Dématérialisation des titres restaurant : un décret encadré
0

Dématérialisation des titres restaurant : un décret encadré

20 Décembre 2013 - 3829 vue(s)

Cette fois, cela ressemble bien au grand saut. Le gouvernement a en effet annoncé ce mercredi 18 décembre la publication fin janvier du décret tant attendu concernant la dématérialisation des titres restaurant. A partir d’avril 2014, une entreprise aura donc la possibilité d’offrir à ses salariés de bénéficier de titres sur papiers, sur cartes personnelles type cartes bancaires ou sur smartphone grâce à une application dédiée, voire les trois à la fois. "Les supports (papier et dématérialisé) coexisteront afin d'assurer une transition en douceur et au rythme des décisions au sein de chaque entreprise", a ajouté le quatrième comité interministériel de modernisation de l’action publique (Cimap) qui a œuvré sur le sujet dans le cadre du fameux « choc de simplification » annoncé en juillet. Après deux ans passés à bousculer les lignes, cette annonce sonne déjà comme une première victoire pour les deux nouveaux entrants du secteur des titres restaurants : Monéo Applicam, qui a déjà commercialisé depuis mars plus de 15 000 cartes à puces Monéo Resto de paiement de titres-restaurant et Resto Flash, start-up ayant opté pour le paiement via application mobile. Leur arrivée aura sans nul doute permis de challenger les acteurs historiques du titre papier Chèque Déjeuner, Edenred, Natixis Sodexo qui se partageaient jusque-là un marché estimé à plus de 5 milliards d’euros.

Un inégalité de traitement ?

« Ce décret va nous apporter la légitimité que nous attendions, avec un décret qui explicite et encadre le périmètre d’utilisation des titres numériques et papier », confie ainsi Emmanuel Rodriguez Maroto, le fondateur de Resto Flash. Celui-ci, qui vise les 10 000 à 30 000 Utilisateurs d’ici fin 2014, vient de procéder à une levée de fonds de 1,1M€ et prévoit de recruter pour disposer d’une équipe de 50 commerciaux sur le terrain. Outre la sécurité des transactions et la diminution sensible du risque des pertes de titres, il considère le règlement de la somme exacte de l’addition (en dessous d’un certain plafond) comme une avancée énorme pour les utilisateurs, offrant au titre dématérialisé un véritable avantage. Le montant non dépensé restera ainsi crédité sur le compte du client. Toutefois, le décret prévoit aussi l’obligation pour les émetteurs de titres dématérialisés de mettre en place des systèmes de blocage de paiement les dimanches et jours fériés, tout en plafonnant la dépense maximale quotidienne à 19 € par jour. Une fermeté que l’on regrette clairement du côté de Monéo Resto en montrant du doigt une inégalité de traitement entre les titres papier et dématérialisés, qui pourrait à terme défavoriser la dématérialisation. En effet, il est aujourd’hui souvent possible d’utiliser ses tickets plusieurs fois par jour, et nombreux sont les restaurateurs à ne pas se conformer à la limitation de deux titres par repas…

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique