développement durable restauration C10 IFOP baromètre
Tendances 4

Des Français de plus en plus sensibles au développement durable en restauration

14 Juin 2019 - 2321 vue(s)
Le baromètre C10/IFOP autour des pratiques responsables en Cafés Hôtels Restaurants montre l'attention toujours plus évidente portée par les Français vis-à-vis des pratiques durables des restaurants. Toutefois, le secteur continue de souffrir d'un vrai déficit d'image en la matière, faute aussi d'une communication adéquate.

Il y a quelques jours à peine, 15 chaînes majeures de la restauration rapide signaient, sous la pression du gouvernement, un contrat d’engagement en faveur du tri de leurs déchets témoignant ainsi d’une volonté de renforcer leurs pratiques durables. Et ce, alors que l’ensemble du secteur de l’hôtellerie-restauration semble aujourd’hui montré du doigt et souffre d’un véritable déficit d’image en la matière. C’est en tout cas ce qui ressort du 1er baromètre annuel autour des pratiques responsables en Café Hôtel Restaurant (CHR) que vient de publier le distributeur spécialisé de boissons C10, en partenariat avec l’IFOP. En effet, à peine plus d’1 Français sur 10 perçoit l’hôtellerie restauration comme étant un secteur qui fait des efforts pour la mise en place d’une politique de développement durable. Pourtant, lorsque l’on se tourne vers les patrons d’établissements, ils sont 90 % à déclarer trier les déchets, limiter leur consommation en eau et en électricité (88 %), veiller à la traçabilité des produits qu’ils utilisent (95 %) ou encore privilégier des fournisseurs locaux (89 %). In fine, 84 % des patrons d’établissements en CHR déclarent faire des « efforts suffisants » en matière de développement durable.

 

Un enjeu de valorisation

Les derniers scores d’Europe Ecologie Les Verts (EELV) aux élections européennes ont reflété l’attachement, toujours plus prégnant, des Français – et notamment des plus jeunes – aux questions environnementales. Ainsi, si la qualité des plats & des boissons (à 67 %), le prix (à 61 %) et le Service et la proximité (46 %) restent les premiers critères de choix d’un café, bar, restaurant, il n’en demeure pas moins que l’immense majorité des Français considère les actions en faveur du développement durable comme importantes. Ainsi, 94 % des sondés pensent qu’il est important de veiller au bien-être des employés, 93 % au tri des déchets et 92 % à la traçabilité des produits. En déclaratif, ils sont plus de 2/3 à se dire prêts à fréquenter davantage un établissement aux pratiques responsables. Et 66 % seraient mêmes prêts à payer 1 à 3 € en plus dans ce contexte. De quoi donner des perspectives aux restaurateurs… Autre sujet sensible, celui des pailles et des emballages pour lesquels la législation est en train d’évoluer. Là encore, le verdict est tranché puisque côté consommateurs, 88 % des 18-34 ans et 94 % des 50-64 ans se disent favorables à l’arrêt des pailles et objets en plastique à usage unique…

 

Des restaurateurs trop discrets sur leurs pratiques 

« Face à ces Français enclins à opérer des changements dans leur consommation hors domicile, les patrons d’établissements, eux, n’ont pas forcément les bonnes pistes de lecture », peut-on par ailleurs lire dans les conclusions de l’étude. Lorsqu’on voit que 54 % des sondés plébiscitent un label comme indicateur d’engagement durable, il est regrettable d’observer que seuls 16 % des patrons de CHR mettent en place un tel outil pour informer leur clientèle. Près d’un tiers ne communiquent pas du tout sur leurs pratiques responsables et 44 % pensent même que le client n’y est pas sensible. A noter qu’en restauration rapide, ils sont seulement 19 % des établissements à communiquer sur leurs engagements contre 31 % des restaurants traditionnels. La bonne parole a donc clairement besoin d’être portée… et haut, et fort..!

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique