Pokawa Maxime Buhler Samuel Carré pokawa s'associe à Vendis Capital
Tendances 2

Pokawa, associé à Vendis Capital veut devenir une marque mondiale de poké bowl

8 Septembre 2020 - 2396 vue(s)
En près de 3 ans, la chaîne fondée par Maxime Buhler et Samuel Carré s’est imposée comme le numéro 1 de sa catégorie avec 27 unités au compteur dont 21 en propre et 3 à l’étranger. Elle vient de s’adosser au fonds d’investissement Vendis Capital et vise le leadership en Europe puis dans le monde. L’objectif est de 100 adresses à 2024 et 100 M€ de CA. Au programme : maillage du territoire, croissance externe et ouverture vers les familles avec le lancement prochain de la Happy box pour les kids.

Si nombre de restaurateurs sont dans l’expectative pour les mois à venir face à l’épidémie du Coronavirus, chez Pokawa, au contraire, c’est l’effervescence avec de nombreux projets. La chaîne créée en juillet 2017 par les deux jeunes entrepreneurs Maxime Buhler et Samuel Carré qui a ouvert 7 adresses depuis le début d’année en compte près d’une quinzaine d’autres dans les tuyaux (dont Antony, Orléans, Grenoble, Angers (n° 2), Reims, Lyon Confluence et Mercière, Rennes Alma et Centre-ville, Euralille, Paris (Tocqueville et Châteaudun)…) s'est donnée les moyens de ses ambitions : devenir le numéro 1 du poké. « Nous souhaitons être le leader d’abord européen puis mondial de la catégorie », confie Maxime Buhler à France Snacking qui, aux côtés de son associé du premier jour, vient de s’adosser au fonds d’investissement Vendis capital, spécialisé dans le soutien aux petites et moyennes entreprises à hauteur de 10 à 60 M€. Selon nos informations, le financier aurait investi dans la fourchette basse.

"Des 12 fonds d’investissement que nous avons rencontrés, l’équipe de Vendis Capital, s’est montrée la plus en phase avec nous et notre vision de l’entreprise et de son développement".

Une marque hyperactive

Tout en surfant sur les attentes des Français pour des recettes sur mesure, saines et équilibrées, la chaîne qui a démocratisé ce fameux bowl exotique hawaïen à base de riz, poisson cru mariné, légumes et fruits, peut aujourd’hui voir plus grand. Beaucoup plus grand même. Si elle a déjà ouvert une unité à Bruxelles, au Luxembourg et même à Medellin en Colombie, son terrain de chasse reste d’abord la France. Mais l’Europe est en ligne de mire tout comme le monde. « Nous souhaitons, dans un premier temps, bien mailler le territoire ; le déploiement en Europe, voire dans d’autres pays pourra se faire en direct ou par croissance externe », ajoute Maxime Buhler. Il faut dire que la marque bénéficie d’une belle cote d’amour auprès des Français. Déjà chez les principales plateformes de livraison à travers lesquelles Pokawa a, dans un premier temps, construit son modèle en retail et digital. En 2019, Deliveroo ne lui décernait-il pas le prix du plat le plus vendu au monde !  Puis la Covid est passée par là et l’enseigne, restée ouverte, a démontré toute sa résilience en sortant de l’épreuve renforcée, notamment en matière de notoriété. Son fort investissement auprès des blouses blanches, dès les premiers jours, n’y est pas non plus étranger. 

 

pokawa

« La force de la marque aujourd’hui tient non seulement dans la qualité du produit sur laquelle nous n’avons jamais transigé mais aussi sur un marketing soigné », explique Maxime Buhler. Il faut dire que partout où elle s’installe, la griffe, chouchou des influenceurs, ne manque pas de créer le buzz et d’annoncer haut et fort son arrivée. Un résultat travaillé en amont par une proximité nouée avec les blogueurs, des chefs en local ou des figures médiatiques comme récemment Alexia Duchêne (Top Chef). « Nous travaillons de manière pointue chaque ouverture pour en faire un véritable événement et l'inscrire dans son quartier ou sa ville ». Les ingrédients du succès tiennent aussi dans une écoute du marché et une offre en mouvement permanent à l’image du poké poulet, passé il y a 6 mois en viande halal qui fait un carton ou du poké aux falafels. De même le lancement du brunch, l’arrivée de l’Açaï Bowl... Au total, ce sont 12 références signatures qui sont à la carte mais les clients peuvent commander le bowl sur mesure. C’est ce qui a d’ailleurs fait la force du concept lors de son lancement.

Mais aujourd’hui, la marque veut s’adresser à tout le monde et ne s’interdit aucun public notamment les enfants qui apprécient particulièrement les recettes variées hypercolorées à qui elle va proposer prochainement une Happy Box. D’ailleurs, son nouveau modèle de restaurant, plus grand (70 à 80 m²) et qui convient bien aux centres commerciaux, bénéficiera d’un coin famille. De quoi permettre de rééquilibrer un modèle fondé à 60 % sur la livraison et renforcer l’expérience client chère à la marque. « Et ça fonctionne, puisque notre unité de Marseille affiche de très belles performances en restauration sur place », ajoute Maxime Buhler.

Tous les signaux sont donc au vert pour Pokawa qui a terminé la généralisation du nouveau parcours client en restaurant via la borne de prise de commande. Le réseau, qui a connu une croissance très forte sur ses 3 premières années d’existence, devrait poursuivre sur un rythme comparable. L’objectif est de 100 unités à 4 ans et 100 M€ de chiffre d’affaires.

Pour ne rien manquer de l'actualité du snacking, Suivez-nous sur Twitter @francesnacking
Et n’oubliez pas de partager cet article, s’il vous a apporté quelque chose, avec votre communauté !

Paul Fedèle Rédacteur en chef France Snacking Suivez Paul Fedèle sur Twitter @francesnacking
Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique