TWO : Eat Work Café, l’espace coworking & Gemütlichkeit à Paris
Tendances 12

TWO : Eat Work Café, l’espace coworking & Gemütlichkeit à Paris

28 Avril 2017 - 2386 vue(s)
Les espaces de coworking sont en train de s’imposer partout dans les grandes métropoles occidentales. La France et Paris n’échappent pas à cette lame de fond sur laquelle compte bien surfer Thomas Binder. En ouvrant en janvier 2017, 11, rue Notre Dame de Nazareth dans le IIIème à Paris au pied de la Place République son TWO Eat Work Café, il a souhaité proposer en un seul lieu deux espaces distincts : un restaurant traditionnel qui fait la part belle aux produits biologiques et locaux ainsi qu’un espace de coworking confortable et moderne de 35 places, pour attirer des professionnels avec une offre de snacking tout au long de la journée.

Thomas Binder marie restauration engagée et coworking

Le positionnement de l’endroit est intimement lié à sa personnalité et son parcours professionnel. De nationalité allemande, Thomas vit et travaille en France depuis plus de 20 ans. Après avoir été contrôleur de gestion dans l’industrie, il découvre le monde de la restauration il y a dix ans en rachetant un restaurant traditionnel sur l’Ile de la Cité à Paris. Il revend cette affaire en 2012 et rachète une belle brasserie dans le 17e arrondissement qu’il revend à son tour en 2015. Vient alors le temps de mûrir un nouveau projet et, une fois trouvé le local du IIIème arrondissement - un ancien atelier textile à rénover entièrement -,  TWO Eat Work Café voit le jour en janvier 2017.  

Confort et mise à table dans un univers de bois miel et chaleureux.

Des espaces de coworking à Paris, pour la communauté franco-allemande et internationale, les consultants et les free-lances, à taille humaine

Thomas Binder ne se lance pas dans le projet sans un positionnement bien clair et original en tête. Comme à Paris, les bureaux sont chers et complexes à louer pour des travailleurs indépendants ou les start-ups et que par ailleurs, ils n’offrent que rarement la souplesse et les services attendus, Thomas choisit d’apporter sa propre solution face aux grands  acteurs organisés du coworking qui font florès à Paris. Son crédo : des espaces de travail partagés à taille humaine, mais dotés de services de grande qualité dont un vrai restaurant, d’une offre de snacking à partager dans l’esprit coffee shop d’aujourd’hui, et d’un confort digne des bureaux de nouvelle génération. La cible est les entreprises de nationalité allemande qui exercent à Paris. Son but : en faire à terme un espace d’échanges et de collaboration privilégié pour cette communauté.

La restauration, le deuxième pilier de l’espace coworking

L’autre point fort du concept, c’est la restauration avec une carte articulée autour des 3 valeurs fondamentales : des produits frais, transformés et préparés sur place et majoritairement bio ou issus de petits producteurs locaux. La carte fait la part belle aux produits issus des magasins situés dans le quartier : le pain d’une boulangerie bio située rue Volta, le café de la brulerie installée dans la même rue tandis que les thés et tisanes sont fournis par un pharmacien herboriste basé à Lyon. Seule la bière vient d’Allemagne.

Qu’est-ce que le Gemütlichkeit ?

« Gemütlichkeit est un mot allemand difficile à traduire en français en un seul », explique Thomas.

Il pourrait s’apparenter au hygge nordique et danois, le cocooning qui vous permet de se sentir bien en famille et de prendre le temps, de se sentir à l’aise, de se laisser guider par ses envies du moment et de se faire plaisir tout en se faisant du bien et de partager cette expérience avec ses proches. Il ne s'agit pas de repli sur soi, mais d'un véritable moment basé sur le partage avec les autres pour se ressourcer dans un univers réconfortant.

Les 2 espaces qui forment TWO Eat Work Café vivent de manière indépendante et autonome

Les espaces de co-working accueillent 35 postes de travail et des salles de réunion privatives réservées à l'événementiel.

Si les utilisateurs de l’espace co-working bénéficient d’une offre de boissons chaudes (café et thé) gratuite tout au long de la journée, il n’est pas autorisé de consommer des plats dans la zone de travail. En revanche, il est possible de prendre une collation froide ou un petit déjeuner dans les salles de réunion.

Le smorrebrod, d'inspiration nordique, au saumon fumé sur pain noir bio aux graines et sa salade d'herbes, la signature de Two Eat Work Café

Une carte Wake up propose, outre une panoplie de boissons chaudes, un juice bar, des jus bio maison, smoothies, granola bio et fait maison sur yaourt fermier, de confitures maison, de muesli aux fruits végans, ou encore de l’avocat écrasé sur pain noir au levain naturel identitaire de la restauration healthy. Le petit-déjeuner est possible à toute heure : deux offres breakfast sont aussi possibles (à 9 et 13 €). Des encas gourmands plus sucrés peuvent être commandés parmi le bread cake du jour, la tarte citron mais aussi des barres raw energy maison, des granolas, Noco et Alto. Une sélection de salades et de tartines créatives et gourmandes, des smorrebrods, sont aussi à partager à chaque instant.

Les Mezze, à partager : wild guacamole, houmous à la courge, aux légumes, saupoudrées de grenade et servies avec des crackers aux graines de chia.

Pour se faire connaître, TWO Eat Work Café mise avant tout sur le bouche à oreille au sein d’un quartier qui se prête particulièrement bien à son activité de télétravail mais aussi sur une présence digitale via son Site internet et sa page Facebook . Les travailleurs indépendants, les freelances, les coworkers du monde de la création, du design et du digital côtoient déjà en nombre des start-ups en quête de locaux adaptés, fonctionnels et confortables.

 

Chiffres clés

  • 250 m²
  • 35 places au restaurant
  • 15-20 € de TM
  • 15 € Plat et dessert 

Atouts

  • Une ouverture 6 j/7 de 8 h 30 à 23 h du lundi au samedi
  • Une offre alimentaire sur tous les instants de la journée : petit-déjeuner, encas, déjeuner afterwork et dîner 
  • Une restauration de qualité marquée bio et locale
  • Une tarification raisonnable du coworking : 4 €/h, 20 €/j et à partir de 350 €/mois – pas d’engagement dans la durée

Cet article est issu du magazine n° 42 de France Snacking.

Pour ne rien manquer de l'actualité du snacking, Suivez-nous sur Twitter @francesnacking
Et n’oubliez pas de partager cet article, s’il vous a apporté quelque chose, avec votre communauté !

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (1)
Gravatar
Par Camille le 02/05/2017 à 14:50
Le concept est vraiment sympa et innovant! Ca donne envie d'y faire un tour. Les espaces de coworking se différencie de plus en plus par leurs services ou leur concept. C'est également le cas du nouvel espace Coworkcity situé à Alfortville qui mixe le social, l’entrepreneuriat et le réseau de proximité.
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique