Snacking et foodtech : 10 exemples pour réinventer l'expérience client de demain!
Management & Franchise 6

Snacking & foodtech : 10 exemples pour réinventer l'expérience client de demain au restaurant!

21 Janvier 2021 - 3532 vue(s)
Faut-il (vraiment !) céder aux sirènes de la livraison en restauration en 2021 ? Après notre Episode I qui donnait la parole à Thomas Barenfeld, DG de Piadina, cet Episode II égraine 10 exemples et faits marquants inspirants qui montrent combien l’ancrage de la digitalisation est réel dans nos usages ! Durement frappée par la crise avec la fermeture des établissements et les restrictions sanitaires, toute la restauration se mobilise pour exister et résister à ce marasme. A cela, s’ajoute le profond changement des habitudes de consommation des Français, qui ont adopté les outils digitaux proposés par la foodtech pour se protéger des contaminations. Face à ces profonds bouleversements, la grande famille de la restauration s’organise et fait preuve de créativité et d’ingéniosité.

La crise a considérablement accéléré l’utilisation du digital dans toutes les sphères de consommation. Selon eMarketer, les Français (et les Européens) ont dépensé 77,3 milliards d’euros en ligne cette année, 17,1 % de plus qu’en 2019. Charge, donc, aux enseignes d’offrir une expérience sur Internet toujours plus fluide et plus engageante, sans pour autant délaisser l’expérience en point de vente. En effet, 97 % des consommateurs disent vouloir continuer à se rendre dans des magasins physiques, non pas pour acheter, mais pour y vivre des expériences, se divertir, et se socialiser avec leurs pairs. Ce qui est plutôt rassurant pour envisager une reprise active quand cette crise sera passée, non ? C’est pourquoi nous voyons apparaître de nombreuses initiatives d’hybridation entre le commerce physique et digital, avec le mobile en vedette… Une évolution de la consommation qui concerne bien sûr la restauration et particulièrement la rapide.

Déjà, et en quelques mois seulement, certains marqueurs montrent que cette expérience phygitale et ominicanale est en marche : 

#1 - Starbucks lance ses "Pickup Stores" et son application dédiée "Starbucks Rewards"

Starbucks a souffert durant la crise à cause de la fermeture d’un grand nombre de ses coffee shops et d'une digitalisation de ses services à la traîne par rapport à ses concurrents. Pour limiter les impacts, l’enseigne a créé un nouveau concept de restaurants dédiés uniquement aux commandes à emporter « Pickup Stores » : une seule et même application est nécessaire servant à la fois de carte de fidélité, de moyen de paiement et d’outil pour commander, lui permettant de mieux connaître ses clients et de les fidéliser sur le long terme grâce à un programme "loyalty" avancé...

#2 - Uber pourrait créer une filiale indépendante dédiée aux robots de livraison baptisée Serve Robotics

Uber poursuit la réorganisation de ses activités et envisage le développement des solutions de robot de livraison. Dans le contexte sanitaire actuel, l’essor d’un nouveau commerce sans contact est à priviligégier selon le géant de la livraison alimentaire mais aussi en retail. Le robot a déjà effectué des livraisons à Los Angeles ainsi qu’à West Hollywood pour le compte de l’enseigne californienne Pink Dot. Les start-ups américaines comme Starship et Kiwibot multiplient, elles aussi les déploiements, tout comme Yandex en Russie, Delivers AI en Turquie et Woowa Brothers, propriété de l’Allemand Delivery Hero, en Corée du Sud. Retrouvez l'article complet sur l'Usine Digitale

 

Vous avez raté le premier épisode de l'article "Faut-il (vraiment !) céder aux sirènes de la livraison en restauration en 2021 ?" durant lequel Thomas Barenfeld (La Piadina) et Pascal Perriot (Umameet) se livrent une partie de "ping-pong miam" afin de répondre à cette épineuse question... Lisez la suite ici...

#3 - « Vovagez sans pcr » avec Nestor Paris : "Quand vous ne pouvez pas voyager, faites voyager vos papilles !"

La fin 2020 signe un changement de cap pour Nestor Paris dans sa stratégie de conceptualisation. Le spécialiste de la foodtech à plat unique quotidien estime que ses clients auront bien besoin d’être dépaysés dans les prochains mois et les prochaines années faute de pouvoir repartir en voyage comme ils pouvaient se le permettre avant la pandémie. Pour ce faire, il s’entoure des meilleurs Chef.fe.s et expert.e.s mondiaux ( Francis MALLMANN en Uruguay, Manuel BERGANZA en Espagne, Ian KITTICHAÏ à Bangkok, Cemre NARIN en Turquie, Joe BARZA au Liban… ) afin de proposer, de semaine en semaine, des plats et des desserts qui vont faire voyager leurs consommateurs dans l’assiette. Pour transporter les clients jusqu'à leur destination food, l’entreprise entend bien stimuler tous leurs sens. L'expérience commence par le son : la musique débute en scannant le QR code présent sur chaque sac de livraison. Il mène au compte Spotify Nestor où la playlist de chaque chef ambiance les saveurs que l'on s'apprête à déguster. Chaque plat est accompagné d'une lingette qui libère un parfum, clin d'œil olfactif à la destination… Pour garantir une véritable expérience, chaque Chef.fe propose sa liste de restaurants préférés en fonction de sa destination, ainsi que les recettes des plats qu'il a concoctés...On aimerait bien voir apparaître une boisson emblématique du pays, dans cette offre, pour une expérience encore plus immersive que Nestor Paris s'accorde à envisager à l'avenir...

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Nestor (@nestor.paris)

#4 - Wild and the Moon mise sur les dark kitchens pour couvrir tout Paris (et la proche banlieue) en livraison

Le temple de la rawfood et de la cuisine végane, sans additif, sans conservateur et sans gluten, pionnier en la matière, entend bien investir la livraison et bouscule son business model en élargissant son empreinte locale parisienne. En quelques mois d’intervalle, 2 dark kitchens (l'ouverture d'une troisième est en cours...) ont vu le jour. La première dans le XVe arrondissement rue Saint-Charles a été inaugurée le 20 novembre, la deuxième, dans le XVIIe rue Pierre Demours le 11 janvier, permet à l’enseigne healthy de pouvoir s’implanter au sein des arrondissements les plus résidentiels de Paris pour y imposer sa cuisine healthy avec les appuis des agrégateurs mais aussi en propre, en partenariat avec Stuart. L’enseigne a, pour l’occasion, créé un wild burger (12.90 € avec son wild coleslaw à la purée de noix de cajou) où la protéine animale est remplacée par un jack fruit cuisiné façon smoked meat avec un "faux mage" en supplément (1 €), optimisé sa carte de plats du jour avec un Chili Sin Carne (dont vous retrouverez bientôt la recette dans notre numéro 60) et même un Bánh mì spécialement adapté à la livraison... 

#5 - Haru-Haru, veut faire du bibimpap LA nouvelle expérience culinaire en France !

Créée voilà 5 ans dans la région de Bordeaux avec un restaurant physique, l’entreprise profite de la crise pandémique pour se lancer dans les dark kitchens dès le mois d’avril 2020. Et ça marche ! Quelques mois plus tard, c’est au moment du reconfinement, qu’ouvre une deuxième dark kitchen, Place de la Nation dans le XIIe arrondissement avec l’envie de révolutionner la scène culinaire asiatique parisienne déjà très bien représentée... D’autres projets sont déjà dans les tuyaux, mais, l’envie de pouvoir offrir une expérience de la cuisine coréenne la plus authentique possible s’impose à Nicolas le Trung, son fondateur. Ainsi, nous verrons dans les prochains mois, des sauces et produits brandés Haru-Haru et pourquoi pas du riz, des boissons fermentées emblématiques de la Corée qui participeront à la destination voyage de cette enseigne en plein développement.

#6 - La restauration sans contact : la robotisation de la restauration, le futur de la food ?

Karakuri (qui vient de lever 8,4 m$) pour développer son robot nommé DK-One veut proposer un produit adapté au monde post-COVID, dans lequel les contacts humains avec les produits livrés aux consommateurs seraient minimisés. « Auparavant, les gens nous demandaient comment les robots pouvaient aider à répondre aux attentes des clients, maintenant leur première demande concerne l'hygiène et la sécurité », explique ainsi Barney Wagg fondateur de Karakuri future of food. Une des particularités du DK-One est sa capacité à sélectionner avec précision les quantités d'ingrédients choisis, permettant aux clients d'avoir une visibilité précise sur les nutriments et les calories de chaque repas créé. Les repas peuvent être ainsi préparés individuellement ou en grande quantité, de façon extrêmement personnalisée… Si l'offre est, pour l'instant, centrée sur l'offre petit-déjeuner, la levée permettra de développer de nouveaux instants de consommation et d'investir les dark kitchens et les lieux de flux où l'efficience opérationnelle et la sécurité du personnel et des consommateurs s'impose encore plus...

Vous avez raté le premier épisode de l'article "Faut-il (vraiment !) céder aux sirènes de la livraison en restauration en 2021 ?" durant lequel Thomas Barenfeld (La Piadina) et Pascal Perriot (Umameet) se livrent une partie de "ping-pong miam" afin de répondre à cette épineuse question... Lisez la suite ici...

#7Plateforme digitale, e-cantine, frigos connectés 2.0 au menu de Class'Croute pour 2021

La profonde transformation de son modèle entamée à la suite de l’entrée majoritaire à son capital de FrenchFood Capital fin 2019, a été accélérée, voire même ajustée, face à la nouvelle donne et à la mutation de la restauration d’entreprise en plein bouleversement. Son CEO, Sébastien Chapalain détaille pour snacking.fr sa feuille de route qui s’appuie sur une toute nouvelle plateforme digitale, le lancement de l'E-cantine et des frigos connectés, la réactivation des corners et une dynamique plus offensive à l’égard des interlocuteurs de la restauration collective. Lire notre interview et le détail de ce changement de business model pour l’enseigne et de ses 130 restaurants pour la plupart situés en zones d’activités.

#8 - Quand les restaurateurs se livrent à une guerre des prix exacerbée sur les plateformes de livraison

A Paris, aujourd'hui, plus de 660 restaurants peuvent livrer la zone République et 380 offres promotionnelles sont actives ! Pour se faire une place de rêve et ne pas arriver en queue de peloton, les restaurateurs et les enseignes de la restauration n’hésitent pas à se livrer une guerre sans merci. Promotions en veux-tu en voilà : - 25 % sur la commande + livraison offerte, + 1 produit acheté, un deuxième produit offert… sans compter les solutions apportées par les plateformes pour apparaître en tête de liste… Des promotions qui plaisent aux millennials en premier lieu bien sûr, mais qui pénalisent les marges des restaurateurs puisqu’on enregistre en moyenne un taux de commission qui atteint les 37,5 %...! "Cette crise nous conforte dans notre idée que la "livraison dépendance" est un sujet à intégrer durablement dans notre modèle. Je pense qu'il va falloir utiliser au mieux les outils marketing que nous proposent les plateformes de livraison pour continuer à doper ce canal de vente. Dégrader intelligemment sa marge en jouant sur des combinaisons de prix entre articles qui font grimper le ticket moyen est une des solutions. Nous avons lancé un atelier depuis 2 mois sur ce sujet, les résultats sont sans appel. Comme dans la grande distribution : il vaut mieux payer son emplacement en tête de gondole au prix fort que de rester en queue de rayon, coincé entre deux concurrents." nous confiait Yves Hecker, fondateur de la chaîne Les Burgers de Papa dans notre interview... Mais combien de temps, encore, la restauration pourra-t-elle vraiment résister ?

#9 - La chaîne KFC dévoile son restaurant de demain : un parcours client réinventé en la faveur du digital et à l’interaction limitée

Si c’était déjà dans les tuyaux, la crise de la covid-19 a permis d’enclencher l’avènement de la digitalisation et l’essor du drive’in qui représente 60 %  du chiffre d’affaires actuellement de la chaîne du Colonel Sanders. Le parcours client a totalement été réinventé pour que les consommateurs ne croisent pas les livreurs puisque la livraison représente aujourd’hui 80 % de l’activité de l’enseigne durant la pandémie. Autre fait marquant, la réduction des places assises en point de vente et l’interaction entre les consommateurs avec le personnel qui sera très limité en la faveur de la commande en ligne avec son programme de fidélité intégré aux multiples facettes, dont la création d'un programme ambassadeurs...

#10 - Le réseau YO! Sushi passe au sans contact en restaurant comme en click and collect

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par YO! (@yosushi)

Confrontée à une crise pandémique sans précédent outre Manche, la chaîne asiatique révèle au moment de la réouverture des restaurants, en été, un dispositif digital qui privilégie le sans contact entre les équipes et les consommateurs. La chaîne, spécialisée depuis toujours dans le fameux tapis roulant pour choisir son plat en restaurant, va encore un peu plus loin... Depuis leur mobile, et grâce à un QR code, le client accède à la carte et aux promotions en cours, choisit et règle son addition... Son repas lui est délivré directement via le tapis roulant. Une expérience qui nous rappelle étrangement celle de (feu) ZA de la Canopée des Halles à Paris, qui, en 2017 était passée pour un OVNI dans l'univers de la restauration... Mais, COVID oblige, ces dispositifs digitaux trouvent désormais toute leur légitimité, aujourd'hui ! En click and collect, le client s'identifie depuis la borne de retrait et le fameux tapis délivre la commande du client... et le tout sans contact mais avec le smile !...

Ces exemples inspirants prouvent que les restaurateurs savent faire preuve d’inventivité pour se rapprocher de leurs consommateurs et bouleverser les codes préétablis, quitte à revoir complétement leurs stratégies. Vous aussi, vous avez mis en place des dispositifs innovants afin d'offrir une expérience plus digitalisée, plus immersive et qui privilégie le sans contact, tout en capitalisant sur l'expérience dans votre restaurant ? Faites-le nous savoir et n'hésitez pas à mentionner France Snacking dans vos posts sur les réseaux sociaux ou en contactant la rédaction ! Vous avez aimé cet article ? N'oubliez pas de nous le faire savoir aussi en le commentant !

Pour ne rien manquer de l'actualité du snacking, Suivez-nous sur Twitter @francesnacking
Et n’oubliez pas de partager cet article, s’il vous a apporté quelque chose, avec votre communauté !

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique