Des boissons en souffrance dans le hors-domicile
Tendances 0

Des boissons en souffrance dans le hors-domicile

7 Octobre 2015 - 2423 vue(s)
Le segment des boissons a clairement marqué le pas dans les circuits hors-domicile sur le début 2015 selon CGA Nielsen.

Selon le cabinet CGA Nielsen, le début d’année 2015 (janvier-avril) aura été synonyme de baisse généralisée des ventes de boissons en hors-domicile par rapport au premier quadrimestre de l’an dernier. Concrètement, les boissons sans alcool sont en recul de 6%, certains segments étant encore davantage pénalisés comme les colas et sirops (-9%). Les jus et smoothies sont également touchés avec une chute de 7%, tandis que les boissons aux fruits résistent à peine mieux (-5%). Côté bières, le recul global se chiffre à -5%  mais les panachés (+3%) et surtout les bières sans alcool (+16%) tirent leur épingle du jeu. Il faut dire que 62% des consommateurs interrogés par le cabinet estime avoir réduit leurs sorties durant la période, ils sont même 69% pour les foyers de classe moyenne (contre 55% des ménages aisés).

Gare au porte-monnaie

Il n’est donc pas surprenant que 91% du panel évoque des raisons économiques à cette « désertion » des circuits hors-domicile. Trois quarts d’entre eux disent avoir baissé la fréquentation des bars, restaurants ou cafés au profit de soirées entre amis, chez soi ou chez les autres…  autant pour des raisons budgétaires que pour retrouver une plus grande convivialité. CGA Nielsen pointe également l’impact « post-attentat » sur les résultats de janvier même si 13% des interrogés reconnaissent que ces événements ont freiné leurs sorties sur le premier semestre. « Pourtant, l’évolution mois par mois des débits de boissons révèle une nette rupture sur le tout début d’année » commente Benjamin Kuentz, Directeur CGA-Nielsen France.  « Janvier et février sont ainsi particulièrement négatifs, que ce soit pour les bières (respectivement -10% et - 7%), les soft-drinks (-10% et -5%), les eaux (-7% et -7%), ou encore les spiritueux (-10% et -6%) alors que mars et avril ont des tendances légèrement positives ou plus proche de 0. ».

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique