boulanger Europain
Tendances 6

Les artisans veulent se démarquer avec le nouveau label Boulanger de France

10 Janvier 2020 - 1725 vue(s)
C’est sur le salon Europain qui ouvre ses portes pour 4 jours à Paris, du 11 au 14 janvier, que sera lancée la marque Boulanger de France. Un nouveau label qui a pour ambition de bien démarquer et défendre les artisans face aux industriels.

Fallait-il pousser aussi loin le curseur pour différencier les boulangers artisanaux des réseaux boulangers et des industriels de la boulangerie ? C’est ce qu'a semblé penser la Confédération nationale de la Boulangerie-Pâtisserie française, qui a annoncé à l’AFP vouloir plus clairement marquer son territoire face au développement important des chaînes de boulangerie et autres industriels du secteur. Ceci en lançant le Label Boulanger de France avec une charte restrictive qui obligerait tous les prétendants à, non seulement, fabriquer le pain sur place, mais aussi les croissants, la pâtisserie, le Snacking (*) tout en s’engageant dans une démarche sociétale et environnementale. « Un label qui sera lancé officiellement le 11 janvier et qui sera conditionné au contrôle d’un organisme certificateur », a précisé à l’AFP le président de la CNBPF, Dominique Anract. Pour lui, le tri des déchets, le don des invendus à des associations, le dosage du sel dans le pain, doivent permettre aussi de se détacher de la concurrence industrielle qui ne cesse de gagner du terrain au détriment de l’artisanat en s’installant notamment à proximité des ronds-points en entrées ou sorties d’agglomération portant préjudice au commerce de centre-ville. Alors que le patron du syndicat des boulangers artisanaux rappelle que le secteur de la boulangerie traditionnelle détient 55 % du marché, contre 46 % pour les réseaux et les industriels, il souligne qu'il a perdu néanmoins 27 000 boulangeries en 60 ans. D'où cette volonté de promouvoir cette dynamique et susciter des vocations alors que près de 9 000 postes seraient à pourvoir.

 

(*) Pour prétendre à la charte et à l'appellation Boulanger de France, il conviendra non seulement de fabriquer son pain sur place selon les termes du décret de 1993 mais aussi de fabriquer : 

En viennoiserie : les croissants, pains au chocolat (ou chocolatines), pains aux raisins (ou escargots), brioches, pains au lait ;

En pâtisserie boulangère : la galette de rois (gâteau des rois), des éclairs, religieuses, mille-feuille, Paris-Brest, opéra, tartes aux fruits, flans et chausson aux pommes ;

En restauration boulangère : quiches, pizzas, sandwichs.

Sortis de ces produits, cela n'empêche pas un Boulanger de France de "sous traiter", ses pâtisseries américaines, ses gâteaux aux mousses de fruits et ses plats cuisinés. 

Mise à jour le 14 janvier.

 

 

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique