Le retour en grâce des commerces de proximité et de bouche ?
Tendances 2

Le retour en grâce des commerces de proximité et de bouche ?

13 Février 2019 - 1954 vue(s)
Face à la généralisation des formats multi-spécialistes de distribution, grandes et moyennes surfaces en tête, les commerces alimentaires de proximité n’ont pas dit leur dernier mot. 27 % des Français fréquentent davantage ces établissements qu’il y a 5 ans indique une enquête CSA.

« Indispensable », voilà le terme mis en avant par 9 Français sur 10 lorsqu’il s’agit d’évoquer l’importance de leur boulangerie dans la vie de tous les jours. Plus largement, ce sont tous les commerces alimentaires de proximité* qui bénéficient d’une très bonne image et les valeurs qu’y associent les hexagonaux renforcent leur attachement à ce type d’établissements selon les conclusions de l’enquête** de l’Institut CSA pour la Confédération Générale de l’Alimentation en Détail (CGAD). Ils voient dans leurs artisans, commerçants ou restaurateurs un facteur de dynamisme et d’animation des territoires (90 %), sans oublier le rôle de lien social (87 %). Quatre valeurs phares sont ainsi associées à ces commerces, symboles du « vivre ensemble ». Il s’agit pour les Français de mettre en avant des commerces à taille humaine (90 %), conviviaux (86 %), dépositaires d’un véritable savoir-faire (84 %) et offrant des produits et des services de qualité (84 %).

(*) Boulanger, boucher, caviste, café/restaurant, charcutier/traiteur, chocolatier/confiseur, épicier, foodtruck/camion pizza, fromager, glacier, magasin bio spécialisé, pâtissier, poissonnier, primeur.

 (**) Enquête réalisée par l’institut CSA pour la CGAD auprès de 2 500 Français entre le 9 octobre et le 4 novembre 2018.

Un véritable attachement des Français pour les commerces de proximité en zone urbaine et rurale

Si au quotidien, la boulangerie est donc le commerce considéré comme le plus essentiel pour les Français, les autres métiers de bouche ne sont pas en reste. 3 Français sur 4 jugent également leurs primeurs indispensables. Il en est de même pour leurs boucheries (à 70 %), leurs épiceries (69 %), leurs pâtisseries (67 %), leurs cafés restaurants (62 %), leurs charcuteries (62 %), leurs poissonneries (59 %) et leurs fromagers (51 %) qui bénéficient encore d’une réelle côte de sympathie. En conséquence, les Français espèrent fort logiquement trouver davantage de commerces alimentaires de proximité près de chez eux. C’est d’ailleurs particulièrement le cas en zone rurale (à 83 %), où ce rôle de lien social est renforcé.  

Les résultats de cette enquête démontrent le rôle essentiel de nos commerces dans l’animation des territoires et combien il est capital que les politiques publiques favorisent leur développement et leur maintien, notamment en zone rurale », conclue Joël Mauvigney, Président de la CGAD.

Pour ne rien manquer de l'actualité du snacking, Suivez-nous sur Twitter @francesnacking
Et n’oubliez pas de partager cet article, s’il vous a apporté quelque chose, avec votre communauté !
 

Le Congrès du Snacking
Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique