traiteur frais iri
Tendances 1

Le secteur du Traiteur Frais fait mieux que résister à la crise

1 Février 2021 - 1291 vue(s)
Face aux conséquences économiques de la pandémie, le rayon traiteurs frais s’en sort plutôt bien, et même très bien avec une hausse des volumes de 4,5 % enregistrée en GMS en 2020. Cela s’explique bien sûr par une généralisation des repas pris à domicile, confinement et télétravail obligent. Néanmoins, le manque de visibilité sur la reprise de la restauration hors domicile pèse lourdement sur certaines entreprises de secteur pour lesquelles elle constitue un débouché important.

Alors que les bonnes nouvelles se font assez rares en ce moment pour l’activité économique, le segment des produits traiteurs frais aurait bien tort de bouder son plaisir alors que l’année 2020 s’est achevée sur de belles performances. Alors que les Français sont invités à rester davantage chez eux, les consommateurs ont trouvé des réponses à leurs envies dans les produits traiteur. Au global, les ménages ont ainsi augmenté leurs achats de produits traiteurs et traiteurs de la mer de + 4,1 % en valeur et de + 4,5 % en volume en 2020 vs 2019. Les produits traiteurs de la mer ont, quant à eux, enregistré une hausse spectaculaire de + 10,6 % en valeur et en volume sur l’année. Le baromètre IRI, partagé par le syndicat des Entreprises de Traiteur Frais (ETF), montre que les produits traiteurs frais ont profité de la généralisation des repas consommés à domicile – 34 % des acheteurs y voyant l’explication de leur hausse de consommation mais aussi de par leurs réticences ou impossibilité à aller au restaurant (27 %).

De nouveaux circuits de distribution privilégiés

Le télétravail, phénomène massifié depuis le début de la pandémie, est d’ailleurs une source de croissance qui se confirme pour les produits traiteurs frais. En effet, à la rentrée, les télétravailleurs étaient 27 % à avoir augmenté leur consommation de produits traiteurs frais. Le circuit drive a également beaucoup progressé : + 43,1 % en valeur entre janvier et octobre 2020 ! La crise a d’ailleurs développé durablement les envies de cuisiner, ce qui constitue de réelles opportunités pour certaines offres traiteurs. À la rentrée, les acheteurs de produits traiteurs étaient en effet 51 % à confier davantage cuisiner qu’avant le premier confinement. Les produits traiteurs frais peuvent, en ce sens, avoir un rôle à jouer puisqu’ils sont nombreux à s’intégrer dans des recettes en tant qu’ingrédients. Et aux fournisseurs de s’adapter à cette demande en proposant des recettes plus complexes dépassant les compétences culinaires de nombreux consommateurs.

La fermeture des restaurants pèse sur l'activité des fournisseurs du secteur

« Cependant, dans un contexte général difficile, les entreprises du secteur doivent faire face à de nombreuses contraintes. Les différentes mesures de restriction ont notamment un fort impact sur l’organisation de leurs activités », indique-t-on du côté de l’ETF. En effet, le manque de visibilité sur la reprise de la restauration hors domicile pèserait lourdement sur certaines entreprises pour lesquelles il s’agit d’un débouché important, voire principal. Pour les PME et ETI françaises du secteur, il s’agit de continuer à fournir des réponses au développement des repas à domicile, du fait-maison, du télétravail ou encore à l’essor spectaculaire du drive, qui représente encore un très fort potentiel de développement pour le traiteur.

Pour ne rien manquer de l'actualité du snacking, Suivez-nous sur Twitter @francesnacking
Et n’oubliez pas de partager cet article, s’il vous a apporté quelque chose, avec votre communauté !

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique