1 consommateur sur 2 sacrifiera sa pause-café en cas de hausse de TVA
0

1 consommateur sur 2 sacrifiera sa pause-café en cas de hausse de TVA

10 Septembre 2013 - 2381 vue(s)

Malgré l’attachement des salariés français à leur pause boisson chaude au bureau, 49% affirment qu’ils diminueront leur consommation si son prix venait à augmenter, prévient la Navsa, la chambre syndicale nationale de vente et service automatique qui publie les résultats d’une étude IFOP conduite sur 1002 salariés fin août.

A l’approche de l’augmentation de la TVA de 7 à 10% prévue au 1 janvier 2014, la branche s’inquiète sérieusement de ses répercutions si la distribution automatique accompagnait le mouvement comme il en est question. En effet, l’étude précise que 9 salariés français sur 10 (91%) affirment acheter aujourd’hui des boissons dans un distributeur automatique : 52% y consomment du café, 45% une autre boisson chaude (thé, chocolat, soupe…). Près d’un Français actif sur deux (44%) consomme le plus souvent des boissons chaudes achetées dans un distributeur automatique sur son lieu de travail. Les trois quarts d’entre eux (77%) en achètent au moins une dans la journée, 55% au moins deux et 28% au moins trois.

Cette hausse qui entrainera une hausse des tarifs, aurait plus d’incidence encore auprès des clients les plus jeunes, au pouvoir d’achat plus faible puisque 60% diminueraient leur consommation alors que boissons chaudes autres que le café seraient encore plus impactées (68%).

Une hausse de prix serait d’autant plus dommageable qu’il existe un certain nombre de réflexes qui se sont instaurés ces dernières années avec 46% des actifs qui déclarent prendre un café en arrivant sur leur lieu de travail et 59% dans la matinée. Une grande partie d’entre eux (77%) affirment être attachés (32% très attachés) à ce véritable rituel quotidien qui rythme le temps de travail. Au-delà de trois boissons prises par jour au distributeur, le degré d’attachement oscille entre 86 et 98%. Ceux les plus attachés à ce moment de consommation font preuve d’habitudes encore plus ritualisées : leur achat intervient à des instants précis de la journée comme l’arrivée (59%) ou après le déjeuner (47%).

La mobilisation de la Navsa vise à conserver une solution fiscale simple : celle précédemment utilisée en France et applicable à tous les produits à emporter : 5% lorsqu’il s’agit d’un produit à emporter et 10% lorsqu’il est servi à table. Le syndicat est sur la même position que d’autres syndicats et associations professionnels comme la FEB et Alimentation et Tendances

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique