Quels vents porteurs pour relancer le marché de la restauration rapide ?
Tendances 0

Quels vents porteurs pour relancer le marché de la restauration rapide ?

21 Janvier 2015 - 6827 vue(s)

L’année 2014 confirme le ralentissement observé dans notre secteur depuis 2008 : la situation économique générale morose et la météo défavorable n’ont pas favorisé la consommation. Qui plus est la faiblesse de l’inflation a limité la croissance en valeur. Tous les indicateurs nous laissent à penser que le marché global de la restauration restera atone. Si l’on peut espérer une légère croissance des chiffres d’affaires, il y a fort à parier que la restauration va encore perdre des clients … un mouvement continu depuis 2008

Le contexte ne prête pas à l’euphorie mais doit stimuler l’innovation, la créativité et l’entrepreneuriat alors que la grand-messe du Sirha s’apprête à ouvrir ses portes dans quelques jours dans un climat festif. Un rendez-vous à ne pas manquer à ceux qui souhaitent capter les tendances. Quelques signes nous laissent tout de même optimistes et peuvent augurer cette reprise tant attendue à ceux qui sauront décrypter les consommateurs.

Tournons-nous justement vers ces convives et portons un regard sur ce qu’ils attendent vraiment de notre « industrie » aujourd’hui ? Quelles sont les différences entre les besoins en restauration rapide et en restauration assise ? Un certain nombre de réponses figurent dans les études « Paroles de snackeurs »  et « Paroles de convives » menées par les équipes de Food Service Vision en partenariat avec B3TSI en 2014. Le premier sondage auprès de snackeurs, présenté en avant-première au Congrés du snacking en juin 2014 donnait quelques clés sur les attentes des snackeurs… Paroles de convives (réalisée en octobre 2014 auprès de consommateurs de restauration assise) éclaire d’un jour nouveau les priorités des snackeurs. De quoi en retenir 4 leçons :

  • Leçon n°1 : Le snacking est entré dans les mœurs

86% des français achètent des repas « sur le pouce » au moins occasionnellement. 43% le font une fois par semaine ou plus. En moyenne, un français snacke 3 fois par mois.

  • Leçon n° 2 : Le consommateur est « bi »

82% des consommateurs fréquentent la restauration assise et la restauration rapide. Parmi ceux-là 21% des français fréquentent chaque mois les 2 segments du marché.

  • Leçon n°3 : La qualité et le rapport qualité prix sont des fondamentaux pour toute la restauration

La qualité des produits et le rapport qualité/prix, figurent en tête des attentes pour les consommateurs avec respectivement 58 et 54% en restauration assise et 52% en restauration rapide.

  • Leçon n°4 : La « convenience » prime en restauration rapide

Proximité (48%), service rapide (40% et formules menus (35%) complètent les attentes en restauration rapide. Seulement 30% des consommateurs attendent du fait maison alors qu’ils sont 48% à le souhaiter en restauration assise.

Le cadre (36%) et la relation avec le personnel (36%) constituent les autres attentes de base en  restauration à table.

Face à ces constats, quelles recettes gagnantes pour faire revenir les consommateurs ?

En restauration assise, le fait maison, le local et la transparence constituent les leviers principaux pour générer des visites. En revanche, en restauration rapide, ce sont le prix et la promotion qui constituent les premiers leviers (48% des snackeurs  attendent des promotions très attractives et 49% des  offres de repas à moins de 5 €). Pour autant la transparence reste importante puisqu’ils sont 30% à vouloir connaître les ingrédients (frais ou surgelé) et le nom des fournisseurs.

Le 3ème levier porte sur le renouvellement régulier de l'offre : 27% des consommateurs souhaitent une offre qui change tous les jours en restauration rapide (contre 21% en assise).Suivent des attentes de service : horaires d'ouverture plus large pour consommer à tout heure (26% d’attente forte en R° Rapide vs 19% en Assise), services de pré-commande sur internet (22% vs 11% en Assise), loin devant les applis smartphone avec carte de fidélité & paiement mobile (14% vs 10%).

En conclusion,  ne nous trompons pas de recettes … les consommateurs actifs, « ces consomm’acteurs » de mieux en mieux informés, connectés, attendent réellement des expériences différentes dans chaque type de restauration.  Le défi de la restauration rapide réside dans sa capacité à répondre à l’équation gagnante du snackeur : bon, rapide, transparent, compétitif, renouvelé. Outre ce postulat de base, chaque point de vente est unique et doit aussi faire du géomarketing local de manière à se différencier de la concurrence et exprimer au mieux sa singularité. Attirer plus de clients, c’est savoir les écouter, adapter son offre aux attentes mouvantes et proposer de nouvelles expériences. Comme le dit Sénèque  « Il n’est de vent favorable pour celui qui ne sait où il va ». Bonne année snacking à tous !

 

Consultez votre CookBook 50 signatures Snacking Gratuitement
Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique