Bridor souffle ses 30 bougies et veut doubler son chiffre d’affaires à 5 ans
Tendances 4

Bridor souffle ses 30 bougies et veut doubler son chiffre d’affaires à 5 ans

20 Juin 2018 - 1048 vue(s)
Passer de 750 M€ à 1,5 md€ de CA à 2023, c’est l’ambition affichée par Louis Le Duff qui fêtait les 15 et 16 juin derniers, entouré des officiels puis de ses équipes, les 30 ans de Bridor. Le bouillonnant patron breton accueillait notamment son ami et Ministre Jean-Yves Le Drian.

Ils étaient tous réunis à Servon-sur-Vilaine (35) pour souffler les 30 bougies de Bridor. Tous ceux qui contribuent à faire de cette marque, l’ambassadrice de l’art de vivre à la française sur près de 35 000 tables d’une centaine de pays. Créée en 1988, d’abord pour servir les boutiques Brioche Dorée, puis la Brittany Ferries ou encore le groupe Accor, l’entreprise a su très tôt partir à la conquête du monde, notamment aux côtés de Gaston Lenôtre et Daniel Menez dès 1997 au Japon avant d’essaimer sur tous les continents. Elle y réalise, dorénavant, près de 70 % de son activité. Pour cet anniversaire, il y avait autour de Louis Le Duff, bien sûr, les MOF avec lesquels le patron breton collabore depuis 2010 pour assurer l’excellence. Mais, aussi, tout l’encadrement de ce bijou industriel français de 2 500 collaborateurs (conviés eux aussi le 16 juin), des clients, des distributeurs, des journalistes et des officiels dont le Ministre Jean-Yves Le Drian qui souhaitait célébrer, aux côtés de « son ami », ce trentième anniversaire.

« Votre succès, Louis Le Duff, repose sur 3 ingrédients : l’ancrage dans les territoires, l’exportation qui est au cœur de la culture Bridor et le collectif humain que vous avez su déployer en fertilisant les compétences ». Jean-Yves Le Drian, Ministre des affaires étrangères.

BridorLouisLeDuffDe 400 m² à 75 000 m²

Lancé à Servon-sur-Vilaine, dans un atelier de tout juste 400 m² à quelques pas du site actuel (puis à Louverné près de Laval en 2014), Bridor est devenue en 3 décennies, l’un des leaders mondiaux de la viennoiserie-boulangerie-pâtisserie avec 10 sites de production dont 4 en France. L’entreprise, qui a investi plus de 500 M€ en dix ans, profitait de ce trentième anniversaire pour inaugurer également ses 75 000 m² de stockage automatisé et ultra moderne qui jouxte, depuis quelques mois, l’usine actuelle. Un outil à la pointe du progrès pour absorber une croissance de plus de 20 % par an et qui nécessitera, comme l’a précisé le directeur général de Bridor Philippe Morin, un nouveau site dans les 3 ans, sans doute dans le Grand-Ouest.

Bridor a su combiner la main de l’artisan avec la production à grande échelle. Nous sommes restés artisans dans le produit et industriels dans la gestion, Louis le Duff. 

Cette réussite repose, selon Louis Le Duff, sur deux obsessions : celle de la qualité à travers des matières premières sélectionnées et de la santé auxquelles s'ajoute l’innovation qui a su porter et booster la marque tout au long de son parcours, notamment suite aux développements conjoints avec l’Inra sur la surgélation. Ainsi, étaient lancés en 1990 les croissants au beurre AOC Charente-Poitou, en 2001, la gamme de viennoiseries prêtes à cuire ; en 2006, Eclat de Terroir qui s’est imposée comme la référence du marché artisanal en France ; en 2009, la gamme bio ; en 2010, le partenariat avec le MOF boulanger Frédéric Lalos pour la gamme des gros pains ; en 2011, le partenariat avec les Bocuse d’Or ; en 2012, les macarons Lenôtre ; en 2015, la gamme sans gluten ou encore en 2017 les Bun’n’Roll. Toute une batterie d’innovations dont certaines, l’a rappelé Louis Le Duff, sont présentes sur la table de l’Equipe de France de Football en Russie. Il n'y a qu'à lui souhaiter le même succès que Bridor à l’extérieur !

BridorLouisLeDuff

Le Congrès du Snacking
Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique