Snarr SNRTC
Tendances 11

Lettre ouverte. La restauration rapide entre-t-elle dans le dispositif d'aides... madame Pénicaud?

24 Mars 2020 - 4918 vue(s)
Samedi, nous jetions un pavé dans la mare en soulignant le risque probable d’exclusion de la restauration rapide du dispositif d’aide lié au chômage partiel et au report des charges. Si, en ce qui concerne les prêts « tréso » soutenus par l’Etat, le ministre de l'Economie a clarifié ses positions aujourd’hui même, toujours rien d’officiel sur le volet social pour notre branche. Allo madame Pénicaud," y a quelqu’un" ?

Alors que les Direccte (Directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi) qui accordent ou pas les sésames pour pouvoir prétendre au chômage partiel sont loin d’être sur les mêmes longueurs d’ondes, il s’agirait de bien comprendre si oui ou non, la restauration rapide coche toutes les bonnes cases ? Certaines chaînes ou restaurants rapides ont, en effet, reçu une fin de non-recevoir à leur demande indemnités, d’autres ont obtenu le Graal. Comment y voir clair et pourquoi faire des distinctions ? D’accord, la restauration rapide fait partie des catégories de commerces autorisées à conserver une activité (la vente à emporter ou la livraison), pour autant elle a clairement expliqué sa position via le Snarr aux côtés du Syndicat National de la Restauration à Thème de Chaîne, par la voix de ses représentants, comme quoi elle avait été mise dans l’incapacité très rapidement, d’assurer une activité liée aux mesures de confinement et de protection décrétées par nos gouvernants. Pour la sécurité de ses personnels et de ses clients, et constatant une baisse d’activité, elle a très vite baissé le rideau dès le début de semaine dernière.

Depuis... rien de bien précis de la part du sommet de l’état à notre sujet. Le courrier du 20 mars, écrit notamment par le Snarr était pourtant clair et soulignait le degré d’inquiétude de toute une branche au bord du chaos social si elle n’est pas soutenue. 

Alors la question reste entière pour nos commerces : faut-il rouvrir pour constater la quasi-absence d’activité pour ensuite prétendre au soutien de l’Etat (à l’image de quelques restaurants rapides qui vivotent avec toutes les difficultés du monde à maintenir du personnel ou d’installer les barrières de sécurité) ou peut-on maintenir la fermeture ? Les questions s’accumulent. La fin de mois se profile très vite avec de nombreuses échéances face à une activité au degré zéro et une trésorerie qui l’est tout autant.

Que va-t-on manger sans nos restaurants ? A quoi ressembleront toutes nos grandes et petites villes sans leurs points de vente rapides ? Que deviendront alors nos producteurs qui ne pourront vendre qu’à la grande distribution et sans réseau B2B ? Car c’est toute une filière qui est en jeu ? Vite madame la Ministre, le temps est compté.

Et ajoutez aussi votre voix à la pétition de Stéphane Jégo.

#snackingunited : retrouvez tout le fil de l'actualité en restauration rapide et les actions solidaires durant la crise du coronavirus covid19

#SnackingUnited : retrouvez toutes les actualités et interviews solidaires durant le coronavirus covid 19, les points de vue des experts de la restauration rapide et boulangère. #InSnackingWeTrust !

Pour ne rien manquer de l'actualité du snacking, Suivez-nous sur Twitter @francesnacking
Et n’oubliez pas de partager cet article, s’il vous a apporté quelque chose, avec votre communauté !

Consultez votre CookBook 50 signatures Snacking Gratuitement
Paul Fedèle Rédacteur en chef France Snacking Suivez Paul Fedèle sur Twitter @francesnacking
Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (3)
Gravatar
Par CFDT-Services le 25/03/2020 à 10:23
La CFDT demande la prise en charge de l’activité partielle pour les salariés affectés à la livraison à domicile et à la vente à emporter. Non aux livraisons de confort, oui à la sécurité des salariés ! https://www.cfdt-services.fr/nos-secteurs/hotellerie-restauration-tourisme-htr/item/1550-la-cfdt-demande-la-prise-en-charge-de-l-activite-partielle-pour-les-salaries-de-la-restauration-rapide-affectes-a-la-livraison-a-domicile-et-a-la-vente-a-emporter-non-aux-livraisons-de-confort-oui-a-la-securite-des-salaries
Gravatar
Par David Bleuse le 26/03/2020 à 18:33
Bonjour je travaille votre article m'as beaucoup intéressé quant je travaille en restauration rapide dans un burger King je suis concerné je travaille a temps partiel je vais vivre comment si je perds mon emploi
Gravatar
Par la carriole rouge le 24/04/2020 à 13:39
je suis autoentrepreneur depuis 4 ans en restauration événementiel itinérant sur événements culturels,festivals,sport,etc au début très dur,cette année a force de travail d'assiduité cela devais être une très bonne saison.Oui car je suis très dépendant de la saison l'été ce préconise plus pour les organisateurs.Je ne rentre pas dans le cadre de l'aide 1500euro car a la mème époque l'année dernière j'ai déclaré 0 euros .je dois attendre juin pour pouvoir prétendre a quelque chose peux être!!!!! je suis a 4 contrat annulés dus au déclaration du président et celles a venir en attendant le 15 juillet.Je suis a jour de mes cotisations(un vrai autoentrepreneur)sait la catastrophe,d'autant plus que j'embauche pour mes prestations,je crée de l'emploi avec charge payé j'insiste,on me propose rien si le RSA j'ai 57 ans bravo merci monsieur Macron!!!!on fais partis des oubliés,ou snobé,impossible de ne pas le savoir sinon changé de métier!!!
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique