Le pain, comme un aliment mondial
Communauté 0

Le pain, comme un aliment mondial

3 Février 2016 - 2115 vue(s)

Par où qu’on le prenne, le pain résiste à toutes les histoires globales de l’alimentation tant il est associé à l’une des expériences, matérielle et symbolique les plus riches de l’humanité. Bien que son origine renvoie à l’Egypte des pharaons, la diversité des pâtes issues de la fermentation comme le lavash en Perse, la tortilla au Mexique, le chapati en Inde, le johnnycake aux Etats-Unis, le börek en Turquie, la brioche en France, etc., tous font qu’il doit être pensé comme le fruit d’un travail de farines de blé (froment), mais aussi d’épeautre, de seigle et, même, d’orge et de maïs. Or, les céréales ont pu être diffusées dans le monde parce qu’elles se stockaient facilement, se transportaient aisément tout en donnant naissance à des économies marchandes sophistiquées probablement à l’origine des premières villes de l’Histoire.

Plusieurs millénaires après le néolithique, le pain est devenu un des aliments les plus consommés dans le monde. Pourquoi un tel destin ? Que représente-t-il dans l’alimentation humaine ? Et pourquoi une telle profusion et tant de pains dans presque toutes les régions du monde ?

Destins du pain

Steven Kaplan qui l’a étudié pendant quarante ans l’associe au blé, qu’il nomme « puissant force-monde » parce que le blé est devenu au fil des siècles de plus en plus géopolitique. Un aliment au cœur des rapports de force entre paysans et citadins comme à Rome, entre puissants féodaux, rois et marchands dans l’Europe d’après l’an mil et, in fine, entre les deux puissances qui ont compté au XXe siècle, les Etats-Unis qui en regorgent et la Russie qui n’en a quasiment plus depuis l’indépendance (relative) de l’Ukraine.

Entre leur naissance et leur mort, le pain garantit la survie des humains. Il tranquillise ceux qui en ont, les nantis qui peuvent s’adonner à autre chose que la production : d’abord au paléolithique l’art rupestre, par exemple, puis les jeux, le théâtre, les voyages, les arts... De ce fait, au cœur des religions, il symbolise la vie par l’offrande aux dieux et, surtout, valeur humaine, le partage. Même si certaines maladies effroyables comme l’ergotisme ont pu semer le désespoir à des populations médiévales. Le pain pousse les pauvres à des révoltes contre les puissants quand il vient à manquer ou lorsqu’il est réparti inéquitablement. D’où les révolutions politiques aux impacts considérables, depuis la France de 1789 jusqu’aux révoltes dans de très nombreux pays arabes depuis quelques années.

Ainsi, pour Kaplan, le pain est au cœur du contrat social, il accompagne le libéralisme. Il porte les bonnes fortunes des peuples et des sociétés modernes. Il fait désirer la qualité qui fut longtemps associée à la blancheur avant d’être inspirée par la rusticité...

Il vous reste 70% du texte à découvrir.... Lire la suite dans notre tiré à part "Pains du Monde, Voyages aux pays du snacking boulanger" proposé avec le hors-série Spécial Europain

Abonnez-vous en ligne pour récupérer la totalité du texte 

snacking.fr-Pains-du-monde-voyages-aux-pays-du-snacking-boulanger

La mayonnaise Hellmann's arrive enfin en France
Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique