Pret A Manger
Tendances 0

#snackingconnexion.Transformer cette épreuve majeure de la crise en opportunité. Stéphane Klein. Pret A Manger

10 Décembre 2020 - 1236 vue(s)
Avec ses 39 restaurants en France à ce jour, dont 4 ont été ouverts depuis la rentrée de septembre et 6 restés fermés du fait du 2e confinement dans le Travel Retail, Pret A Manger, situé majoritairement sur zones de flux, souffre fortement de la crise. Pour son CEO France, Stéphane Klein, son plan d’urgence passe par l’optimisation de la trésorerie pour tenir jusqu’au bout de cette épreuve et le maintien d’une forme d’optimisme et d’énergie pour se projeter au-delà de cette période, aux côtés de toutes ses équipes très engagées. L’enseigne a entamé une profonde mutation de son business model établi depuis des décennies, via le digital.

Comment la chaîne est-elle sortie du 1er confinement et en quoi cette crise a changé votre business model ?

Avant le 1er confinement, Pret A Manger accueillait uniquement ses clients dans ses restaurants. Aujourd’hui, nous proposons avec succès des nouveaux services tels que le Click & Collect et la livraison, que nous allons d’ailleurs renforcer dans les tous prochains jours avec Deliveroo. Nous travaillons aussi sur d’autres projets qui vont élargir nos capacités commerciales. On ne peut évidemment plus rester tributaires de la seule activité in-shop. Cette démarche vers la digitalisation de nos services et vers nos clients en dehors de nos restaurants, est une modification profonde de notre business model établi depuis des décennies. Cette crise a bousculé Pret A Manger et je vois là une fantastique opportunité. 

Quels est le point de transformation majeure de la marque ? La maison mère anglaise a fermé de nombreux établissements durant cette crise, peut-on craindre un tel scénario de ce côté de la Manche ?

On ne peut pas comparer la France à l’Angleterre. Nous n’avons pas prévu de fermer de nombreux établissements, pour reprendre vos termes, même si la situation est évidemment très tendue, comme pour beaucoup d’enseignes je suppose. Comme je le disais précédemment, Pret A Manger a déjà commencé à se réinventer avec des services nouveaux. Nous avons par exemple lancé une carte café « 10 cafés/10 euros » en miroir à l’offre de nos collègues anglais qui proposent depuis septembre un abonnement mensuel pour une consommation quasi-illimitée. D’autres projets vont encore se concrétiser prochainement pour adapter notre offre à cette démarche nouvelle dont je parlais. 

Comment avez-vous vécu l’annonce de ce 2e confinement et quel est votre état d’esprit ?

Comme tous les restaurateurs de France, nous subissons ce deuxième confinement et les contraintes arbitraires qui nous sont imposées. A-t-on vraiment le choix ? Mais la situation est véritablement catastrophique en dépit des aides que le gouvernement a mis en place. Qui peut croire que les seules activités de VAE et de livraison suffisent à arrêter l’hémorragie, même en restauration rapide ? Le problème des loyers, toujours pas résolu, l’impact du télétravail, de l’absence de touristes, de la fermeture des autres commerces et des lieux de culture, l’absence de voyageurs en gares et aéroports, etc. sont autant de coups de massue que l’on reçoit chaque jour. Mais il faut continuer d’exister et se battre pour préserver la qualité de nos prestations pour nos clients et protéger nos équipes. Je résumerai notre plan d’urgence en deux points : optimiser notre trésorerie pour tenir jusqu’au bout de cette crise d’une part, et garder notre énergie positive et notre optimisme d’autre part. Les deux sont absolument vitaux. Je suis impressionné par le calme et la résilience de nos équipes, mais plus encore par leur envie viscérale de se projeter au-delà de cette crise et de construire le futur. Notre véritable force est là, et je les en remercie du fond du cœur. 

Cette nouvelle fermeture a-t-elle ou va-t-elle entraîner des changements stratégiques importants ?

Tous les changements stratégiques dont j’ai parlé ont été initiés dès le premier confinement. De ce point de vue, cette seconde fermeture administrative ne change rien. D’ailleurs grâce à cela et même si la situation est catastrophique, nous sommes dans une bien meilleure posture, si j’ose dire, aujourd’hui qu’en avril dernier. En revanche, ces confinements successifs ont ralenti la mise en place de notre stratégie de franchise. En effet, alors que nous avions décidé cette orientation fin 2019, nous sommes obligés de reporter nos premières ouvertures en franchise en centre-ville en 2021. 

Quel tableau dressez-vous pour les mois à venir pour la restauration en général et votre segment en particulier ?

Je crains malheureusement que beaucoup d’entreprises ne soient déjà exsangues et aient du mal à tenir. Il faudra que la reprise soit forte et rapide pour apporter le chiffre d’affaires nécessaires à leur survie. On peut l’imaginer pour plusieurs raisons. Mais je redoute cependant, pour la restauration, que les conséquences économiques de cette crise sans précédent se fassent ressentir tout au long de 2021, voire au-delà. Par ailleurs, le marché devrait se modifier structurellement. Je n’imagine pas, en effet, que tout ce que la crise a changé en nouvelles habitudes de travail et de consommation, par exemple, ne s’efface soudainement. Il en restera inéluctablement quelque chose et nos entreprises devront s’adapter. En ce qui nous concerne, j’ai totalement confiance dans la capacité de Pret A Manger à savoir s’adapter au marché de demain.

****************************************

La rédaction vous conseille aussi : 

 

Pour ne rien manquer de l'actualité du snacking, Suivez-nous sur Twitter @francesnacking
Et n’oubliez pas de partager cet article, s’il vous a apporté quelque chose, avec votre communauté !

 

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique