Entre sushi et burrito, Fuumi a le goût du métissage
Tendances 0

Entre sushi et burrito, Fuumi a le goût du métissage

11 Octobre 2016 - 1926 vue(s)
Ouvert début juillet au 124, rue Parmentier à Paris, ce nouveau concept healthy et gluten free, roule pour les sushi-burritos. Cette fusion mexico-japonaise fait un carton depuis son lancement.

Elle est Libano-vénézuélienne, lui Italo-vénézuélien. Taziana Jurdi et son compagnon Salvador Petuzzi sont au carrefour de plusieurs cultures. Un métissage qu’ils n’ont pas hésité à reproduire quand il leur est venu l’idée de monter un concept de restauration rapide au printemps dernier. En trois mois de temps, l’affaire était dans la poche avec un projet mûri, un local trouvé et un décor imaginé. Le défi est à leur portée, Taziana est pâtissière diplômée et amoureuse des bons produits, Salvador est architecte de formation et passionné d’art. Inspiré par les États-Unis, le couple choisit de revisiter le concept de Sushi-Burrito. En bref, un vague hybride entre les deux spécialités, nippone et mexicaine format maxi roll roulé dans une feuille de nori, avec du riz et une garniture composée parmi 34 ingrédients. Dès son lancement Fuumi fait un carton. La clé : un produit simple, généreux, 100 % sans gluten, aux garnitures fraîches, fabriqué et roulé à la commande devant les clients et parfaitement nomade puisqu’il se présente comme un wrap rangé dans un fourreau et se mange tel un sandwich.

 

Fuumi Sushi Burrito

 

Un voyage dans la main


Avec près de 8 recettes de Sushi-Burritos au menu-board ou des salad-bowls garnis à la commande, la clientèle est appelée à voyager. Entre le Frida, le Samouraï, le Geisha, le Mariachi, l’Oaxaga, le Sumo ou encore le Cancun, c’est un billet pour ailleurs. Ce dernier, d’ailleurs, fait un tabac avec son thon mariné comme un ceviche, son maïs grillé, ses oignons rouges, guacamole, chou rouge, chips de patates douces, coriandre, et sa sauce au piment aj amarillo. Il y a aussi le Midori qui cible plutôt les vegan. Le tout à la carte ou au menu entre 11 € avec boisson à 16 € quand on y ajoute le dessert, le guacamole et les nachos. Originaux et astucieux également, les petits flacons de sauces sur les tables, façon flacon aesop avec sa pipette.


Un cadre pour chaque saison


L’ambiance, Salvador l’a voulue détendue et sobre. Bois clair, plantes vertes et murs de graffitis éphémères réalisés par des amis artistes. Après Spraycats, ils seront repeints pour l’hiver et signés d’un nouvel artiste jusqu’à la saison suivante. La carte est aussi appelée à bouger avec l’apparition de recettes chaudes. Taziana a plein d’idées dont celle d’un gros california avec à la place du riz, de la pomme de terre vitelotte mais aussi un sushi cake à partager et des partenariats avec des chefs. Bref une multitude d’idées qui poussent à grandir. Et sur ce point, les deux entrepreneurs ont plein de projets et une grande famille qui investirait bien dans le concept pour le dupliquer ici ou par-delà les frontières. 

A retrouver avec les chiffres clés, plus de photos dans France Snacking  n° 40 qui vient de paraître 

Tags : Fuumi,
Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique