kantar étude consommation hors-domicile alimentaire
Tendances 0

Les tensions sur les prix pèsent sur le comportement alimentaire et hors-domicile des Français

25 Juin 2020 - 2588 vue(s)
Interrogés par le cabinet Kantar entre le 5 et le 7 juin, les Français ont réorienté leurs priorités alimentaires alors que le déconfinement se poursuit. Si l’aspiration au « manger mieux » demeure, la question du prix dans un contexte économique, qui s’annonce tendu, apparaît de plus en plus sensible. Des éléments qui ne plaident pas en faveur d’une reprise de la consommation hors-domicile à l’heure des réouvertures des cafés et restaurants… Voici en 15 chiffres clés les principaux enseignements à retenir de l’étude.

Le dernier volet de l'étude réalisé par le cabinet Kantar auprès de 7 537 Français sondés entre le 5 et le 7 juin derniers fait apparaître une inquiétude de plus en plus prégnante vis-à-vis de la situation économique du pays. Des sentiments qui se répercutent directement sur la vigilance des consommateurs par rapport à la question des prix. S'ils se déclarent toujours particulièrement vigilants sur la question du "manger mieux" et le caractère responsable des produits alimentaires consommés, nos compatriotes montrent encore une vraie réticence à retrouver leurs habitudes en hors-domicile alors que les restaurateurs ont aujourd'hui majoritairement réouvert. Voici 15 chiffres à retenir...

 

3 Français sur 4 estiment que l’économie de leur pays sera différente, une fois la pandémie passée. 59 % pensent que la manière dont les personnes vivent leur quotidien aura évolué.

30 % des salariés déclarent qu’ils travailleront un peu/beaucoup plus à domicile qu’avant la pandémie.

52 % des 7 357 sondés font davantage attention au prix des produits achetés. Cette proportion monte même à 60 % pour la tranche des 18-24 ans. Ceux-ci sont également 43 % à s’efforcer de trouver les meilleurs prix, quitte à aller dans d’autres magasins (contre 34 % tous âges confondus).

34 % des Français (et 45 % des 18 – 24 ans) indiquent que les produits et services respectueux de l’environnement sont devenus davantage pertinents pour eux, montrant une sensibilité pus prégnante aux alternatives responsables.

34 % des sondés estiment qu’ils iront moins souvent au restaurant. La volonté des Français de reprendre leur consommation Hors Domicile est fragilisée au fil des semaines. Le cabinet Kantar avance plusieurs explications à cela : la peur des risques de contaminations, de nouvelles habitudes de consommation pendant le confinement, une socialisation différente et des contraintes budgétaires davantage marquées.

82 % des Français pensent qu’ils reviendront à leurs habitudes d’avant-crise concernant la livraison de repas à domicile et seuls 3 % ont l’intention de commander plus de livraison de repas qu’avant, laissant entendre que le confinement aurait eu peu d’impact à long terme. Ces résultats sont tout de même à tempérer toutefois selon les générations (25 – 34 ans notamment) mais aussi le lieu d’habitation, à commencer par la région parisienne.

68 % sont davantage favorables à l’achat de biens et services d’origine France.

21 % des Français ont l’intention de regarder plus souvent la composition des produits qu’ils achètent à l’avenir (+ 4 points par rapport à la vague précédente d'étude réalisée début mai).

41 % des sondés déclarent qu’ils privilégieront plus souvent les produits d’origine France ou locaux.

15 % déclarent qu’ils privilégieront plus souvent les produits Bio à l’avenir (contre 12 % début mai).

16 % des Français ont l’intention de cuisiner davantage avec des produits bruts à préparer soi même à l’avenir.

28 % des Français ont l’intention de privilégier plus souvent les produits avec des emballages recyclables.

60 % des Français sont inquiets pour l’avenir économique de la France. 25 % des Français pensent que leur niveau de vie va se dégrader au cours de la prochaine année. 24 % ne savent pas se prononcer sur l’avenir de leur situation professionnelle.

1er critère de choix des Français depuis le déconfinement : le prix et la promo. Ces critères étaient classés deuxième durant la période de confinnement. Suivent le côté "bon pour la santé", "l'habitude" et l'origine du produit, classée 4e. 

84 % des sondés estiment que le prix des produits alimentaires a augmenté depuis le début de la pandémie. C’est 3 points de plus que lors de la dernière vague et surtout (+ 28 points depuis mi-avril).

Pour ne rien manquer de l'actualité du snacking, Suivez-nous sur Twitter @francesnacking
Et n’oubliez pas de partager cet article, s’il vous a apporté quelque chose, avec votre communauté !

 

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique