Cap sur l'Express et le digital pour Intermarché
Management 3

Cap sur l'Express et le digital pour Intermarché

22 Mars 2017 - 2450 vue(s)
Proximité, digital et attractivité sont au cœur des axes stratégiques du 3e acteur français de la grande distribution qui entend renforcer son réseau de magasins Express.

Le géant de la distribution a présenté ce mercredi 22 mars à Paris, par l’intermédiaire du Président d’Intermarché Alimentaire International Thierry Cotillard, ses priorités stratégiques à l’horizon 2017-2020. Et elles sont nombreuses car le groupe des Mousquetaires affiche clairement ses ambitions pour gonfler sensiblement un chiffre d’affaires en croissance de 1,3 % en 2016 (soit 22 Md€ hors carburant à + 1,3 %). « Notre objectif pour 2020 est d'atteindre les 16 % de parts de marché contre 14,5 % actuellement», a-t-il ainsi indiqué. Pour soutenir ce plan de croissance, trois leviers de développement ont été clairement identifiés : celui du parc, du phygital et de l’attractivité. Ainsi, après avoir augmenté la surface de son parc magasins de 100 000 m² l’an dernier, 300 000 m² supplémentaires sont attendus d’ici 3 ans (soit 125 nouveaux points de vente tous formats confondus) dont 62 000 sont déjà dans les tuyaux pour cette année.  « Pour 2017, cela passera notamment par 24 nouveaux points de vente dont 11 seront sur le format de proximité Express dans des grandes agglomérations comme Paris bien-sûr mais aussi Lyon où nous avons déjà 6 points de vente sous ce modèle et d’autres villes à venir comme Bordeaux notamment », précise Thierry Cotillard. Il est en effet jugé primordial pour le groupe de préempter ces zones urbaines où il y a encore une vraie attente. Interrogé sur les évolutions possibles du concept Express, le Président d’ITM Alimentaire International a insisté sur « la nécessité de mise à jour permanente du format à chaque nouvelle ouverture pour coller au plus près des attentes clients notamment en terme de snacking et solutions repas, et ce d’autant que la concurrence a également beaucoup bougé sur le sujet ». Actuellement, Intermarché compte 74 points de vente Express sur 1 836 magasins au total (dont 1 361 « Supers »).

« Notre transformation digitale ne doit pas se faire de manière déconnectée du point de vente mais au contraire amener du trafic au sein de nos magasins », Thierry Cotillard, Président d'Intermarché Alimentaire International

 

L’expérience phygitale au cœur de la stratégie Intermarché

Autre relais de croissance jugé prioritaire par le distributeur, le numérique en misant sur une expérience phygitale largement renforcée. Le groupe envisage, en effet, de tripler ses ventes « e-commerce » d’ici 2020 pour atteindre le milliard d’euros (contre 350 millions actuellement). « Notre transformation digitale ne doit pas se faire de manière déconnectée du point de vente mais au contraire amener du trafic au sein de nos magasins », a ainsi insisté Thierry Cotillard. Concrètement, cela passe par de nouveaux magasins proposant un service « drive » accolé (1 400 visés contre 1 200 actuellement) mais aussi par la création de « drives-casiers », des consignes alimentaires s’apparentant à une solution de click & collect, pour s’implanter sur de nouveaux lieux (gares, entreprises…). Des tests sont en cours sur une dizaine de sites et une centaine supplémentaires sont attendus dès cette année. Enfin, le lancement d’une marketplace intermarché.shopping.fr dédiée aux produits non-alimentaires devrait se faire d’ici une dizaine de jours avec 15 à 20 millions d’€ de chiffre d’affaires visés pour cette première année.

Mieux manger, mieux produire

Pour continuer de se développer, le groupe veut enfin renforcer l’attractivité de ses enseignes. Cela passe par de nouveaux concepts de magasins avec aujourd’hui 60 % du parc déjà converti. En termes de messages forts, cela signifie aussi une mise en avant encore plus marquée de ce qui fait l’une des spécificités d’ITM, à savoir son statut de « commerçant-producteur » pour promouvoir une alimentation de qualité au travers de ses 62 sites de production dans l’Hexagone. Parmi les engagements marquants, Thierry Cotillard a notamment insisté sur le travail effectué autour des marques propres (MDD) dans l’optique d’améliorer encore la composition des produits. C’est à dire concrètement une révision du cahier des charges pour réduire les taux de sucre, de sel, de matières grasses mais aussi les additifs et substances nocives. Ainsi, d’ici 2020, tous les produits à destination des enfants seront sans « ingrédients négatifs ». 90 % des MDD (contre 84 % aujourd’hui) et 100 % des fruits et légumes seront également « Made in France » d’ici 3 ans. Ces engagements résumés par la formule « Mieux Manger, Mieux Produire » largement martelée ce mercredi seront d’ailleurs au cœur de la nouvelle campagne de communication du groupe, avec un film de lancement de 3 mn qui a notamment fait le buzz sur les réseaux sociaux (après un passage sur TF1) et des déclinaisons à venir en format plus court...

#lamourlamour, la nouvelle campagne Intermarché qui fait le buzz...

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (0)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique