restauration livrée just eat tendance livraison 2019
Tendances 4

Livraison, ce que les Français ont commandé en 2019

2 Janvier 2020 - 4317 vue(s)
L’observatoire DATAlicious by Just Eat, lié au spécialiste de la livraison, publie les résultats de son étude menée avec l’IFOP sur les tendances food en livraison et l’évolution du repas du soir des Français. Elle en dit long sur les profondes mutations en cours et quant à leur manière d’appréhender leur repas.

Alors que nous venons tout juste de basculer vers 2020, le spécialiste de la livraison Just Eat, desservant aujourd’hui pas moins de 2 000 villes en France (+ 27 % par rapport à 2018) pour 11 000 restaurants partenaires (+ 3 000) à travers l’Hexagone, revient au travers des résultats de son observatoire DATAlicious sur l’évolution de la restauration livrée et la manière de consommer des Français. L’explosion des sites agrégateurs de ces dernières années a en effet entraîné un boom sans précédent des livraisons. Et une modification en profondeur du paysage de la restauration hors-foyer qui s’invite aussi, plus que jamais, au domicile des Français.

Derrière le trio « pizza-sushi-burger », de nouveaux challengers…

Sans surprise, la pizza reste la reine incontestée des plats en livraison, pesant à elle-seule plus d’un quart du nombre total des commandes (26,89 %) passées en 2019 sur la plateforme Just Eat. Derrière, la restauration japonaise préserve sa deuxième place avec 19,78 % des plats commandés. Les deux leaders perdent tout de même plus de 1 point chacun (respectivement – 1,05 point et – 1,44 point par rapport à 2018). Ces reculs profitent notamment au burger, qui vient compléter le podium à 16,46 % des commandes et enregistre une hausse appréciable (+ 1,42 point). Mais aussi à une batterie de nouveaux challengers qui témoignent d’une formidable diversification des propositions accessibles en restauration livrée. Le poké bowl en est l’un des premiers bénéficiaires avec une progression de… 402 % en 2019 ! Un véritable phénomène ! Tandis que dans le Top 10, ce sont les tacos qui enregistrent la plus forte progression (+ 64 %) pour un bond de 3 places (5e position désormais), en détrônant les plats chinois. On notera également les progressions significatives des commandes de crêpes et galettes qui enregistrent un bond de 58 %, mais aussi de l’étonnante cuisine syrienne qui progresse de 26 %. Inversement, certaines restaurations sont en recul : - 9 % pour les plats libanais, - 21 % pour la cuisine wok, et même – 27 % sur le bagel, qui, au contraire du burger, semble avoir davantage de difficultés pour réussir son virage vers la livraison.

Végans et végétariens débarquent en force !

L’observatoire DATAlicious by Just Eat insiste aussi sur la montée en puissance du « 0 % viande », ainsi dénommé dans les résultats de l’étude. « Le nombre de restaurateurs proposant des spécialités végétariennes a simplement doublé en un an, et ceux proposant des salades a été multiplié par 3 ! », précise-t-on dans le communiqué. Les spécialités végétariennes comptabilisent ainsi + 784 % de commandes par rapport à 2018, pour se positionner à la 29e place des plats les plus commandés, soit 13 places de gagnées. Tandis que les plats végans continuent, dans une moindre mesure, de s’installer avec + 36 % de commandes sur l’année qui vient de s’achever.

Repas en solo, sur le canapé, le dîner des Français évolue…

Afin d’expliquer ces évolutions et mieux comprendre les habitudes des Français quant à leurs repas pris à domicile, DATAlicious by Just Eat est également allé interroger leurs pratiques, notamment au moment du dîner. Premier constat, celui-ci a bien évolué. S’ils mangent un peu plus souvent à la maison (97 % aujourd’hui contre 95 % il y a 20 ans), cette légère augmentation cache cependant d’importants changements dans leurs us et coutumes dînatoires… Ainsi, plus d’un Français sur trois dînerait régulièrement depuis le canapé (38 %) alors que c’était moins d’un sur 4 il y a 20 ans (24 %). 81 % indiquent dîner régulièrement à table (contre 85 % en 1999), 39 % à l’assiette (contre 45 %) et 37 % au restaurant (contre 31 %). 43 % des Français dînent par ailleurs régulièrement seuls chez eux, soit + 14 points en 20 ans. Une habitude qui concerne plutôt les femmes (48 %) et les millenials (53 %). Conséquences, les repas en famille reculent de 6 points même si les Français pris « en amoureux » progressent en rassemblant 53 % des Français contre 34 % en 1999.

Moins de temps, plus d'écran

On dîne également de plus en plus vite puisqu’ils sont 53 % à indiquer y consacrer moins de 30 minutes, contre 38 % en 1999. Un phénomène qui profite logiquement au repas « O prise de tête » simplifié et très rapide à préparer, plébiscité par 60 % des Français mais aussi au grignotage rapide qui progresse, à la livraison (forcément !) ou au repas pris à emporter. Autre constat, peut-être plus inquiétant, les écrans font aujourd’hui pleinement partie intégrante du moment « dîner ». Aujourd’hui, près d’1 Français sur 2 dîne accompagné de son ordinateur. Cette habitude concerne ainsi 67 % des millennials, une génération qui a grandi avec la démocratisation des écrans. Et 43 % déclarent utiliser leur smartphone en mangeant pour envoyer des messages (66 %), consulter leurs e-mails (48 %), suivre l’actualité (33 %). Plus d’un millennial sur trois regarde même des vidéos « type youtube » en dînant (37 %). Mais que les parents prennent note que 43 % de ces jeunes se diraient prêts à lâcher leur smartphone à table… Maintenant, entre le dire et le faire…

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique