 vue(s)
A l’annonce de la fermeture des établissements de restauration le samedi 14 mars à 19 h 30 par le gouvernement, les restaurateurs n’ont eu que quelques heures pour se retourner. Entre la gestion des matières périssables, la prise de décision de poursuivre leur activité en click and collect et/ou en livraison, la gestion de leurs employés, l’annulation des commandes auprès de leurs fournisseurs et les nombreuses démarches administratives pour sauvegarder leur business… Cette fermeture brutale aurait pu les clouer au sol à jamais. C’était mal connaître la profession, bien décidée à maintenir le lien avec ses utilisateurs, condamnée, elle aussi au confinement, mais d’autant plus présente sur les réseaux sociaux… Décryptage en images et en vidéos.

Afin de lutter contre l'épidémie de COVID-19 sur le territoire françaisles établissements considérés comme non indispensables à la vie de la Nation n'accueilleront pas de public jusqu'au 15 avril 2020 (au minimum). Dès le dimanche 15 mars, bon nombre de restaurateurs et de réseaux chaînés se démenaient pour superviser la fermeture immédiate de leurs points de vente dans une ambiance irrationnelle alors que se jouaient simultanément les élections municipales. Le lundi soir, le Président Emmanuel Macron annonçait placer la France en confinement et invitait tous les Français à rester chez eux avec le hashtag #RestezChezVous repris par l’ensemble des citoyens sur les réseaux sociaux. En ce quatrième jour de confinement, les restaurateurs ont partagé leurs choix stratégiques, nombreux sont ceux qui l’ont opéré sur les réseaux sociaux, et nombreux sont les clients, aussi, qui les ont soutenus et les soutiennent encore. Il faut croire que renoncer va être particulièrement difficile durant les longues semaines qui s’annoncent et que le PLAISIR de se retrouver sera d’autant plus INTENSE à l’issue de cette crise aux multiples facettes ! Alors comment maintenir le cap avec ses consommateurs adorés et préparer la reprise ?

L’appel à la clémence des Escrocs à Limoges…

Le concept croque-monsieur a basé sa communication sur le grand banditisme. Les pauvres détenus ont connu (comme tout le monde) les effets néfastes des mouvements sociaux… mais ils ont subi un dégât des eaux dans leur cellule durant l’hiver qui a entraîné la fermeture du restaurant durant trois longs mois. Ils réouvrent le 3 mars et, pire encore, le jour où la météo devient enfin clémente, laissant entrevoir quelques méfaits en terrasse, et alors que le sort s’acharne sur eux en exigeant la fermeture de leur établissement. Les 7 détenus demandent donc la clémence de leur audience pour les retrouver le jour de l’ouverture. Nul doute qu’on entendra encore parler d’eux et de leurs délits !

L’appel à soutenir les 650 producteurs de la Maison Plisson

Avec désormais 3 établissements au compteur à Paris, le PetitPlisson dernier en date ouvert en novembre au cœur de Montorgueuil, la Maison Plisson se présente comme un établissement alimentaire par excellence. Elle réunit 650 artisans : producteurs, agriculteurs, viticulteurs triés sur le volet… et participe à la joie de vivre et aux « bons plaisirs » des Parisiens. Il faudra bien cependant fermer les restaurants, booster le click and collect et la livraison sans contact et c’est toujours avec humour et authenticité qu’elle y parvient, bien que l’émotion soit à son comble en ce moment précis.  Nul doute qu’elle saura rebondir, encore une fois !

 

Le rappel au civisme et aux règles de sécurité de la Marie Blachère

En lançant le 3 + 1 (pour la baguette cuite selon son envie), Marie Blachère ne pensait pas vraiment être prise à son propre jeu. C’est par 10 que partent les baguettes, le jour de l’allocution d’Emmanuel Macron, au point de devoir, dès le lendemain raccourcir sa carte et rappeler les règles essentielles de sécurité afin de protéger ses consommateurs, mais aussi son personnel, et le civisme à ses clients : paiement sans contact favorisé, un sourire et « un peu » moins d’agressivité envers son personnel. Savoir se faire respecter et affirmer le respect mutuel n’est-il pas l’apanage de tout commerçant ?

L’engagement de Stéphane Jégo, l’Ami Jean pour faire reconnaître cette crise catastrophe naturelle 

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

??????????????? [Lien dans la bio]. . Comme vous tous, samedi à minuit, j’ai dû fermer mon restaurant, L’Ami Jean. Et je ne sais pas pour combien de temps. Ce temps-là, utilisons-le pour organiser et garantir la réouverture de nos établissements. . La seule issue à cette crise économique, qui s’annonce fatale pour nombre d’entre nous ?? pousse le gouvernement à décréter l’état de catastrophe naturelle sanitaire afin que les assurances nous indemnisent. . Chefs, bartenders, mixologues, nous avons chacun appelé nos assureurs et chacun a reçu la même réponse. Mais rien n’est perdu car rien n’est écrit. La situation est inédite et nous nous devons de nous battre pour sauver nos établissements ! Personne ne le fera à notre place et les assureurs, qui sont fédérés, se sont, eux, déjà organisés pour échapper à la crise. Emmanuel Macron l’a martelé : « C’est une crise sans précédent ! ». Alors, écrivons chacun et ensemble, indépendants, petites et moyennes entreprises, les lignes qui nous font défaut aujourd’hui ! . . Que l’individualité de chacun – via vos contacts médias et les réseaux sociaux – se mette au service du collectif. J’en appelle à une mobilisation autant historique qu’apolitique car il ne s’agit pas de prêcher pour notre paroisse. L’état de catastrophe naturelle sanitaire est notre seule issue. Emmanuel Macron a annoncé, lundi soir, une aide de 300 milliards d’euros pour garantir les prêts bancaires et mardi matin, Bruno Le Maire a promis 45 milliards d’euros pour les entreprises. Suis-je le seul à me demander pourquoi il n’a été mentionné à aucun moment le rôle des assurances ? Serait-il juste que les assurances (220 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2018) et leurs réassurances (234 milliards d’euros de CA en 2018) soient les seules à s’en sortir indemnes ? Sans, à aucun moment, nier « la guerre sanitaire » à laquelle nous sommes confrontés, nous nous devons de penser à demain, à nos entreprises, nos salariés et la base de notre métier : artisans, éleveurs, producteurs. Décréter l’état de catastrophe naturelle sanitaire est capital pour l’ensemble des professions. Amis, confrères, je vous appelle au combat pour la survie de nos métiers. 

Une publication partagée par L’Ami Jean ????Stéphane Jégo (@l_ami_jean) le

Toujours dans un élan de solidarité, le chef & propriétaire de l’Ami Jean, ce restaurant qui propose une cuisine basque façon bistronomique, lance une pétition ! Stéphane Jégo met les vraies questions sur la table concernant la santé des commerces et restaurants en France. Le but étant de pousser le gouvernement à décréter l’état de catastrophe naturelle sanitaire afin que les assurances les indemnisent. Déjà plus de 25 000 signatures… À votre tour ! Pour signer, c’est par ici.

Le soutien solidaire aux personnels soignants de la foodtech : Nestor Paris, Feed., Boissons Mémé

Parce que notre personnel soignant est et va être mis à rude épreuve dans les semaines et mois à venir, les entreprises de la foodtech redoublent de générosité et d’ingéniosité pour les réconforter avec de la nourriture et de la boisson et… un grand sourire. Ces sociétés ont décidé de maintenir leurs services de livraison en cette période où les consommateurs sont toujours en activité en entreprise ou en télétravail. Elles connaissent un vrai boom, de nombreux acteurs de la restauration rapide ayant pris la décision d’arrêter purement et simplement leur activité même en click and collect malgré l’autorisation d’exploitation du gouvernement. Feed offre ainsi plus d’une centaine de milliers de repas faciles à consommer en barres énergétiques ou sous forme de billes hyper protéinées, Nestor Paris s’engage à reverser 5 % de son chiffre d’affaires à l’issue de la période de confinement et les boissons Mé Mé, outre leurs vertus hydratantes et énergisantes sont distribuées au personnel soignants d’Annecy qui en auront bien besoin pour tenir le choc. Dans le même contexte, nous avons déjà abordé l’opération solidaire de Pokawa avec son opération « Free Poke Hospital » permettant ainsi d’offrir des pokebowls sains et réalisés à partir de produits frais pour garantir au personnel des produits à hautes valeurs nutritionnelles.

Big Fernand publie sa Gazette Maison

Qui a dit que le confinement devait être ennuyeux ? Pas Big Fernand, dont nous connaissons déjà Gildas Rosset à la tête, désormais de la stratégie digitale de l’enseigne. Horoscope, blagues, astuces, recettes, jeux, devinettes et souvenirs gourmands vont ainsi venir ponctuer des instants de plaisirs à partager ensemble en famille : sûr, on y retournera dès que nous le pourrons !

Pizza Cosy ferme ses activités et distribue 2 000 pizzas : « Vous vous occupez du corona, on s’occupe des pizzas »

Mardi 17 mars, Pizza Cosy (27 pizzerias au compteur en propre et en franchise) a pris la décision de fermer l'ensemble de ses établissements et ses services de commande en ligne comme de nombreux restaurateurs en France. Pas de compromis, il faut liquider les stocks. Comme certains, ils auraient pu le vendre, et bien, non ; la team cosy a allumé les fours et se sont plus de 2 000 pizzas qui ont été distribuées (et livrées) aux services de la fonction publique, mais aussi aux personnels soignants avec qui ils avaient dû partager ce moment d’émotion pour la marque… Pour faire patienter et occuper leurs clients durant la période de confinement, des ateliers coloriages ont été réalisés en stories sur Instagram. Un filtre Instagram est également disponible histoire de partager des moments funs en famille durant cette longue période d’abstinence qui s’annonce.

"Nos équipes ont allumé leur four une dernière fois pour réaliser pas moins de 2 000 pizzas qu'ils ont ensuite offertes, aux soignants, dans les hôpitaux, les maisons de retraites, aux pompiers, policiers, infirmiers, ambulanciers, et bien d'autres". #RestezChezVous ! »

Et si on partageait ses recettes pour se faire du bien en famille ?

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une petite recette de pâtes carbonara ! ???????????????????????? . . . #pasta #faitmaison #italia #homemade

Une publication partagée par Juan Arbelaez ???????? ???????? (@juanarbelaezchef) le

Julien Serri, fondateur de Magnà, juan Arbelaez chef de Yaya restaurant (entre autres…), Cathy Closier chez Season, tout comme l’Abattoir Végétal… Nombreux sont les Chefs qui ont décidé de se mettre à la place des consommateurs en cette période de confinement : comment cuisiner les pâtes que l’on a achetées en courant lundi soir au supermarché pour faire des provisions ? Quelle recette de mes signatures ai-je envie de partager avec mes consommateurs ? C’est un secret ? Et alors ? Ces personnalités emblématiques du beau et du bon ont bien compris qu’elles avaient intérêt à venir auprès de leur communauté pendant cette période de privation en partageant leurs meilleurs opus ou en réalisant de nouvelles recettes sous formes de posts, de vidéos, de stories et être, ainsi, au plus près de leurs clients pour mieux les retrouver, ensuite…

 

L’avis d’Umameet :

Selon une étude du Boston Consulting Group (BCG), les retombées économiques sur le commerce alimentaire seraient de 10 à 15 % d'activité supplémentaire. Le e-commerce verrait également ses ventes progresser entre 40 et 100 %. Rapidle, l’application des boulangers et des métiers de bouche voit le nombre de transactions progresser de plus de 80 % en 3 jours… Nul doute que le contactless va s’installer auprès des consommateurs et qu’il marquera un retour à la consommation, différent de celui que nous aurons connu auparavant. La pandémie de coronavirus laissera des marqueurs forts dans le changement de comportement du consommateur, et, plus cette période exceptionnelle sera longue, plus elle perturbera leurs habitudes d'achat et leur relation aux marques et aux enseignes. Alors, autant être proche d’eux en cette période d’abstinence et venir à eux avec des valeurs fortes et tranchées et via les réseaux sociaux sur lesquels votre cœur de cible est présent. Il a plus de temps et est plus connecté que jamais, au point que Netflix se voit obligé de ne plus diffuser en HD afin de soulager la bande passante... Même chez snacking.fr, nous enregistrons des pics de trafic supérieurs à 50 % - ce dont nous vous remercions vivement ! Il vous faudra les amuser, vous mettre aussi à leur place et à leurs nombreux renoncements. Plus que jamais, ils auront besoin de vous et de votre présence à leurs côtés en cette période difficile pour vous, certes, mais aussi pour eux. Une bonne occasion, aussi de repenser sa raison d’être et de revoir son business model, de se repositionner en apportant des preuves tangibles à son concept et en passant à l’acte, et puis, surtout, profitez aussi de ce temps pour vous ressourcer et vous séparer de vos habitudes. Parce que plus rien ne sera « comme d’habitude », et surtout dans la food. Et surtout, prenez soin de vous et restez chez vous

#snackingunited : retrouvez tout le fil de l'actualité en restauration rapide et les actions solidaires durant la crise du coronavirus covid19

#SnackingUnited : retrouvez toutes les actualités et interviews solidaires durant le coronavirus covid 19, les points de vue des experts de la restauration rapide et boulangère. #InSnackingWeTrust !

Pour ne rien manquer de l'actualité du snacking, Suivez-nous sur Twitter @francesnacking
Et n’oubliez pas de partager cet article, s’il vous a apporté quelque chose, avec votre communauté !

Consultez votre CookBook 50 signatures Snacking Gratuitement
Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique