La restauration d'autoroute boycottée par les automobilistes
Tendances 0

La restauration d'autoroute boycottée par les automobilistes

7 Juin 2015 - 2855 vue(s)
Présentée en avant-première au Congrès du Snacking, le sondage de Simon-Kucher & Partners sur la restauration d'autoroute en dit long sur la perception de cherté des produits sur ce circuit.

Qui a dit que la restauration sur les lieux de transport était perçue comme chère qui plus est sur autoroute ? C’est en tout cas l’avis des automobilistes qui à une écrasante majorité (69%) jugent le rapport qualité-prix pour l’offre de restauration des stations-services sur autoroute mauvais ou très mauvais, selon l’enquête menée par le cabinet de conseil Simon-Kucher & Partners et révélée en exclusivité au Congrès du Snacking qui s'est tenu le 4 juin dernier. A tel point qu’un quart des automobilistes déclarent ne jamais s’y arrêter pour se restaurer ; et s’ils sont réfractaires, c’est pour 89% d’entre eux à cause des prix pratiqués. L’étude, qui s’intéresse aussi aux pratiques de prix des opérateurs de ces stations-services, détecte d’ailleurs des décalages importants par rapport aux attentes des clients en matière de prix : que ce soit pour l’expresso, où tous les acteurs dépassent allègrement le seuil psychologique de 1€ agissant pour la majorité des consommateurs ou le petit paquet de chips, toujours au-dessus de 2,5€ là où les consommateurs ne sont pas prêts à payer plus de 2€. Ces pratiques induisent un comportement d’arbitrage du consommateur, qui fait de la boisson froide le produit phare, avec seulement 61% des automobilistes qui envisagent par exemple l’achat d’un sandwich, ou 23% l’achat d’une salade préparée.

Pourtant, le prix de l’offre de restauration a son importance dans les choix des automobilistes : c’est le 3ème critère de choix après la proximité et le prix de l’essence, nettement moins différencié entre enseignes par rapport au prix de l’offre de restauration. D’ailleurs, les acteurs de la Grande Distribution présents sur autoroute comme Leclerc ou Carrefour, qui sont les plus compétitifs sur le panier de produits de restauration analysé, arrivent à capter de la fréquentation grâce à cette compétitivité-prix, qui est perçue : un tiers des automobilistes privilégiant Leclerc ou Carrefour le font en raison du prix de la restauration, là où ce facteur ne pèse pas pour les « spécialistes », ni pour Total, qui se démarque néanmoins sur le service, ni pour d’autres acteurs majeurs comme Shell, Avia, BP ou Esso.

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique