Management & Franchise 2

T.O.R, 7 GRANDS DEFIS POUR DEMAIN

11 Décembre 2017 - 2265 vue(s)
Bousculé ces dernières années au gré des fluctuations économiques, le secteur des Traiteurs Organisateurs de Réceptions relève la tête ! Forcée de se réinventer pour actionner de nouveaux relais de croissance tout en s’adaptant aux attentes de consommateurs plus responsables et largement biberonnés à la street food, la filière fait face à un certain nombre d’enjeux majeurs, que la concurrence nouvelle d’acteurs de la foodtech rend on ne peut plus immédiats ! Attention, plan d’action en 7 actes…

Page 1 : Introduction

Après des années chaotiques et une crise économique qui a durement touché le secteur Traiteurs Organisateurs de Réceptions, l’horizon s’est éclairci. Les coupes drastiques des acteurs publics comme privés dans les budgets événementiels ont entraîné avec elles la chute d’un certain nombre d’acteurs plus fragiles et provoqué une concentration naturelle de la filière toujours en marche. Avec une croissance économique prévue de 1,6 % cette année, il n’en reste pas moins que la reprise longtemps espérée se profile, et ce malgré une année électorale jugée souvent aléatoire. L’association des Traiteurs de France annonçait ainsi en novembre une hausse moyenne du chiffre d’affaires de ses membres (36 affiliés) de l’ordre de 7 %. À Paris, les effets des attentats, réels sur l’activité il y a un an encore, se sont estompés et le nombre des mariages en France s’est maintenant stabilisé après une chute vertigineuse pendant plus d’une décennie. Certaines régions, Bretagne et Aquitaine en tête, attendent beaucoup de l’arrivée des nouvelles lignes à grande vitesse pour stimuler l’événementiel local. Ce qui pousse des acteurs à relancer l’investissement comme Capdevielle en Gironde qui vient de mettre 3 M€ sur la table pour son nouvel outil de production.

Viabilité mise en jeu !

Toutefois vendre est une chose, être rentable en est une autre. Les clients, qui ont fait du « last-minute » une règle établie, attendent davantage de services, d’animations mais aussi d’éthique de la part du traiteur. Et dans une période où l’ostentatoire fait mauvais genre, le cocktail déjeunatoire a bien supplanté le dîner de gala. Les prix sont toujours plus serrés dans les appels d’offres sans aucun compromis sur la qualité et la transparence… D’autant que l’arrivée de « pure players » venus du web et le boom de la restauration livrée ont musclé la concurrence sur certaines activités de complément comme les plateaux-repas. Heureusement, la généralisation de la street food en France est passée par là pour casser les codes « guindés » de la profession tandis que la transformation digitale ouvre de nouvelles opportunités. Alors comment réagir et actionner ces leviers de croissance en innovant « malin » ? C’est, sans doute, l’un des 7 défis majeurs pour la profession des T.O.R. que nous vous invitons à découvrir dans cette enquête spéciale France Snacking.

 

 

LE CHIFFRE CLE

+ 7 % de CA pour les traiteurs (*)

(*) sur la base 36 T.O.R affiliés

Page suivante
Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !