Burger tout puissant
Communauté 7

Burger tout puissant

9 Mars 2017 - 2534 vue(s)

Qu’il n’en déplaise aux détracteurs de ce petit sandwich rond et chaud, le burger n’est pas un effet soufflet amené à retomber. Les Français l’aiment et en redemandent. Pour preuve, il est reparti de plus belle. + 21,8 % de vente en 2016 si l’on se réfère aux derniers chiffres présentés début mars par Gira Conseil dans la foulée de son indice Jambon-beurre (voir p. 29). 1,3 milliard de buns garnis ont été avalés par les Français, on croit rêver ! On est même arrivé à un rapport de 2 sandwichs vendus pour 1 burger dans notre pays. C’est dire ! D’ailleurs Bernard Boutboul, le patron du cabinet ne s’attendait pas à une telle poussée en un an. C’est vrai que contrairement au sandwich, plutôt consommé au déjeuner, le burger est aussi un produit qui fonctionne sur tous les moments de consommation. Mieux encore, il est transgénérationnel et transversal à toutes les restaurations. Tout s’explique. Si vous pensez que ce sont les « vilaines » chaînes américaines qui font vaciller notre modèle français en érigeant ce symbole US au rang des classiques français, vous vous mettez le doigt dans l’œil. Non, près de 65 % des ventes de burgers sont enregistrées dans les restaurants et brasseries bien de chez nous avec service à table, note Gira Conseil. Un comble certes mais une réalité. Oui, toute la restauration l’a adopté en reléguant notre bon vieux steak-frites aux oubliettes face à un consommateur qui plébiscite ce symbole yankee, réhabilité en gourmet made in France ! Il faut s’en faire une raison. Par ailleurs, comme tout marché qui se consolide, la segmentation est en train de s’opérer où chacun tente de se positionner ou se repositionner face à de nouveaux entrants. Comment ? En insistant sur ses différences. Pour Burger King, c’est la cuisson « à la flamme », pour Five Guys c’est la personnalisation et le positionnement prémium par le prix, Big Fernand, c’est la french touch, 231 East Street valorise ses producteurs, BLEND ou PNY militent pour le gourmet burger authentique… L’heure est donc à la singularité. Ce qui place toute la filière et les services R&D en effervescence. Industriels du pain, de la viande, du fromage, des sauces, du végétal, des emballages rivalisent d’ingéniosité pour nourrir un segment boulimique qui ne cesse d’en redemander pour renouveler le genre. Une virée sur le prochain salon Sandwich & Snack Show1 vous en donnera la meilleure illustration. Ne manquez d’ailleurs surtout pas l’espace innovation Snacking d’Or2 qui, côté burger a couronné notamment le bun’n’roll feuilleté de chez Bridor ou les mini-burgers de Socopa ! Enfin, le même salon accueille la 2e édition de la Coupe de France du Burger3 où 170 professionnels de tous crins ont postulé. C’est t’y pas une consécration ?

 

  1. Les 15 au 16 mars à Paris Porte de Versailles (avec en parallèle Parizza, Japan Food Show et Vending Paris qui se termine le 17 mars).
  2. Remise des Trophées aux 28 lauréats 2017, le 15 mars à midi sur l’espace Snacking d’Or/Innovations.
  3. La Coupe de France du Burger by Socopa se tiendra le 15 mars.

Edito France Snacking n° 52 qui vient de paraître
Découvrez le sommaire et consultez le numéro en ligne dès aujourd'hui

Francesnacking

 

Paul Fedèle Rédacteur en chef France Snacking Suivez Paul Fedèle sur Twitter @francesnacking
Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique