N2 Extreme Gelato installe sa 4e antenne parisienne au Citadium Champs-Elysées
Communauté 2

N2 Extreme Gelato installe sa 4e antenne parisienne au Citadium Champs-Elysées

18 Juillet 2017 - 895 vue(s)
Depuis le 8 juillet et jusqu'au 19 août, N2 Extreme Gelato tient pavillon au Citadium des Champs-Elysées. C'est la 3e implantation éphémère de ce concept australien de glaces fabriquées à partir d'azote liquide, et déjà installé depuis juin 2016 au 12 rue des Lombard, à Paris, par Emma Catrix la franchisée française.

À mi-chemin entre glacier et pâtissier, N2 implanté tout récemment au Citadium des Champs-Elysées est une nouvelle expérience autour de la glace. Installé sur 6 m², ce concept venu tout droit d'Australie est aussi installé de manière éphémère sur une plus grande surface au troisième étage du Citadium d’Haussmann-Caumartin (jusqu'à mi-août) et au Centre Commercial Italie 2 (chez Hammerson). Les trois kiosques sont inspirés de la boutique centrale ouverte depuis juin 2016, au 12 rue des Lombards, Paris 4e. Elle propose à ses clients des glaces à l'azote liquide élaborées face aux clients. Ce concept a été ramené dans les bagages d'Emma Catrix de retour d’Australie. « J’ai trouvé le concept innovant, ludique et original et j’ai voulu en faire profiter les Français. D’ailleurs le concept a fait mouche lors du dernier salon de l’immobilier commercial SIEC où il a reçu le prix Coup de Cœur. C’en sont suivies de nombreuses propositions d'emplacements », explique Emma Catrix qui a pris la franchise de N2 pour la France. Le fondateur Min Shai qui a lancé l’enseigne en 2012 compte 4 implantations à Melbourne et Sydney et prévoit des ouvertures à New-York, Tokyo et Dubaï.

La glace à l'azote, tout un spectacle !

Comparée à d’autres concepts glaciers, la particularité de N2 Extreme Gelato, c’est la confection de glace à la minute avec de l’azote liquide devant les clients. Une mise en scène qui fait toute la différence dans la théâtralisation de l’expérience comme dans la texture obtenue. Si les bases des glaces et sorbets en format liquide sont fabriquées en amont dans la cuisine parisienne du 4e arrondissement, pasteurisées puis conditionnées en bouteilles, le foisonnement est en revanche effectué à la commande dans des batteurs mélangeurs. L’azote liquide est versé sur l’appareil dont la texture se transforme rapidement en crème glacée qui devient très onctueuse. Pratiquée depuis longtemps par les plus grands chefs étoilés, l'utilisation de ce gaz installe un véritable spectacle. Outre les fumées d’azote qui se diffusent, le concept s’amuse de la panoplie du chimiste en proposant les sauces dans des pipettes et seringues plantées dans la glace.

« Sans danger, l'azote est non-toxique. Sous sa forme liquide, il est conservé à une température inférieure à -196° C dans des fûts de 230 L. Versé dans les préparations de glace ou sorbet, il passe à l'état gazeux pour transformer la texture avant de s’évaporer. » explique Emma Catrix.

 

N2 au parfum France avec des recettes adaptées à la clientèle

Légèrement différentes des originales, les recettes françaises ont été adaptées à la clientèle. « Pour satisfaire au mieux au palais des parisiens, on a choisi des recettes plus raffinées et moins sucrées » explique Emma. Si la carte de la maison mère du 4e arrondissement compte de nombreux parfums comme la passion, le cheesecake, la limonade framboise… et évolue régulièrement, elle est plus courte sur les kiosques éphémères.  Emma a aussi travaillé des recettes plus pointues comme la végane réalisée sans aucunes traces d’ingrédients d’origine animale à base de lait de coco ou de lait d’amande ou encore des créations alcoolisées comme les sorbets mojito-fruit de la passion, champagne-fraise, sex on the beach ou encore caipirinha. Dans un esprit de différenciation, l'enseigne imagine aussi des partenariats comme ce fut le cas avec Monsieur Benjamin, Maison Marnay ou la Parisienne et plus récemment BoneShaker qui va aboutir à la création prochaine d'une glace au donut.  Proposées en cup trois formats, les glaces s’affichent aux tarifs de 4 €, 5 € ou 6 € coiffées d’une panoplie de toppings. Enfin pour faire face au principe de saisonnalité, la boutique N2 dispose aussi d'une offre de produits chauds comme les pancakes, gaufres, mukakes...

 
Alors que N2 essaime aujourd’hui en format éphémère (30 à 40 K€ l’implantation), Emma espère poursuivre son aventure notamment dans le sud de la France à la faveur d’une levée de fonds prochaine auprès d’investisseurs privés. Il faut dire que lorsque l'on a goûté à ses glaces, on en est rapidement givré.

Pour ne rien manquer de l'actualité du snacking, Suivez-nous sur Twitter @francesnacking
Et n’oubliez pas de partager cet article, s’il vous a apporté quelque chose, avec votre communauté !

Vous avez aimé la lecture ? Faites-le nous savoir !
Commentaires (1)
Gravatar
Par Patissier-libre.com le 22/07/2017 à 19:53
Très intéressant ce concept. Je n'ai jamais gouté de glace à l'azote et je me demande si c'est surtout pour le spectacle ou si ça a vraiment un intérêt gustatif. Je suppose qu'il faudra que je teste. Merci pour l'info ;-)
Les concepts Snacking
décrypter

Dans la même thématique