vaisselle usage unique déchet tri
Tendances 10

La vaisselle à usage unique sur place, c’est bientôt terminé. Les députés ont voté l’interdiction

20 Décembre 2019 - 2696 vue(s)
On le sentait venir. C’est tombé cette nuit à l’Assemblée nationale. Les députés ont voté un projet de loi visant à l’interdiction de la vaisselle à usage unique pour la restauration sur place. Coté chaînes c’est l’incompréhension et la remise en cause de bien des stratégies RSE et de vraies questions sur la mise en place ou pas du tri sélectif.

A quoi bon s’engager dans la mise en place de tri sélectif 5 flux au sein des restaurants comme l’imposait la règlementation de 2016 ou encore la secrétaire d’Etat à la transition Brune Poirson qui avait dicté un calendrier à la profession ?  En effet, dans le cadre d’une loi globale antigaspi, consacrée à « l’écologie du quotidien » et à la lutte contre le « tout jetable »,  le projet anti-gaspillage a été voté dans la nuit de jeudi à vendredi 20 décembre, par la majorité LaRem à laquelle députés LR et socialistes ont apporté leur soutien. Soit au total 49 voix pour, 5 abstentions et un vote contre. Les députés et sénateurs, en commission mixte paritaire devraient se pencher à nouveau sur ce texte, fin janvier. Parmi les nombreux volets de cette loi qui s’est surtout cristallisée sur la consigne du plastique ou encore la fin du tout plastique, l’Assemblée a aussi voté l’interdiction du plastique à usage unique et la mise en place de contenants et couverts réemployables en restauration (surtout rapide), au plus tard en 2023 tout comme l’interdiction des jouets en plastique gratuits dans les menus enfants.

Le comble du paradoxe

Clairement, les députés de la majorité avaient indiqué leur détermination, dans le volet « écologie du quotidien », de partir en guerre contre le plastique. Dont acte. Mais pourquoi retirer aussi le carton et le papier alors qu’une concertation avec les pouvoirs publics avait conduit à un calendrier de mise en place du tri sélectif et de la recherche d’alternatives ? Si l’heure n’est plus à ces questions-là, d’autres se posent d'ici là aux différentes étapes de la promulgation de cette loi et de ses décrets d’application qui en préciseront les contours. En effet, il demeure un paradoxe majeur, rappelle Esther Kalonji, déléguée générale du Snarr « Cette mesure est contradictoire avec les démarches de tri sélectif que nous sommes en train de mettre en place, avec nos adhérents. D’autant que les nouvelles dispositions, et notamment le remplacement de l’usage unique par de la vaisselle réutilisable, n’ont pas été mesurées du point de vue de leurs impacts environnementaux en matière de consommation d'eau, d'énergie, de produits d'entretien... ».

On peut aujourd’hui comprendre l’incompréhension qui règne dans le rang d’une profession qui s’est engagée pour mieux trier, aux côtés des organismes de collecte, suivant un calendrier établi par les pouvoirs publics. Maintenant, on fait quoi concernant la mise en place de nouvelles poubelles à tris multiples qui devraient disparaître au 1er janvier 2023 puisqu’il n’y en aura plus en salle, de déchets autres qu’organiques ? Est-ce vraiment la peine ? Et de quelle manière organise-t-on les back offices ? Faut-il prévoir des plonges dans les prochaines configurations de restaurants ? Comment organise-t-on la distribution des produits lorsqu’ils sont, aujourd’hui, proposés dans une vitrine en libre-service pour la VAE et la consommation sur place ? Une multitude d’interrogations qui risquent indéniablement de contrarier bien des stratégies vertueuses qui étaient en train de voir le jour. 

Paul Fedèle Rédacteur en chef France Snacking Suivez Paul Fedèle sur Twitter @francesnacking
Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique