Totem lève 4 M€ pour installer ses micro-stores alternatifs à la restauration d’entreprise #foodtech
Tendances 0

Totem lève 4 M€ pour installer ses micro-stores alternatifs à la restauration d’entreprise

27 Octobre 2020 - 1215 vue(s)
Dans un marché de la restauration collective déstabilisé par la crise qui cherche ses marques, la startup Totem veut imposer son modèle de micro-magasin connecté pour suppléer cafétérias et selfs d’entreprise. Elle vient de lever 4 M€, autour de Maki.vc et auprès de ses investisseurs historiques Samaipata Ventures et Tekton Ventures.

La startup créée en 2017 et dirigée aujourd’hui par Rafaël de Lavergne et Pierre Gallet, compte bien tirer son épingle du jeu de la redistribution des cartes qui se joue en restauration collective d’entreprise. Tandis que le télétravail bouscule les équations en place et que les selfs ont le plus grand mal à couvrir leur point mort, la jeune société française compte bien imposer son concept de micro-magasins de proximité intra-entreprise personnalisables. Elle propose une alternative aux solutions en place, aujourd’hui pour beaucoup, inadaptées à la nouvelle donne consécutive à la crise sanitaire.

Sur place ou en ligne

Déjà présent dans une centaine d’entreprises (Paris et première couronne) avec ses antennes physiques de « snacking sain dont une grande partie bio et local », Totem compte bien aujourd’hui passer à la vitesse supérieure avec une offre plus large, disponible directement auprès des entreprises au sein de micro-stores en libre-service de nouvelle génération de 2 à 10 m² (elle en a 3 aujourd’hui) ou par un parcours client 100 % digital en commandant via l’application mobile Totem.  Plusieurs options sont alors proposées aux entreprises avec des options de financement total ou partiel, comme elles le feraient sur un repas de self pour leurs salariés. Libre alors aux collaborateurs, soit d’y accéder en libre-service comme ils se serviraient à la supérette du coin (200 références en moyenne sur site dont 150 repas, 50 desserts et 50 entrées) en scannant et en payant leurs produits directement depuis leur mobile (ou via titres restaurant), soit dorénavant de commander aussi par internet, via la plateforme Totem. Celle-ci comprend près de 1 000 références qui peuvent être livrées directement au sein du micro-store situé dans l’entreprise, soit à leur bureau à J + 1. « Nous sommes passés d’une approche BtoB à une solution BtoBtoC », explique Rafaël de Lavergne qui compte bien booster ainsi son activité et passer de 3,5 M€ de CA attendu cette année à 5 M€ l’an prochain.

A la recherche de « The Best Place to Work » les salariés des entreprises sont aujourd’hui plus que sensibles à la qualité de la restauration qui leur est offerte. Au point d’attirer les convoitises d’un secteur en plein essor, dont celles des acteurs de la foodtech, nouveaux venus dans le paysage, et qui sont bien prêts à ne pas en laisser une miette. Pour connaître leurs offres et leurs propositions de valeurs, nous nous étions rendus au Salon des Achats et de l'Environnement de Travail qui s'était tenu en avril 2019. Nous y avions (déjà !) rencontré Totem, mais aussi Deliveroo Editions, Frichti... tous bien prêts à disrupter ce marché historique. Relisez cet article riche d'enseignements...

Pour ne rien manquer de l'actualité du snacking, Suivez-nous sur Twitter @francesnacking
Et n’oubliez pas de partager cet article, s’il vous a apporté quelque chose, avec votre communauté !

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique